Les yeux et le ciel de Rachid Benzine

Yeux Ciel Rachid Benzine

En arabe, Nour est la « lumière ». Aucun autre prénom n’aurait pu mieux coller à ce personnage. Une prostituée. Il en est question ici. Nour est une révolte, Nour est une puissance, Nour est la question fondamentale de la liberté. Nour est le peuple arabe en quête de sens et de dignité. Nour n’a pas de lieu, pas de repères pour le lecteur et la lectrice. Archétyper la chose, la vraie chose, l’illusion que furent les révolutions arabes, tel était l’enjeu de Rachid Benzine dans ce livre qui, originellement, se jouait sur les planches tunisiennes. Si toutes les révoltes ne mènent pas à la liberté, le corps de cette prostituée est l’incarnation de la lumière et du collectif, qui fait tout pour la toucher. Maltraitée partout par tous, Nour est la marge, et prend relief aux côtés de Slimane, homosexuel, prostitué, qui voltige autour du centre pour mieux en parler. Car si l’espoir, si la jeunesse, si la marge est aussi présente, c’est aussi pour dire quelque chose de ce qui est à côté. Pour mieux faire face au tragique d’une existence pas toujours choisie, mais toujours vécue entièrement. Et si la révolution enfle, si la rue gronde et renverse, internet s’impose comme l’outil de protection absolu, pour des identités en quête de grandeur. Dans les yeux du ciel est un roman au souffle court, à déployer partout, qui semble tout, sauf désespéré.

Rachid Benzine, Dans les yeux du ciel, Seuil, août 2020, 176 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s