Sauce Bistrot : Ma découverte food venue tout droit du Béarn !

Hello !

Vous commencez peut-être à le savoir, j’adore manger, j’adore faire des découvertes, j’adore découvrir des choses à manger ! (Meilleure intro).

(Attention, meilleure transition, décidément !) Et bien figurez-vous que j’ai découvert il y a très peu une marque de food complètement locale, originale, et surtout hyper bonne : Sauce Bistrot. Comme son nom l’indique, cette entreprise lancée en 2014 a développé des gammes de sauces (béarnaises), exclusivement conçues dans le Béarn.

sauce bistrot sauce béarnaise

Les produits proposés par la marque sont plutôt très axés sur cet incontournable de la gastronomie française : la sauce béarnaise. Mélange d’huile, de jaune d’œuf, d’échalote, d’estragon et de cerfeuil, c’est l’une de mes sauces préférées (puisqu’on me demande). L’idée de Sauce Bistrot est donc de revisiter ce produit toujours de manière authentique, en y associant des composants qui se marient à merveille avec la recette originale. On trouvera donc, par exemple, la sauce béarnaise au Bordeaux, au miel, au piment d’Espelette (mon petit préféré), et même à la menthe paloise !

sauce bistrot sauce béarnaiseIMG_8859

J’ai eu l’occasion de tester les trois dernières, et, très honnêtement, quand il s’agit d’organiser un petit apéro entre amis, de donner un supplément d’âme à une viande, ou juste de faire un cadeau sympa, c’est l’idéal ! Et en parlant de cadeau, Sauce Bistrot propose des coffrets destinés à cet usage, plutôt sympa à l’approche des fêtes donc ! Celui-ci est composé des béarnaises miel/piment/menthe, et est à 20€, honnête !

sauce bistrot sauce béarnaise

Plus d’infos sur le site internet de Sauce Bistrot, la page Facebook, ou encore le compte Instagram. Bonne journée !

Publicités

Une journée en Champagne à la découverte de Piper-Heidsieck !

Hello ! Si vous me suivez sur Instagram (je commence les deux tiers de mes articles comme ça non ?), vous avez peut-être vu que je suis récemment parti en Champagne-Ardenne avec la marque de champagne Piper-Heidsieck. L’idée de découvrir les « coulisses » et les secrets de fabrication d’une grande entreprise comme celle-ci m’a tout de suite plu, et le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis reparti avec plein de petites infos ! Je n’ai qu’à les partager avec vous finalement, non ?

Arrivé dans la matinée au siège de Piper-Heidsieck, nous sommes accueilli par un buffet digne de la Cène (quoique..). Nous n’avons évidemment mangé que la quart du tiers du quart des denrées, mais les bases étaient posées, bienvenue en Champagne !

piper heidsieck champagne

S’en est ensuivi une visite de la cuverie – où le champagne se fait – appuyée par les explications de notre accompagnatrice. Au centre de cette pièce, deux immenses cuves d’assemblage, qui peuvent respectivement contenir 500 000 bouteilles chacune. De quoi passer une bonne soirée… (lourdeur) Chaque cru et chaque cépage dispose de sa propre cuve, de sorte à respecter au mieux le processus de vinification de chacun. À titre d’exemple, pour élaborer la Cuvée Brut (dont je vous parlerai plus tard), une centaine de crus sont nécessaires. On est donc sur une production à haute échelle !

piper heidsieck champagneIMG_7678piper heidsieck champagne

Le bâtiment qui abrite la maison de champagne est relativement atypique. Créé en 2008 par Jacques Ferrier, ses lignes graphiques et modernes donnent à Piper-Heidsieck un souffle nouveau qui, à mon sens, tranche avec certaines autres maisons de champagne, qui n’ont parfois pas les moyens techniques de le faire.

piper heidsieck champagnepiper heidsieck champagne

Chez Piper-Heidsieck, l’idée de base est vraiment de rendre toutes les bouteilles homogènes, d’un point de vue qualitatif, de sorte à entretenir une image de marque durable. C’est la raison pour laquelle des vins de réserve ont commencé à voir le jour en 1999. En bref, ces vins sont reconnus chaque année pour leurs qualités exceptionnelles, et viennent compléter la recette des champagne Piper-Heidsieck, de sorte à assurer une régularité des arômes. Sur le papier, on peine à saisir le principe, mais Régis Camus – le Chef de Cave de la maison – a reçu huit fois le titre de « Chef de Cave de l’année » par le International Wine Challenge. En partant du principe que Piper-Heidsieck est la Maison de Champagne la plus récompensée du siècle, on se dit que c’est un bon principe.

piper heidsieck champagne

La petite visite se poursuit dans les caves, où les bouteilles sont stockées pendant six à dix ans, puis dans le petit musée (oui oui), retraçant l’histoire et les faits marquants qui ont fait la renommée de la maison. On retiendra notamment que Piper-Heidsieck est très impliquée/présente dans le cinéma international. Fournisseur officiel du Festival de Cannes depuis les années 1990, Champagne officiel des Oscars à deux reprises, présent à de nombreuses reprises dans divers films, bref, on est sur une implication notable ! C’est la raison pour laquelle une petite ambiance « tapis rouge » a été mise en place au Siège de Piper (oui, j’ose le petit surnom, je suis comme ça !)

piper heidsieck champagneIMG_7682piper heidsieck champagne

Le champagne est donc produit en… Champagne, oui d’accord, mais pour quelles raisons exactes ? Trois caractéristiques construisent cette région : un climat rude avec des grandes variations de températures en hiver ou en été, un sous-sol calcaire, et une terre vallonnée. Cette dernière est idéale pour cultiver le raisin ! On y produit donc le champagne à partir de trois cépages champenois : le Chardonnay (vif et chaleureux), le Meunier (fruité et charnu), et le Pinot Noir (puissant, aux notes de fruits rouges).

piper heidsieck champagne

Bon, après s’être imprégné de toutes ces infos, direction la dégustation, moment clé de la journée, où on a pu découvrir les différents champagnes proposés par la marque, et où on a appris à les différencier.

La dégustation est un moment clé dans la fabrication du champagne. Tous les cépages et tous les crus sont affectés à une cuve spécifique, et sont suivis de près chaque jour. Le Chef de Caves (Séverine Frerson en l’occurence) et son équipe identifient les caractéristiques de chaque vin, de sorte à les utiliser pour assembler les cuvées non-millésimées.

piper heidsieck champagne

Piper a mis en place une technique assez originale pour nous faire déguster ses champagnes : la dégustation au toucher. Devant nous, une petite boîte, contenant différents types de tissus, de sorte à pouvoir associer ce que l’on boit à une sensation. Une manière d’intégrer le sens du toucher aux quatre autres sens, qui paraissent, quant à eux, aller de soi lorsque l’on déguste un quelconque aliment/boisson. On se prend au jeu, pas si facile au demeurant, et on finit par trouver à chaque fois quel tissu se rapproche le plus de quel champagne.

piper heidsieck champagne

En ce qui concerne la dégustation, nous avons eu la chance de goûter (de gauche à droite) le Brut, l’Essentiel (cuvée réservée), le Vintage 2008 (millésimé), le Rosé sauvage, et la Cuvée Sublime (et ben rien que ça dis donc !). Pour faire court, la Cuvée Brut est la signature de la Maison, non millésimée, harmonieux et vive en même temps. L’Essentiel retranscrit l’essence même du champagne, assemblage de Pinot Noir, de Meunier et de Chardonnay. Le Vintage est l’équilibre parfait entre le Chardonnay et le Pinot Noir, et se bonifie à merveille au fil du temps. Le Rosé Sauvage, quant à lui, est l’alliance parfaite entre vins blancs et rouges, dont la première recette date de 2001. Et enfin, la Cuvée Sublime rassemble des Pinots Noirs pour donner le caractère harmonieux d’un « grand champagne ».

piper heidsieck champagnepiper heidsieck champagne

En bref, une journée hyper intéressante, pleine de découvertes (et c’est tout ce qu’on veut finalement non ?) et, qu’on se le dise, déguster du champagne tout au long de la journée, y’a quand même pire !

 

La recette exclusive du nouveau Kusmi Tea est arrivée !

Hello !

Vous l’avez peut-être vu dans mes stories Instagram, il y a quelques semaines, j’ai été invité au sein du chic hôtel Meurice, pour un non moins chic petit-déjeuner organisé par Kusmi Tea. L’objectif de cette rencontre était de faire découvrir à une flopée de blogueurs le tout nouveau produit, à l’occasion des 150 ans de la marque (que j’ignorais aussi ancienne par ailleurs !)

Outre la chance que nous avons eu d’être reçus dans la salle du somptueux hôtel Meurice, de déguster les somptueuses créations du pâtissier officiel de ce même Meurice, Cédric Grolet (élu « meilleur pâtissier de restaurant du monde » il y a peu !), nous avons pu goûter en exclusivité ce fameux thé. Alors, qu’est-ce que c’est, pourquoi, qui, comment ?

kusmi tea alain ducasse thé blanc rose framboise nouveau meurice

Vous l’aurez compris, pour ce nouveau produit, Sylvain Orebi – le propriétaire et le nez de Kusmi Tea –  s’est associé à Alain Ducasse, qui est, (surprise), le chef cuisinier (étoilé, pardon !) du Meurice ! Sur le papier, on se dit « que de jolies saveurs en perspective ! ». Mais ça n’est pas tout, non non ! À l’occasion des 150 ans de Kusmi, la marque a tenu à marquer le coup ! Ainsi, il s’agit là également du premier thé blanc développé chez Kusmi ! L’association du savoir-faire de Kusmi et de la quête d’élégance d’Alain Ducasse donne alors un produit très réussi aux notes de rose et de framboise. Chic, sobre, et raffiné. Nous avons donc eu l’occasion de le déguster à la bonne température, infusé parfaitement, et, qu’on se le dise, tout le monde en a repris !

kusmi tea alain ducasse thé blanc rose framboise nouveau meurice

Pour les petites infos pratiques, ce thé peut être infusé deux fois. Il est conseillé de le laisser 3 minutes lors de la première infusion, et 3 à 4 minutes pour la seconde. La température de l’eau idéale est de 80°C, et la (trop jolie) boîte de 120g est vendue 39€ en ligne et en boutique Kusmi Tea, depuis le 4 octobre !

Bonne journée !

 

Mes bonnes adresses à Paris #2

Hello ! La voici, la voilà, la deuxième édition de mes bonnes adresses parisiennes (la première est à retrouver ici !). Alors, comme pour le précédent article, je mets un point d’orgue à tester toutes ces adresses au moins deux fois (on ne sait jamais, sur un malentendu…). Je n’en ai pas mis beaucoup, car, outre le fait que c’est le type d’article qui me prend le plus de temps (et d’argent, au secours..), je pense faire une troisième édition assez vite ! Amis parisiens, ou de passage à Paris pour un week-end, cet article peut donc vous intéresser, go !

(Ah oui, je note qu’il y a une adresse où j’ai été invité, je vous le précise plus bas. Toutefois, cela n’altère aucunement mon avis, puisque, précisément, j’étais invité pour tester cette adresse, et pas pour en dire du bien !)

 

  • Le café où on passerait bien la journée : Café Pimpin

Situé à deux pas de la mairie du 18ème arrondissement, le café Pimpin est le lieu agréable par excellence. L’ambiance donnée dans ce petit coffeeshop est propice à travailler, mais aussi à boire un petit verre entre amis, toujours dans un cadre hyper joli et entouré(e) par une équipe plus que sympa ! Mention spéciale pour la terrasse, agréable au possible, et c’est là qu’on se dit qu’on y passerait bien la journée, accompagné(e) d’un (très) bon café, de toasts au jambon à l’herbe, ou de scones de folie !

IMG_2624IMG_2623IMG_2622IMG_2629IMG_2626IMG_2628IMG_2625IMG_2627

IMG_4772

Café Pimpin

64 Rue Ramey

75018 Paris

(Métro Jules Joffrin/Marcadet-Poissonniers)

Ouvert du mardi au vendredi de 8h30 à 18h, et de 11h à 18h le samedi et le dimanche.

Plus d’infos sur la page Facebook, ou sur le compte Instagram : @Cafepimpin


  • La café sympa par excellence : Clint

    Gros coup de coeur pour ce lieu du 11ème arrondissement, rue de la Roquette ! Le lieu est hyper lumineux, assez vaste pour que le sacro-sain brunch du dimanche se passe en toute détente, et la carte est parfaite (et bonne hein, évidemment !). Au menu du brunch (car c’est ce que j’ai testé à chaque fois) : des plats simples, mais efficaces, des oeufs, du bacon, des pancakes, bref, que des bonnes choses, et tout ce dont on rêve un dimanche ! Comme d’habitude, les photos parleront probablement mieux du lieu :
    IMG_2826IMG_2827IMG_2828IMG_2825IMG_2824IMG_2829IMG_2830IMG_2831
    Clint
    174 Rue de la Roquette, 75011 Paris

     

    (Métro Philippe Auguste ou Voltaire)
    Horaires :
    Du mardi au vendredi midi : 12h – 14h30
    Le samedi et dimanche midi – 12h – 15h30
    et
    Du mardi au samedi soir – 20h-23h

    On fonce sur la page Facebook ou le compte Instagram (@Clint_Paris) pour plus d’infos !

     


  • La boutique de déco aux milles et une trouvailles : Mamadeko

    À Montmartre, on trouve parfois souvent des petites pépites, et Mamadeko en fait partie. À mi-chemin entre concept store et caverne d’Ali Baba, il est, je crois, assez difficile de sortir de cette boutique les mains vides. Des plantes, des miroirs, des tasses, des bibelots tous aussi jolis les uns que les autres, on aurait un peu envie de redécorer son appartement entier. Et si on s’abonnait à tous les magazines de déco en sortant d’ici ?

IMG_2837IMG_2836IMG_2835IMG_2834IMG_2833IMG_2832

Mamadeko
15 Rue Durantin, 75018 Paris

(Métro Abbesses)

Ouvert du mardi au samedi de 11H à 19h30, et le dimanche de 12h à 18h30

Rendez-vous sur le site internet, la page Facebook, ou le compte Instagram (@Mamadekoparis) pour en découvrir plus !


  • Le brunch cool à volonté : Les petites gouttes

À Marx Dormoy, il y a une petite place, une petite esplanade, l’esplanade François Sagan. Y sont alignés différents petits restaurants, que je n’ai pas forcément testés, excepté Les petites gouttes, deux fois même, dis donc ! Et je ne pense pas que ça sera les dernières. L’été, la terrasse est hyper cool, lorsqu’on a la chance de trouver une place ombragée (amis du soleil, bienvenue !) Les plus chanceux trouveront même une place sur les canapés du fond, sous la tonnelle, ouloulou ! Au menu, le dimanche, brunch à volonté pour 27€ (ce qui est très honnête, pour ce qu’on trouve sur le buffet, et c’est à volonté, on le rappelle !) accompagné d’un jus au choix (citron, orange, ou pamplemousse). Les deux fois où j’y suis allé, c’était quand même un énorme plaisir, alors je recommande !

Les petites gouttes brunch parisLes petites gouttes brunch parisLes petites gouttes brunch paris

12 Esplanade Nathalie Sarraute

75018 Paris

(Métro Marx Dormoy)

Ouvert du lundi au dimanche (oui oui !) de 9h à 2h (oui oui !)

Par ici : Site internet, page Facebook, compte Instagram : @Lespetitesgouttes


  • Le nouveau resto : Café Méricourt

« Encore une nouvelle adresse de blogueur »… Alors oui, c’est exactement ce que je me suis dit en pénétrant au Café Méricourt, à Saint-Ambroise. Le lieu est extrêmement beau, l’ambiance est paisible, propice au travail, il y a des jolies plantes au-dessus du bar, bref, beaucoup trop instagrammable. Et puis j’ai commandé un café, et un porridge aux pêches et aux amandes grillées. Et puis je suis revenu, plusieurs fois, parce que finalement, c’est bon, et c’est beau, alors lieu tendance ou pas, peu d’intérêt à se priver d’y passer un bon moment, si ?

IMG_4777IMG_4774IMG_4776IMG_4773IMG_4778IMG_4775

Café Méricourt

22, rue de la Folie Méricourt

75011 PARIS

(Métro Saint-Ambroise)

Ouvert du mercredi au dimanche de 10h à 18h

 

Plus d’infos sur le site internet, la page Facebook, ou le (joli) compte Instagram : @Cafemericourt


  • Le silicien beau, bon et raisonnable : Les amis des Messina

Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas comment je n’ai pas encore évoqué ce restaurant, dans lequel je me suis déjà rendu bon nombre de fois. À Sentier, sachez qu’il est possible de (bien) manger sicilien, dans un décor plus que joli ! Chez les Amis des Messina, on mange hyper bien, pour un prix raisonnable, une top adresse à découvrir d’urgence si vous êtes dans le coin ! Sachez qu’il existe également un deuxième restaurant, dans le 12ème arrondissement, je n’y suis jamais allé, mais j’ai pleinement confiance ! Par ailleurs, les Amis des Messina organise également des ateliers culinaires, 3 heures de recettes pour 100€ par personne, si on a droit à ce qu’on mange au restaurant, je dis oui !

IMG_4769IMG_4771IMG_4763IMG_4764IMG_4770IMG_4767IMG_4766IMG_4768IMG_4762IMG_4782IMG_4783

Les Amis des Messina

81, rue Réaumur

75002 PARIS

(Métro Sentier)

Ouvert du lundi au samedi de 10h à 22h30


  • L’épicerie/restaurant « de qualité » :

Créer du lien, de l’échange, autour de produits sélectionnés avec soin. Prendre le temps de choisir des producteurs locaux, aller à leur rencontre pour en tirer le meilleur, c’est le concept de Terra Gourma. À la fois épicerie et restaurant, ce lieu de vie du 9ème arrondissement laisse à penser qu’il y a encore des endroits où la qualité du produit prime sur tout le reste. Et c’est chouette. Un coin snack, un rayon vin, des exclusivités, les rayons ne désemplissent pas de bonnes choses, on a envie de tout acheter, bref, la vie, la vraie ! Côté restaurant, il va sans dire que les plats sont réalisés avec des produits de qualité, que l’on pourra souvent retrouver à l’épicerie. Nous avons eu la chance de goûter des mets ni trop élaborés, ni grossiers, c’était juste parfait. J’y retournerai, sans souci, ne serait-ce que pour dire bonjour, puisqu’ici, c’est possible ! Il en existe également un à Levallois, pour une pause déjeuner raisonnable et de qualité, on s’en souviendra. (Je précise que j’ai été invité à tester cette adresse, mais que, on l’aura compris, j’aurais payé avec grand plaisir !)

IMG_4812IMG_4813terra gourma épicerie restaurant parisIMG_4820IMG_4821IMG_4822IMG_4819IMG_4817IMG_4816IMG_4815IMG_4814

Terra Gourma

72 Rue du Faubourg Montmartre

75009 Paris

(Métro Notre-Dame de Lorette)

Ouvert du lundi au vendredi de 10h30 à 22h30, et le samedi de 10h30à 21h, mais tout ceci est variable, en fonction de l’avancée de la soirée 😉

À noter que Terra Gourma propose une boutique en ligne sur le site internet. Et sinon, rendez-vous sur la page Facebook ou le compte Instagram : @Terragourma

 

Voilà, je pense refaire un petit article « bonnes adresses » très vite, Paris est une mine d’or pour ça, on ne s’en sort plus, mais qu’est-ce que c’est chouette !

À très vite !

 

City trip à Copenhague !

Hello !

 

De retour de Copenhague, je me suis dit qu’un petit article pourrait être plutôt intéressant. Car outre les balades dans la ville, les « choses à voir », et autres attractions touristiques, j’ai eu l’occasion de tester quelques adresses, dont certaines plutôt très chouettes !

Bon, en bref, pour ceux et celles qui ne connaissent pas du tout Copenhague, procédons par ordre. C’est donc la capitale du Danemark, et le pays où, paraît-il, le taux de bonheur est le plus élevé au monde. Les danois ont même créé un concept, le « Hygge », que l’on retrouve dans certains livres qui lui sont consacré. (du type : Le livre du Hygge, écrit par Meik Wiking, et paru en novembre 2016 aux éditions First (bon, un peu marketing sur les bords, mais ça vaut le coup de le feuilleter en librairie).

IMG_3991

Copenhague, c’est aussi des vélos, beaucoup beaucoup beaucoup de vélos ! Sur la route, ces derniers font clairement la loi, les pistes cyclables sont légion, et si, par malheur, un piéton venait à ne pas regarder avant de traverser, la collision est totalement envisageable. Les vélos sont partout, garés n’importe où, parfois n’importe comment, c’est assez impressionnant. Pour notre séjour, nous en avons loué, histoire de se fondre dans le décor, et de découvrir la ville de manière hyper agréable. Sauf que rouler sur une piste cyclable à Copenhague, c’est un peu comme rouler sur l’autoroute du soleil un samedi de juillet. Il ne faut surtout pas dévier de sa trajectoire, l’angoisse de percuter un autre cycliste est palpable.. Bref, quoiqu’il en soit, Copenhague est une ville extrêmement agréable, à l’ambiance posée, où, comme on dit, « il fait bon vivre », j’ai adoré !

IMG_3992IMG_3980IMG_3965IMG_3995IMG_3996IMG_3994IMG_3993

IMG_3998IMG_3997

Parmi nos petites visites, on a découvert le jardin botanique (hyper sympa pour se poser), même si les serres ne sont pas extraordinaires. Mais bon, c’est gratuit, c’est sympa, et la vie est belle ! Nous avons également découvert le quartier de Christiania, notamment l’église de Notre-Sauveur (située au milieu du quartier), où l’on peut monter, non sans efforts. La vue est plutôt très chouette, je vous laisse juger par vous-même :

IMG_3978IMG_3979IMG_3964IMG_3963IMG_3981

Concernant les bonnes adresses, Copenhague n’est pas en reste ! Pour manger, pour se faire plaisir, ou même pour boire un verre, je dois dire qu’on a plutôt bien géré notre coup ! Presque tous les lieux où nous allions étaient chouettes, alors voici un petite sélection, non exhaustive, bien évidemment !

  • Cucaracha : Nous sommes allé boire des verres dans ce pub qui, de base, n’inspire pas plus que ça l’ambiance « hygge » associée à Copenhague. Et c’est plutôt vrai ! Outre les bougies posées sur les tables, les gens fument à l’intérieur, chantent tous ensemble les tubes danois que la serveuse met, et enchaînent les girafes de bière comme jamais. Mais au final, on y est bien. Pour le coup, on est sur un lieu typique, que j’étais plutôt content de découvrir en tant que français, perdu dans la meute danoise ! (Je n’ai pas pris de photos, la lumière était vraiment trop sombre)
    Adresse : Gothersgade 41, 1123 København K

 

  • Madam Chu’s : Un peu plus branché, ce bar à l’ambiance un peu « asiatisante » propose des cocktails hyper chouettes : vodka/saké/fruits de la passion/rhubarbe, ou encore rhum/mûre/basilic/citron vert. Des banquettes, un grand bar, une petite terrasse, de la musique plutôt hip-hop, c’était franchement une belle découverte !

    Adresse : Gammel Strand 40, 1202 København K

  • Papiroen et Tovernhallerne Market : Deux marchés couvert/food courts, où on peut s’installer pour manger, boire une bière, un café, bref !

    Ma préférence va à Papiroen, qu’on retrouvera dans le quartier de Christiania. Situé en bord d’eau, le Copenhagen Street Food est un concentré de cuisines du monde, impossible de choisir ! Et, petit supplément d’âme, les halles sont juste à côté du musée d’art contemporain, où sont notamment présents une installation de Yoko Ono, ou encore un film de 24 heures (basé sur l’heure exacte qu’il est au moment où on le visionne) réalisé par Christian Marclay.

    IMG_3986IMG_3985IMG_3984IMG_3983IMG_3990IMG_3989(1)IMG_3988IMG_3987IMG_3982

    Copenhagen Street Food
    Warehouse 7 & 8
    PapirØen
    Trangravsvej 14
    1436 Copenhagen K

    Le deuxième marché se trouve aux stations Nørreport Station et Nørreport Metro. Les halles de Copenhague (Tovernhallern Market) sont le plus grand marché de la ville. Ici, on vend plus de produits « bruts » qu’à Papiroen, mais il est totalement possible de manger « sur le pouce » parmi tous les stands présents. On s’attable, on profite de l’ambiance hyper détendue, bref, top top !

    IMG_3960

  • IMG_3962IMG_3961IMG_3958IMG_3959Toverhallerne Market
    Frederiksborggade 21
  •  Väkst : On passe du tout au tout avec ce restaurant un peu plus chic qu’un simple bout de table. Mais bonne découverte lorsqu’on souhaite se faire un vrai bon resto (au menu imposé, attention aux gens difficiles) ! Ambiance bistronomique dans ce lieu ouvert par Host (un autre restaurant de Copenhague conseillé par un ami, visiblement en travaux au moment où j’écris cet article, mais dans le même esprit que Väkst). Au menu, du porc tendre comme jamais, accompagné d’une sauce un peu piquante mais juste parfaite, et de légumes croquants dans une sauce hyper subtile. Personnellement, j’ai adoré, ce genre de lieu me parle vraiment vraiment ! Et, bien évidemment, l’endroit est canon ! À noter que, tout autour de cette adresse, le quartier est vraiment chouette : plein de petites échoppes, de friperies, et de cafés sympas !

    IMG_3973IMG_3972IMG_3968IMG_3967(1)IMG_3969IMG_3971IMG_3966

    Väkst
    Sankt Peders Stræde 34
    1453 København K

    Pour une pause café, très honnêtement, je ne crois pas avoir d’adresse particulière à donner, Copenhague regorge de petits coffeeshops trop chouettes, souvent avec le wifi (détail parfois important lorsqu’on est touriste !), malgré des prix qui feraient même bondir un parisien (4€ le café, ça commence à faire beaucoup les enfants !).
    Mais Copenhague, c’est aussi le design, des boutiques de déco toutes aussi belles les unes que les autres. (Typiquement, la boutique Hay est, je crois, un incontournable !) Il y en a partout, le choix est plutôt très vaste pour les amateurs de jolies choses. J’ai noté une seule adresse, mais il me semble qu’il pourrait y en avoir une dizaine sans souci :

  • Plint : En se baladant dans la rue commerçante de Copenhague, nous sommes tombés sur une boutique où on voudrait tout acheter, aux prix plutôt abordables (pour la Scandinavie, on s’entend hein !), bref, tout ce qu’on aime ! On trouve un peu de tout, des tasses, des soins pour le corps, des paniers, bref, les photos seront probablement plus parlantes, mais j’ai noté l’adresse dans un coin de ma tête !

    IMG_3975IMG_3977IMG_3974IMG_3976

    Plint
    Købmagergade 50
    1150 København K

 

Voilà, en bref, quelques « bonnes » adresses que j’ai pu récolter pendant mon séjour danois, sait-on jamais, si certains d’entre vous s’y rendent, ça peut toujours servir !

N’hésitez pas à me donner les votre si vous en avez aussi, je vais probablement y retourner, parce que, qu’on se le dise, j’ai vraiment vraiment aimé !

 

Bonne journée, à très vite !

 

#Summer vibes #2 : 4 cocktails estivaux à base de thé glacé

Hello !

 

Encore une fois, l’été arrive, on continue la série « Summer vibes » avec des cocktails à base de thé glacé ! Quatre recettes (pas forcément pompettes) de mélanges assez chouettes, avec pour base les sublimes thés de la marque Compagnie Coloniale. J’ai découvert leur produits il y a très peu, et alors qu’on se le dise, gros gros coup de coeur ! Les mariages sont juste parfaits, le goût est complètement fou, bref, des produits d’une qualité franchement notable ! Et, pour couronner le tout, la marque a sorti un coffret « thé glacé » (qu’on peut évidemment déguster chaud si on le souhaite !), avec, à l’intérieur :

  • 1 maté citron
  • 1 melon-mangue
  • 1 thé vert menthe
  • 1 délice panier de fruits

L’idée m’a parlé, je me suis donc lancé dans la confection de cocktail estivaux, à base de chacun de ces petits produits, parfois en prenant pour exemple les recettes de Javier Sham (qui officie au Sherry Butt, à Paris), qui a collaboré pour l’occasion avec Compagnie Coloniale.

Et d’ailleurs, parlons un petit peu de la marque en soi ! Compagnie coloniale est la plus ancienne de marque de thé français. Fondée à Paris en 1848, elle s’était d’abord spécialisée dans le chocolat, avant de changer de bord et de se tourner vers le thé. (anecdote) Et, pompon sur la pomponette, tout le procédé d’assemblage, d’aromatisation, de conditionnement des feuilles de thé se passe où ça, où ça ? En France, oui oui, dans les ateliers de la marque, on adore ! Bon, ce petit point « biographique » passé, place aux cocktails !


Alors, d’abord, comment s’y prendre pour préparer un thé glacé ? Rien de très compliqué, qu’on se le dise ! En bref, une bonne technique consisterait à faire infuser 4 minutes un sachet dans 1/2 d’eau chaude à 80°C, à retirer le sachet et à laisser refroidir. Bon, ça va je crois. Et c’est là que l’on peut passer aux choses sérieuses, et laisser un peu son imagination déborder, go !

 

  • Avec le Délice Panier de Fruits : (recette largement inspirée par celle de Javier Sham)

– 35ml de rhum blanc

– 15ml de citron vert pressé

– 20ml de sirop de sucre de canne

Le goût des fruits rouges est juste parfaitement en adéquation avec les autres saveurs, c’est un pouce en l’air ! Et avec des glaçons, c’est encore mieux ! (Je ne vais pas le dire pour chaque recette, alors considérons que cette phrase s’applique aussi aux trois suivantes)

IMG_2511IMG_2512IMG_2510

cocktail été thé glacé compagnie coloniale
La beauté du sachet !

  • Avec le maté citron :

– 20ml de gin

– 30ml d’eau pétillante

– 20ml de citron jaune pressé

– Un peu de gingembre râpé

– Quelques feuilles de menthe (à ajouter après avoir « shaké » la préparation)

C’est simple, efficace, et tout aussi bon en version non-alcoolisée ! Les doses peuvent également être modifiées à votre convenance, cela va de soi !

IMG_2503IMG_2505IMG_2507IMG_2508IMG_2506


  • Avec le thé vert menthe : (recette de Javier Sham, à laquelle j’ai juste ajouté un ingrédient supplémentaire)

– 20ml de sirop de sucre de canne

– 35ml de gin

– 10ml de citron jaune pressé

– Petit ingrédient bonus : des fleurs de lavande, qui donnent un côté frais et, de fait, fleuri à l’affaire ! (et en plus, c’est joli dis donc)

IMG_2499IMG_2501IMG_2500


  • Avec le melon/mangue :

– 20ml de sirop de fraise

– 30ml d’eau pétillante

– Des grains de poivre noir

Le goût hyper fruité du thé et la saveur tonique du poivre = bonheur. Une association qui pétille en bouche !

IMG_2497IMG_2495IMG_2498IMG_2496IMG_2494

Bon, et bien ainsi s’achève mon premier article « recette/DIY » comme on dit. J’avoue avoir adoré le faire (notamment les photos), alors n’hésitez pas à faire un petit retour sur tout ceci, et à me dire si vous avez testé l’une de ces recettes ! (j’avoue que celles de Javier Sham sont certainement mieux pensées/travaillées que les miennes, mais l’intention est là hein !)

Comme d’habitude, pour plus d’infos, rendez-vous sur le site internet de Compagnie Coloniale, la page Facebook, ou encore le compte Instagram : Compagnie_Coloniale

À plus tard !!

Le lait doré, la douceur selon Pampille

Hello !

Aujourd’hui, je vous parle d’une petite marque pleine de douceur découverte il y a peu : Pampille. J’ai eu l’occasion la chance de rencontrer les personnes à l’origine de Pampille autour d’un café. Sarah, la fondatrice, a pu m’expliquer en détails les valeurs et le travail de fabrication de ses laits dorés biologiques, et me les faire déguster.

IMG_1776

Mais alors concrètement, procédons par ordre, qu’est-ce que le lait doré ? Lait d’or, lait au curcuma, golden milk, curcuma latte, turmeric milk, toutes ces appellations désignent une seule et même boisson. Il s’agit d’une préparation ayurvédique ancestrale, encore utilisée de nos jours par les familles indiennes. L’ingrédient de base est donc le curcuma, aux propriétés multiples et vraiment très intéressantes pour la santé ! Puissant antioxydant, antiseptique, antibactérien, anti-inflammatoires, les usages sont multiples. Associé au poivre noir, les effets seraient multipliés par 1000, on demande à en savoir plus !

Pampille est donc parti de ce constat, selon lequel le lait doré est LA boisson qui nous veut du bien. En le déclinant en trois accords (fruité, floral et épicé), on accède à trois saveurs différentes, toujours dans l’esprit de la recette originale.

  • Le fruité : Un lait de pistache (unique !) mêlé à la saveur du yuzu, du gingembre, et de la touche de fleur d’oranger, on adore !
  • Le floral : Du lait d’amande de Sicile, une pointe de miel, de la lavande, de la rose, et nous voilà parti pour un petit voyage en bouteille !
  • L’épicé : Avec un lait de cajou d’Inde, du gingembre, la chaleur de la cannelle, une pointe de cardamome, le résultat est plutôt très étonnant !

Pampille Paris lait doré

Imaginées et conçues dans l’atelier « À Paris chez Antoinette Poisson », les étiquettes des bouteilles Pampille sont imprimées à la planche et peintes à la main ! L’impression se déroule, quant à elle, à l’imprimerie du Marais, en activité depuis 1954.

Les recette sont, pour leur part, imaginées au coeur du village d’Auteuil, dans l’atelier de parfumerie gustative de Pampille. On est donc sur une production locale, éthique, de qualité, dont le souci du détail m’a beaucoup touché !

IMG_1775

Mais pas que, le goût, plein de douceur, n’est pas celui auquel on pourrait s’attendre. Ici, c’est la finesse et l’arrangement des saveurs qui priment. Véritable parfumerie gustative donc, les laits dorés de Pampille pourraient presque être qualifiés d' »expérience ». J’ai été surpris par le goût, original et doux en bouche, tout le contraire de ce que j’aurais pu penser !

Le lait doré est cette boisson qu’il convient de boire à toute heure. Il est même possible de le tiédir avant d’aller dormir, il paraîtrait qu’il aide à trouver le sommeil réparateur ! Je n’ai pas encore essayé, mais l’idée me plaît assez !

Amis parisiens, vous pouvez notamment trouver Pampille dans les points de vente suivants : Claus, Umami Matcha Café, Welcome Bio, Bien L’Épicerie (Saint-Gilles et Quatre-Fils), le Bio d’Auteuil

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à visiter le site de Pampille, ou à faire un petit sur leur compte Instagram : @PampilleParis