La fièvre hors les murs de Sébastien Spitzer

Rien de mieux que la fiction pour nous rappeler une réalité; mieux, l’actualité. La fièvre se base sur une histoire vraie, mais est le schéma fondamental sur lequel la crise actuelle pourrait se baser pour exister. 1878, Memphis, une épidémie de fièvre jaune. Il n’en fallait pas plus à Sébastien Spitzer pour raconter les autres, grâce à son oeil de journaliste, aussi. Car entre l’inhumanité et les basculements intimes, ses personnages, il les sonde, il les scrute, il les étudie, au même titre que l’ambiance qu’il installe. À l’instar d’un document, ce roman est ce que l’on a coutume d’appeler une « plongée », profonde et implacable. Des sentiers personnels sur fond de torpillements internes, les personnages sont ce que l’être humain a de plus excessif dans les cas de crise, sur le bon comme sur le mal. Et le lecteur(ice) s’installe tranquillement dans cette atmosphère pleine de moiteur, pour tirer profit des cendres littéraires qui nous reste ici. 

Sébastien Spitzer, La fièvre, Albin Michel, août 2020, 320 pages

Éric L’Helgoualc’h, se reconnecter à la fiction

La Deconnexion Eric Lhelgoualch Faubourg

Un premier roman, mais qu’est-ce que c’est ? Un premier jet ? Une porte ouverte ? Un exercice de style ? Peut-être un peu de tout ça, mais pas tout à fait, ici. Il faut d’abord s’imaginer un ami d’enfance, à qui l’on propose de dresser un portrait de votre disparition. L’idée est bonne, le roman l’est encore plus. Car raconter la recherche d’un homme d’affaire parti combattre Daech en Syrie aux côtés de volontaires chrétiens, c’est faire le pari de la construction littéraire. Savoir construire une enquête, oui, mais surtout, le roman de l’enquête. Éric L’Helgoualc’h nous y plonge grâce à la télévision, élément extérieur mais parfois central d’un troquet, quel qu’il soit. Un moteur de conversations, qui va donner au narrateur l’envie de sonder le passé. Les « pourquoi » vont se transformer en « comment », pour, nécessairement, finir en « qui ». Qui était-il, cet ami d’enfance que l’on a aujourd’hui fictionné. Qu’il y ait ou non une réponse, il y a toujours le roman pour y prendre part et se déconnecter. 

Éric L’Helgoualc’h, La déconnexion, Éditions du Faubourg, août 2020, 304 pages

Raphaël Nizan, le ciel plus sombre

Sous le ciel vide Raphael Nizan

On ne connaît quasiment rien de Raphaël Nizan. Rien, sinon son écriture : des phrases longues, qui enroulent chaque association de mots pour ne laisser voir que l’essentiel d’une vie. Après l’incendie de Notre-Dame, le souvenir s’installe dans le roman. Entre Ayla et le narrateur, tout n’est pas si simple. Cet amour, à la lisière de la mythologie, s’illustre moins par ses errances que par la passion d’adolescents qui la construit. Et on le sait, ces petites passions sont bien souvent les plus profondes dans une vie. Les plus blessantes, aussi. Une passion, oui, qui se consume et qui sue au rythme des déliés stylistiques de ce court roman. Et entre l’alcool, la dope, la prostitution, et la musique – omniprésente, deux époques entrent en résonance, et laissent une question en surbrillance : qu’est-ce que c’est, une bonne vie ? Une question que chaque génération laissera sur le carreau, mais que l’on n’aura de cesse de serrer contre soi, sous le ciel vide de la vie.

Raphaël Nizan, Sous le ciel vide, Maurice Nadeau, septembre 2020, 98 pages