Se marier en basket, on ose ?

Tiens tiens ! Pourquoi serait-on obligé de porter des chaussures de prince et non des baskets pour se marier ? Les sneakers peuvent aussi monter les marches d’une mairie, pour une démarche sentimentale. D’ailleurs, il se pourrait bien que ce type de chaussure puisse voler la vedette à votre costume !

angelo-lacancellera-643130-unsplash

L’originalité des hommes qui se marient en basket

Halte aux chaussures trop classiques et manquant de personnalité ! Parce qu’elles sont tendances, confortables et originales, les sneakers peuvent dorénavant être portés à chaque circonstance. Élégantes et confortables à la fois, elles nous accompagnent lors de nos soirées ou cérémonies, même les plus importantes ! Une paire de baskets présente aussi l’avantage d’être disponible en différents style et coloris. L’atout principal du port de sneakers le jour de son mariage réside dans son originalité ! Et pour cela, retrouvez sur YOOX une sélection de sneakers homme incontournable, afin d’être certain de ne pas se tromper dans votre choix pour le jour J.

bridal-bride-couple-38569

Savoir bien porter ses sneakers en toutes circonstances

Afin de garder toute crédibilité avec vos sneakers le jour du mariage, il est important de respecter quelques règles de bon gout… Par exemple, la basket de « rando » est à bannir absolument de vos choix ! Même s’il est prévu une randonnée sentimentale pour toute une vie…

black-pants-blur-close-up-1892629 (1)

Les baskets doivent être propres et brillante, tels des souliers pour hommes !

L’assortiment est aussi un détail à ne surtout pas négliger ! Choisir une couleur qui ne correspond pas sa tenue, c’est un peu comme porter un costume deux ou trois-pièces dépareillé. Pour les mêmes raisons de praticité et de confort, la gente féminine devient de plus en plus adepte au port de baskets. Elles sont nombreuses à apprécier leur légèreté et la disponibilité de modèles ultra féminin.

bridal-bride-couple-38569

Quel costume faut-il porter avec ses sneakers ?

Si le style de la veste n’a aucune importance pour le port de sneakers, le pantalon demeure bien le détail principal qui est à combiner au mieux avec les baskets. Il est conseillé d’opter pour un pantalon qui soit plutôt étroit, bien ajusté et pas trop long. Le bas du pantalon doit être sans ourlets, puis tomber parfaitement sur la cheville. Pour le choix de coloris d’un costume, mieux vaut éviter le noir et se tourner vers des couleurs plus adaptables pour les baskets.

architecture-bridge-daylight-1661416

Autrefois utilisés uniquement pour la pratique du sport, la paire de baskets est aujourd’hui devenue un produit principal de la mode féminine et masculine…

 

Collaboration avec Danielle

Publicités

In Corio, la chaussure au prix juste !

Longtemps chez moi, la simple notion de chaussure se résumait à des baskets. Des Vans, des Converse, parfois certaines paires au style un peu plus recherché, aux formes un peu plus audacieuses, mais des baskets quand même. Avec le temps, mon style, mes envies, ont évolués, laissant place à un esprit parfois moins décontracté, à une recherche de qualité plus fine, qui me plait et me stimule de plus en plus.

Tout un pan de la mode masculine s’ouvrait alors à moi : des boots, des Chukka, en passant par les derbies, voire les Richelieu. Et le marché est large en la matière, puisque se côtoient des cousus Blake, des cousus Goodyear, des semelles en gomme, des semelles en cuir, bref, des connaissances et des préférences qui se forgent en testant, en essayant, et en découvrant des univers de marque, tous plus intéressants les uns que les autres. Alors, comme tout le monde, j’ai des petits critères inconscients, des petites préférences de coloris, de fabrication, c’est la raison pour laquelle mon jugement s’est peu à peu affiné en la matière.

in-corio-tarif

En bon blogueur, j’ai également à coeur de suivre la création et le développement de marques qui me semblent intéressantes, et d’en faire part ici, ou encore sur Instagram. Et il me semble qu’en 2018, la marque In Corio, dont je m’apprête à vous parler, a réuni bon nombre de critères qui me font penser qu’elle est intéressante sur de nombreux points.

in-corio-packaging

Petit point historique, In Corio, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit donc d’une marque dédiée aux chaussures (et aux accessoires, aussi) créée il y a six mois par deux amis inséparables, tous deux passionnés de souliers : Guilhem et Charles-Louis. En partant du principe que la chaussure est un élément essentiel du vestiaire masculin, mais qu’il reste une marge de progrès notable à faire en terme de confort, In Corio est née ! Des souliers élégants et intemporels, des matières choisies avec soin, un savoir-faire traditionnel, telles sont les valeurs de l’esprit In Corio, qui signifie « dans le cuir » en latin, tout un programme ! Des artisans de la région de Porto, au sein d’un atelier familial reconnu dans le domaine de la chaussure, conçoivent ces petits souliers !

in-corio-avis

C’est donc dans la tradition des grands chausseurs que l’inspiration se puise ici, appuyé par une revente uniquement digitale, sans intermédiaire aucun, de sorte à rendre le prix des produits le plus juste possible. Et oui, n’oublions pas que moins il y a d’intermédiaire, moins tout ceci coûte cher !

Des chaussures, simples, classiques, confortables, conçues pour durer, qu’incarne à merveille ce modèle de bottines chukka : les Gabin.

in-corio-chukkain-corio-

Ce qui m’a frappé (bon, j’abuse un peu) sur ce modèle, c’est la couleur fauve, profonde, et à la fois universelle, dont la patine légère s’accorde à coup sûr avec n’importe quelle tenue, en la réchauffant par la même occasion. Une incarnation assez subtile de ce que peut représenter le style « casual-chic », qu’il soit complété d’un costume, d’un jean, ou encore d’un chino.

Mais observons d’un peu plus près la chaussure. Le cuir de veau pleine fleur, tout droit venu de… France, laisse apparaître une forme assez travaillée, qui permet de renforcer le mélange entre le décontracté et l’élégant. Un bout rond ciselé, dont la largeur est standard, et laisse penser qu’elle conviendra à bon nombre de pieds. Car c’est aussi ça la difficulté lorsqu’on fait une chaussure : s’adapter à un maximum de personnes ! In Corio en avait bien conscience, et a fait appel à des artisans formiers, qui ont imaginé une forme de chaussant propre à la marque. Ainsi, les courbes du pied sont maintenues naturellement, et l’amorti permet une souplesse et un confort très appréciables lorsqu’on passe une journée à l’extérieur !

in-corio-Marquein-corio-lacetsin-corio-cuir

La semelle est un cousu Blake du plus bel effet, puisqu’il est réalisé sous gravure. En bref, la gorge où l’on effectue la couture est refermée par la suite, de sorte à envelopper le fil. Un gage de qualité, qui n’a rien à envier au montage Goodyear, qui permet, par ailleurs, moins de souplesse dans le cuir.

La semelle extérieure apporte une pointe d’originalité puisqu’elle est intégralement bleue. Confectionnée en cuir à tannage lent, elle laisse apparaître des formes douces et une semelle très peu débordante à mille lieux de la bottine lourde et pataude.

in-corio-testin-corio-boots

Mais parlons un peu de l’intérieur ! La doublure est, elle aussi, en cuir de veau, alors que la semelle intérieure présente une petite particularité, qui donne encore plus envie de l’essayer. En effet, on a là une semelle en cuir, mais montée sur une mousse en latex ergonomique. Cette spécificité n’a nul autre but que d’améliorer le confort et le maintien du pied, pour se sentir à l’aise toute la journée, par mal !

Place à l’essayage donc ! Sur le papier, la semelle en latex est un véritable atout qui promet de s’adapter à la forme du pied en douceur. Bon, et bien vous l’aurez compris si vous lisez cet article, c’est que c’est le cas ! Un confort très appréciable pour ce type de chaussure, associé à un cuir souple, qui, à mon avis, ne marque que discrètement les plis d’usure avec le temps.

in-corio-blog

Le confort est probablement l’avantage très concret de cette paire, puisque la plupart des marques ont tendance à le négliger, au profit d’un style travaillé ou d’une matière noble. Ici, c’est tous ces éléments qui se combinent dans une seule et même chaussure, puisque In Corio a fait le pari de vendre des paires au prix le plus juste, sans intermédiaire. C’est la raison pour laquelle le prix de ces Gabin (269€) reste très abordable pour la qualité globale.

in-corio-prix

En parlant de prix abordable, la marque a développé un concept fondé sur des valeurs de plus en plus importantes dans le monde de la chaussure aujourd’hui : la durabilité et l’adaptabilité. Et oui, car une paire de chaussure, qu’on se le dise, c’est un budget certain, qui nous impose parfois de n’en porter qu’une seule au quotidien. En alternant deux, voire trois souliers, ces derniers résistent alors plus longtemps, et il nous est bien plus facile des les assortir à nos tenues. C’est la raison pour laquelle In Corio propose un tarif dégressif, qui, pour l’achat de 2 ou de 3 paires de chaussures (de la marque évidemment hein !), rend l’addition de moins en moins salée ! Par exemple, ici, pour deux paires achetée, c’est 40€ d’économisés, pour 3 paires, 150€, pas mal non ?

in-corio-chaussures

Plus d’informations sur In Corio et sur ce modèle Gabin !

Bienvenue chez la Cerise sur le Chapeau !

Qu’est-ce qui fait un bon chapeau ? Comme savoir quelle forme nous convient le mieux ? Et pourquoi aucun chapeau ne me va ? Pendant des années, ces questions, je me les suis posées, convaincu que je n’avais pas une tête à chapeau. Dans l’absolu, j’ai une assez grosse tête (au sens propre seulement hein !), et je pensais qu’aucun couvre-chef ne me mettait assez en valeur pour être porté quotidiennement. Et puis, je me suis renseigné sur les marques un peu plus pointues, un peu plus spécialisées, qui développent des chapeaux sur-mesure.

À Paris, il existe peu de chapeliers, mais certains, comme la Cerise sur le chapeau, exercent leur profession dans une tradition chapelière des plus intéressantes. Cerise, la fondatrice, part d’un constat tout simple, qui séduit depuis déjà 12 ans : on a tous une tête à chapeau, il suffit de trouver le bon. À partir de cette petite phrase, assez évocatrice, j’ai décidé de sauter le pas, et de me rendre à la Fabrique Générale.

cerise-chapeau-fabrique

la Fabrique Générale, c’est un lieu un peu hybride du 17ème arrondissement, où se côtoient un espace dédié aux chapeaux, bien sûr, mais aussi une grande pièce baignée de lumière, où sont organisés différents événements au cours du mois.

cerise-chapeau-sur-mesurecerise-chapeau-lieucerise-chapeau-fabrique-generale

J’ai eu la chance d’être accueilli par Cerise en personne, qui m’a initié à la fabrication d’un chapeau, histoire de comprendre pourquoi et comment cet accessoire dure et perdure.

Tout d’abord, j’ai eu le choix d’opter pour un feutre ou un chapeau de paille. L’été approchant, mon choix s’est porté sur un Panama. On reviendra sur ce terme plus tard. Cerise a mesuré mon tour de tête : 61cm, j’ai donc une assez grosse tête. On a choisi la forme parmi les six proposées (dont deux sont féminines). Je me dirige vers la forme dite « classique ». À partir de là, Cerise revient avec une flopée de chapeaux en paille, de toutes les couleurs. Il en existe une soixantaine, le choix est donc très assez vaste !

cerise-chapeau-choixcerise-chapeau-boutique

La Cerise sur le chapeau propose un service de semi-mesure. Il s’agit donc là de prendre mes mesures, mais aussi de définir quelle couleur je souhaite attribuer à chaque élément constitutif du produit : la base, le gros grain, et le petit passant. J’opte pour des couleurs assez neutres, histoire de pouvoir le porter en (presque) toutes circonstances. Et en deux heures (comptez un peu plus de temps le week-end), voici un chapeau conforme à mes attentes, et surtout, qui me va ! À noter que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne faut pas choisir un chapeau trop juste car, avec le chaleur, ce dernier a tendance à rétrécir.

cerise-chapeau-creationcerise-chapeau-tissucerise-chapeau-panama

Ma visite ne s’est pas arrêtée là, et c’était d’ailleurs tout l’intérêt pour moi ! Cerise me fait descendre là où tout se passe : l’atelier de fabrication des chapeaux ! Six machines en fonte d’aluminium se dressent devant moi. Ces machines correspondent naturellement aux six formes de chapeaux proposées, et fonctionnent au gaz. C’est aussi dans cette pièce que sont organisés des ateliers chapeaux, mais également des ateliers de (dé)montage de moteur, organisés par le mari de Cerise. Un vrai lieu hybride !

cerise-chapeau-presse

Bref, ces machines à pédales, créées au début des années 1900, étaient originellement construites en bois de tilleul (pour sa robustesse), et vont permettre de mouler les chapeaux. Il faut attendre que le moule soit à 90°, de sorte que la chaleur se répartisse de manière uniforme sur le moule. Tout fonctionne grâce à une presse, qui fonctionnent elle-même grâce à l’homme. On appuie sur la pédale, et la presse se referme, jusque là, vous suivez !

cerise-chapeau-moule

Cerise m’explique alors qu’il faut bien axer le moule, auquel cas, le paille s’abime, et cloque. Un travail de précision, donc ! Pour mouler les chapeaux, il suffit d’humidifier le cône (constitué, pour les feutres, d’un amalgame de fibres, travaillées en 13 étapes !), de sorte à le placer sur la presse. À noter que la qualité du feutre dépend principalement de la manière dont il est fabriqué, tout comme la paille !

Puis, il faut marquer le dorcet (le bord du chapeau), et pour ce faire, on utilise une corde (que l’on voit pendre sur la photo), qui va permettre de savoir où procéder à la découpe ou au revers.

cerise-chapeau-paille

Bon, avec tout ça, il ne faut pas oublier que mon choix s’est porté sur un chapeau en paille, plus estival. Ce « Panama » tient son origine de l’exposition universelle de 1855, lorsque Napoléon se voit offrir un « Fino », qui existe encore aujourd’hui.

Le Panama est, en réalité, le nom que l’on donne à la paille de l’Équateur, alors même qu’il porte le nom d’un autre pays. C’est donc non pas à une forme, mais bien à une matière que ce terme fait référence. Les producteurs récupèrent les gousses d’un palmier, qu’ils font sécher, puis qu’il divisent en fonction du chapeau. On retrouve deux grandes régions productrices de paille, chacun ayant sa propre identité :

  • l’Ecole de Cuenca, au centre de l’Équateur, qui développe le tressage à une ou à deux fibres (respectivement le « Brisa » ou le « Llano »). Ce type de Panama se fabrique entre un jour, et plus de deux semaines, selon le grade. (le nombre de fils définit le grade du chapeau)
  • L’Ecole de Montecristi, sur la côte ouest du pays, où ne sont développés que des « Fino », des « Super Fino », ou des « Extra Fino », tressés avec une seule fibre « Brisa ». Ici, c’est parfois plus de cinq mois qui sont requis pour fabriquer un chapeau.

Petit indice pour reconnaître un Panama d’Équateur (un « vrai », en somme) : ils disposent d’une petite rosace au-dessus, signe d’un processus de fabrication bien particulier, donc authentique.

panama-cerise-chapeau

Dernier petit conseil de Cerise avant de partir : pour prendre bien soin de son chapeau, il faut éviter de le poser à plat, mais à l’envers, sur la calotte. Et le mieux reste de l’accrocher bien sûr !

Bref, la Cerise sur le Chapeau, c’est donc un savoir-faire, mais aussi une base de partage, où l’artisanat et le semi-mesure se conjuguent à la lumière de matériaux nobles.

cerise-chapeau-paris

Vous pouvez donc retrouver Cerise et toute son équipe à la Fabrique Générale (2 Bis Rue Léon Cosnard, 75017 Paris), mais aussi dans la boutique où tout a commencé, 11 Rue Cassette, 75006 Paris. Vous y serez, sans nul doute, aussi bien accueilli que moi !

 

Hockerty, le vêtement sur-mesure à petit prix !

De nos jours, le concept de personnalisation, voire de sur-mesure, se fait de plus en plus présent, et pour cause ! La plupart des consommateurs recherchent désormais un produit durable, de qualité, mais aussi un vêtement confortable, dont la coupe les met en valeur, au moyen d’un tissu de qualité. Sacré défi pour les marques donc, qui se doivent de proposer un produit le plus universel possible, sans toutefois aller trop loin dans l’originalité.

Alors on se dit qu’on aimerait une veste à carreaux qui ne baille pas, que le velours vert, c’est joli, mais qu’on ne le trouve nul part, et puis on se penche sur les entreprises dont la proposition détone un peu. Des marques qui proposent un service de personnalisation complète, des mesures à la matière, en passant par le nombre de boutons. Ce type de marques, Hockerty l’incarne à la perfection ! Mais alors Hockerty, qu’est-ce que c’est ?

Hockerty-sur-mesure

Il s’agit tout simplement d’une entreprise, créée il y a plus de dix ans maintenant par trois entrepreneurs, dont l’objectif était de développer des vêtements sur-mesure, au prix le plus juste possible, notamment grâce à des marges très faibles. Hockerty s’est peu à peu développée, jusqu’à devenir une équipe de plus de 60 personnes, principalement basée à Zurich, à Barcelone et à Shanghaï.

À long terme, l’idée principale de Hockerty est de garantir une mode plus durable, grâce à des vêtements finement ajustés, et adaptés à notre morphologie. Acheter moins, mais acheter mieux, en somme !

 J’ai donc décidé de tester ce service, car il s’agit bien là d’un service, en ligne, où tout (ou presque) est personnalisable. J’ai opté pour une chemise et pour un blazer, puisqu’il s’agit de pièces basique, que je porte très régulièrement, et qui s’avère être – à mon sens – de bons symboles pour juger de la qualité d’une marque ! (À noter qu’on peut également opter pour un pantalon ou un manteau)

J’ai déjà eu l’occasion de tester des services de sur-mesure, notamment en matière de chemise, et je dois bien avouer que, si je n’ai pas été déçu, je n’ai pas non plus été subjugué par les résultats, et me tourne plus volontiers vers des marques plus universelles, et surtout, moins chères ! Pour le coup, ici, la chemise est en moyenne à 46€ et la veste à 129€, ce qui s’avère vraiment très peu cher, pour le type de tissu utilisé, et le type de service proposé ! Certains tissus ne sont pas fabriqués en 100% coton, mais Hockerty l’indique, preuve de la bonne foi du site !

Hockerty-blazer-couleurHockerty-chemise-couleur

Comme les photos l’indique, tout est détaillé, scruté, de sorte qu’on a affaire à très grand choix de tissus, mais que tous ces tissus sont classés par chaleur, par épaisseur, ou encore par poids. Un vrai plus, qui met directement en confiance !

Vient le moment des mesures et de la personnalisation. Qu’il s’agisse de la chemise ou du blazer, les mesures se font de manière basique : des silhouettes sont proposées avec des tour de taille standard, et à nous d’ajuster selon la grosseur de bras, ou la largeur de hanches, par exemple.

hockerty-personnalisation-blazer

Ce qui m’a le plus marqué est la richesse de la personnalisation, que je n’ai encore jamais vu ailleurs : des poignets aux poches poitrine, en passant par la longueur du bas de veste, rien n’est laissé au hasard, et le choix est dense !

hockerty-coupe-chemisehockerty-coupe-blazer

Je me décide pour une chemise en popeline motif Vichy à col mao, ainsi qu’un blazer noir assez basique pour aller avec. J’ai modifié les poches et les poignets à ma guise, sans trop me départir d’un style classique que j’aime assez ! Cette richesse de la personnalisation est très appréciable, mais c’est principalement au niveau des mesures (et, du sur-mesure) que mon regard va porter !

La livraison est très rapide, puisque je reçois mon colis environ 4 jours après avoir passé commande ! Et, à l’essayage, presque sans surprise : tout est parfait ! Le blazer est ajusté comme je l’aime, et est parfaitement taillé, la petite robe noire de l’homme quoi !

hockerty-blazer-sur-mesurehockerty-chemise-sur-mesurehockerty-sur-mesure

Quant à la chemise, dont j’avais été assez déçue sur d’autres plateformes de sur-mesure, le résultat est à la hauteur : pour 46€, tout est respecté à la lettre, et le tissu est relativement qualitatif ! Chez Hockerty, on peut d’ailleurs, pour se faire une idée avant achat, commander des échantillons de tissus, parmi les 150 proposés. On est sur un vrai bon plan !

hockerty-coupe-chemisehockerty-qualite-vetement

Enfin, si la qualité de la coupe ou de l’ajustement ne vous convainc pas, sachez que Hockerty s’engage à vous rembourser des frais de retouches, effectués dans un atelier local (jusqu’à une certaine somme, évidemment, on ne va pas retoucher tout notre vestiaire dis donc !).

Un rapport qualité-prix qui, s’il peut paraître étonnamment peu cher, se concrétise par un vêtement parfaitement adapté aux attentes inscrites sur le site, pour une qualité qui n’a rien à envier à certains concurrents, on valide quoi !

Et pour plus d’infos, n’hésitez pas à visiter leur site, et, pourquoi pas, à faire une simulation : https://www.hockerty.fr