Mes trois découvertes food du moment !

Ces dernières semaines, j’ai eu l’occasion de goûter pas mal de petites choses. Des choses que je ne connaissais pas, mais aussi dont j’avais déjà entendu parler, sans vraiment m’être fait un avis dessus. C’est chose faite, et voici donc trois petites découvertes, du bon fromage des familles jusqu’au au produit healthy !

  • Zavva :

Alerte concept marrant/ludique/original ! La marque italienne Zavva Shots a fait son arrivée en France. Des mini-cocktails artisanaux, naturels et sans gluten, dont le mélange est divisé en deux parties : une pour l’alcool, l’autre pour le « soft ». Au programme donc : whisky/miel, gin tonic, bref, que des bonnes choses !

zavva

On se retrouve donc à déguster les 6 parfums de cocktails, sans vraiment s’en rendre compte tellement le concept est sympa (l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, rappelons-le).

zavva

Je dois bien avouer avoir eu, au début, une petite réticence en me demandant comme ma bouche allait pouvoir accueillir les deux boissons en même temps, mais le principe est évidemment étudié !

  • La Box Fromage :

Amis des bonnes choses, des apéros entre amis et des produits du terroir, La Box Fromage va vous intéresser !

Le concept est ultra simple : Chaque mois, on reçoit une sélection de quatre fromages sélectionné par Bernard Mure-Ravaud, meilleur ouvrier de France, et puis c’est tout !

la box fromage

Un concept simple, mais très chouette lorsqu’on souhaite découvrir ce type de produits, ou juste se faire plaisir. À noter qu’il est même possible d’offrir la box en cadeau, histoire de partager la découverte à deux !

la box fromageIMG_1438

Quatre fromages français donc, dont la qualité a été approuvée par moi-même (ah tiens). Blague à part, j’ai vraiment été très surpris par la pertinence de la sélection : un Timanoix, un Saint-Marcellin fermier, une Fourme d’Ambert AOP, et un Chèvre de Bilieu. Bref, une chouette découverte !

  • Terracaï

Si vous suivez des comptes food sur Instagram, vous n’avez pas pu passer à côté des « acaï bowls ». Ces bols colorés et hyper healthy qui donnent, de fait, des photos assez jolies.

Toutefois, je dois bien l’avouer, je n’avais jamais eu l’occasion de goûter ce nouvel aliment qui fait tant parler de lui. Et pourtant, l’acaï est une baie hyper antioxydante, dont les bénéfices sur la santé sont incalculables. Une bonne raison de tester des marques qui en font leur produit phare.

terracai

Bref, l’idée de tester Terracaï m’a donc tentée, et, vous l’aurez compris, c’est une chouette découverte !

Terracaï développe toute une gamme bio tournée autour de cette baie « miracle ». De la pulpe simple (qui permet de faire ces fameux « bowls ») aux boissons detox, tout est fait pour donner envie.

terracai
J’ai eu la chance de tester une sélection assez conséquente, et, qu’on se le dise, gros coup de coeur pour les boissons ! Le goût est précisément celui auquel on pourrait s’attendre : fruité, doux, avec une pointe d’acidité. Une petite bouteille ne suffit presque pas dis donc ! Le mieux est découvrir tout ça par vous-même en parcourant le site de Terracaï !

Publicités

Schmoove, de la chaussure et de la qualité !

Si vous me suivez sur Instagram, vous connaissez déjà probablement Schmoove. Cette marque de chaussures dont je découvre chaque collection depuis quelques temps maintenant.

En bref, Schmoove, c’est quoi ? C’est une marque française, créée en 2001, qui avait pour objectif premier de chausser les hommes. Depuis, les choses ont bien évoluées, puisque les femmes ont également leurs collections, yes !

Avec des slogans comme « No gods, no masters », « Authorized dealer », « Nothing to proove », « Boys don’t cry », Schmoove est l’archétype de la marque qui surfe sur les tendances, à l’ADN marqué, tout en développant des produits atemporels !

Designés en France et conçus au Portugal, les produits sont, pour en avoir déjà testé quelques uns, de qualité pour un prix relativement attractifs ! (ce qui est notable finalement)

schmoove

Style casual, sport, habillé, tout le monde y trouve son bonheur, et le modèle « Cup Tennis » (celui que je porte) est assez significatif de la recherche menée par Schmoove pour créer des produits à le fois modernes et en marge du temps !

À noter qu’il existe déjà trois boutiques à Paris, histoire de voir, de toucher, de sentir (?) les produits de manière plus concrète !

Emma Matelas, élu produit de l’année !

Commençons par un lieu commun : bien dormir, c’est important. C’est même primordial. Et pour cela, la qualité de sa literie est LE point sur lequel il faut se pencher. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de faire confiance à Emma Matelas.

Emma Matelas est une entreprise allemande qui, comme son nom l’indique, est soucieuse de la qualité de notre sommeil. Elle a développé des gammes de matelas, de sommiers et d’oreillers en tous genres, toujours avec pour ambition de produire un matelas « créé pour nous ». Pour cela, le choix des matériaux s’est imposé crucial. Trois couches empilées, dans un tissu ultra respirable : la mousse Airgocell®, la mousse viscoélastique sensible à la pression, et la mousse froide de support.

emma-matratze-detail-kante_1

Adaptable à toutes les surfaces (un minimum propre et plane évidemment !), on peut poser le matelas à même le sol, ou encore sur un sommier, quel qu’il soit. Le matelas Emma, qui n’est pas conçu pour être tourné (en raison de la couche Airgocell®), doit toujours être tourné vers le haut, le côté antidérapant vers le sol, donc !

emma matelas

À noter que Emma Matelas propose 100 nuits d’essai. Si, pour une quelconque raison, le matelas ne nous convient pas, il suffit de le renvoyer, et magie, on est remboursé intégralement dis donc !

emma matelas

J’ai donc testé ce matelas durant quelques temps maintenant, et je dois dire que la différence avec mon ancien lit est flagrante. L’inconvénient est que j’ai désormais très envie de rester dans mon lit le matin, deutsche Qualität !

emma matelas

 

Les nouveaux vêtements d’intérieur de Boutique Arthur !

Si vous me suivez régulièrement (comment ça non ?), vous connaissez probablement Arthur, cette marque française de « vêtements d’intérieur » (pour homme comme pour femme) dont je parle assez régulièrement ici. Nouvelle saison oblige, la nouvelle collection a fait son apparition.

Cette saison, Arthur a gardé sa recette, en y apportant cette ambiance printanière/estivale propice à la saison, donc. Au programme, des associations détonantes, des motifs souvent originaux, ou encore des jolies matières.

boutique arthurLook_4

Je m’arrête un peu sur les matières. Chez Boutique Arthur, on sent cette envie d’être toujours en effervescence, de travailler et  faire évoluer au mieux la qualité des produits. Certains pyjamas, par exemple, sont conçus en coton pima. Il s’agit d’une matière naturelle, de meilleure qualité que le coton traditionnelle, que l’on trouve dans le nord du Pérou. Fin et soyeux, le coton pima possède une fibre résistante, et, surtout, est récolté de manière artisanale et écologique. Certaines chaussettes, quant à elles, sont fabriquées à partir de fil d’Écosse, une fibre naturelle qui, au moment de la récolte, entoure la graine du cotonnier. Plus doux, plus résistant, plus aérien, le fil d’Écosse est un signe notable de qualité que l’on retrouve dans cette nouvelle collection. (et sur ces chaussettes jaunes)

boutique arthur

J’ai également noté un travail sur les couleurs, notamment une recherche de tons pastels plutôt très jolis, idéal pour l’été !

boutique arthur

Et pour finir, comme Arthur est aussi destiné aux femmes (et aux enfants), voici deux/trois petites pièces assez représentatives de cette nouvelle collection !

Article sponsorisé

 

À la découverte de l’Artisan Parfumeur !

Les marques de parfum, c’est un peu comme les crèmes pour les mains : il y a beaucoup, mais on ne sait jamais vers laquelle se tourner. (c’était probablement la meilleure comparaison jamais faite tiens)

On est souvent réticent face aux marques de grande distribution, où, pour couronner le tout, le choix est  assez vaste. Alors on se tourne vers les parfumeurs qu’on appellera grossièrement des « professionnels », mais là encore, nombreuses sont les marques et les références présentes sur le marché. S’intéresser à chacune d’entre elles serait une bonne idée, mais malheureusement, nous n’avons qu’une vie, et il faut sélectionner. C’est ce que j’ai fait avec l’Artisan Parfumeur, maison fondée en 1976, qui nous propose une jolie sélection de parfums de niche. Par « parfum de niche », on comprendra rapidement :  « Maison plus intimiste que les énormes marques, moins portée sur la publicité, davantage sur les fragrances, et à destination d’un public plus averti. »

Alors, l’Artisan Parfumeur, en bref, qu’est-ce que c’est ? La maison est née d’une petite blague d’un ami de Jean Laporte (le créateur donc), qui lui demanda de créer un parfum à la banane à porter au bal des Folies Bergères. Jean Laporte, qui avait fait des études de chimie, s’est pris au jeu, et a fini par créer d’autres fragrances avec des matières premières naturelles, puis à sortir une première collection, pour finalement être reconnu dans le domaine. Ca valait le coup d’aller danser finalement !

La première boutique, ouverte en 1979, se situait rue de Grenelle, et a lancé le développement d’une marque à travers l’Europe dont personne ne soupçonnait le potentiel. Alors à quoi ce succès est-il dû ? À la qualité des produits, bien évidemment, mais peut-être également à cette vision contemporaine, qui contraste entre des valeurs classiques et un positionnement résolument moderne. En témoigne notamment la refonte du flacon, désormais composé de verre sombre et fumé (qui n’est pas sans rappeler l’ambiance d’un atelier d’apothicaire), ou encore les recettes, inchangées depuis 40 ans, qui témoignent d’une espèce d’intemporalité des fragrances !

Parlons justement de ces parfums. L’Artisan Parfumeur a développé quatre gammes : les frais, les floraux, les orientaux, et les boisés. Contrairement à ce que j’aurais pu penser, je suis partie sur « Premier figuier extrême », qui fait partie des boisés.

artisan parfumeur

À moins d’être un professionnel, il est quand même relativement difficile de décrire un parfum, voici donc ce que le site nous en dit :

Premier Figuier Extrême amplifie l’arôme de figues mûres. Le figuier repose sous le soleil méditerranéen, ses branches ployant sous ses fruits violets et mûrs. En pleine floraison, il déborde de saveur. Des touches de bois de santal contrebalancent ce goût sucré. Le parfum est plus boisé et plus sombre. Les fruits et les bois dominent cette composition. La sève laiteuse et les feuilles succulentes donnent un arrière-plan de fraîcheur.)

Alors c’est sûr, c’est bien dit, mais l’idée globale est assez juste, et ce parfum évolue plutôt très bien sur ma peau. Ce qui ne sera pas forcément votre cas, ni le mien sur un autre parfum, attention ! Le mieux reste évidemment de tester en boutique.

artisan parfumeur
L’Artisan Parfumeur développe également une gamme de produits pour la maison : bougies et boules d’ambre. Les bougies sont moins nombreuses que les parfums, mais reprennent souvent les odeurs de certains d’entre eux, comme « Voyage à Constantinople » (que j’adore en bougie, mais qui, typiquement, ne sent pas la même chose en parfum sur moi)

An imaginary journey in Constantinople. The scent of Turkisch delight interwines with leather, saffron and iris.

Bref, gros coup de coeur pour cette odeur, qui laisse une ambiance un peu enveloppante à la maison !

artisan parfumeurPour finir, on trouve également la boule d’ambre. Alors, concrètement, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit d’une boule (donc) rechargeable, qui diffuse en continu une odeur dans toute la pièce. Elle existe en différentes tailles, et est le best-seller de la marque depuis sa création en 1977.

 

En bref, l’Artisan Parfumeur est une grosse découverte, que j’ai pu découvrir dans la boutique du Marais. Mais ça ne s’arrête pas là, il existe plusieurs boutiques parisiennes, et partout en Europe et dans le monde, que je vous invite à découvrir ! (pas forcément toutes hein !)

Revue : La gamme Aqua Magnifica de Sanoflore

gamme aqua magnifica sanoflore

Et une petite revue beauté pour bien finir la semaine ! Après avoir testé la gamme homme de chez Biotherm, je me suis emparé des produits « Magnifica » de chez Sanoflore.

Ayant donc la peau à tendance mixte à grasse (et, de fait, potentiellement à imperfections), je suis parti sur cette gamme dont la recette se base sur un complexe d’huiles essentielles. Une composition qui a donc tout pour plaire sur le papier. Le site de Sanoflore nous l’explique d’ailleurs plus précisément :

Issu de l’agriculture biologique, l’hydrolat et l’huile essentielle de Menthe Poivrée ont été sélectionnés par le Laboratoire Sanoflore pour leur pouvoir anti-inflammatoire. L’association à un complexe unique de 9 huiles essentielles Bio forme le coeur actif de la gamme Magnifica, pour libérer la peau des imperfections, resserrer les pores et révéler l’éclat.

J’ai donc reçu de la part de Sanoflore quatre produits, qui composent une routine relativement complète lorsqu’il s’agit de se faire une opinion objective sur la qualité des ces derniers : L’hydratant anti-imperfections, le masque soin révélateur d’éclat, le nettoyant purifiant, et l’essence botanique perfectrice de peau. La revue ? La revue !


  • L’Aqua Magnifica : Essence botanique perfectrice de peau :

aqua magnifica sanofloreIMG_0053

Ni plus ni moins qu’un nettoyant/tonique/soin, ce produit est, je crois, mon chouchou de la gamme. Mon chouchou car, précisément, il combine plusieurs propriétés qui en font un produit cosmétique assez intéressant, notamment en voyage. (il n’existe malheureusement pas de format en-dessous de 200ML par ailleurs..). Appliqué avec un coton matin et soir, sur peau propre, il désincruste la peau, au sens où on l’entend vulgairement. J’entends par là qu’il laisse cette fameuse sensation de propre sur le visage, et l’intérêt est justement qu’il ne s’agit pas seulement d’une sensation, mais bien d’un effet assez notable en ce qui me concerne ! Ma peau s’est retrouvée beaucoup plus unifiée de manière globale, un vrai rituel ! Alors, j’ai la peau mixte à grasse, d’accord, mais je n’ai pas forcément d’imperfections notables sur le visage, je suis donc le cobaye « mi-figue mi-raisin ». Mais un cobaye qui approuve à 100% et qui va probablement placer ce produit dans une routine plus perenne. Pour finir, l’odeur n’est pas celle des produits cosmétiques « banals » : on sent très clairement la présence des huiles essentielles, l’odeur est très « nature peinture » (ok, ça semble aller de soi, mais il est important de le souligner) !


  • La mousse Magnifica : Nettoyant purifiant peau neuve :

mousse magnifica sanofloremousse magnifica sanoflore

Bon, je vais probablement passer assez rapidement sur ce produit car, précisément, je ne suis pas très fan de la texture « mousse » lorsqu’il s’agit d’un nettoyant (il existe par ailleurs la « Gelée Magnifica » qui, je crois, me conviendrait plus). Donc rien de négatif en soi à dire sur ce produit (qui est, par ailleurs, assez doux et agréable à appliquer ! Et l’odeur est assez similaire aux autres produits de la gamme), je ne pense malgré tout pas pouvoir affirmer que j’adoooore ce produit, etc., mais cet avis est très personnel (c’est d’ailleurs l’intérêt de cet article il me semble, bien vu Thomas)


  • La crème Magnifica : hydratant anti-imperfections :

mousse magnifica sanofloremousse magnifica sanofloremousse magnifica sanoflore

Une très bonne crème, à la texture légère, à l’odeur légèrement différente des autres produits de la gamme. Plus fraîche, plus « cosmétique », elle apparaît plus travaillée en substance ! Je l’ai beaucoup aimé car, précisément, elle pénètre assez rapidement sur la peau, et ne laisse pas de fini gras, qui est probablement tout ce que l’on déteste lorsqu’on a la peau…grasse ! Bref, peu de critique à faire sur ce produit, c’est un top !

 

En bref, une gamme plutôt très complète, qui comporte de très jolis produits ! Outre la texture mousse qui ne m’a pas plu outre mesure (et c’est très personnel), je pense que je recommanderai sans souci à un ami ! Des odeurs assez naturelles, qui donnerait presque l’illusion que l’on applique des plantes pures sur notre visage tiens ! Le petit supplément d’âme est le prix qui, pour une qualité comme celle-ci, n’est franchement pas déraisonnable ! (19€ pour la crème, par exemple)

3 (bonnes) raisons de lire « Couleurs de l’incendie » de Pierre Lemaitre

Depuis 2006, le paysage littéraire français compte Pierre Lemaitre. Lauréat du prix Goncourt en 2013 avec Au revoir là-haut (adapté en bande dessinée (par Christian De Metter) et au cinéma (par Albert Dupontel), il revient cette année avec Couleurs de l’incendie. Il s’agit là du deuxième volume de sa trilogie sur l’entre-deux-guerres, appelé par le succès du premier. (En l’occurrence, Au revoir là-haut).

couleurs de l'incendie pierre lemaitre

Albin Michel nous présente donc ce nouvel ouvrage ainsi :

Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement.
Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.

 

Vous l’aurez compris, j’ai donc beaucoup aimé ce nouveau roman, et ai décidé de lister trois bonnes raisons de le feuilleter, voire de le lire tiens !

couleurs de l'incendie pierre lemaitreIMG_1525

  • Parce que 500 pages, ça paraît presque court :

544 pages pour être exact. Alors oui, Couleurs de l’incendie est ce que l’on appelle vulgairement un « pavé ». Un pavé qui ferait reculer le commun des mortels, mais il se pourrait que ça soit une erreur ! Dès le (très très bon) début, le lecteur est cueilli, jusqu’à ne plus vouloir refermer le livre. (joli lieu commun, merci à moi) Une espèce de fresque romanesque à la Dumas se met alors en place, et le concept de trilogie prend tout son sens. Ici, l’action se passe dans les années 1930 (le prochain se déroulera dans les années 1940, pendant l’exode, alors que Au revoir là-haut situait son action dans les années 1920), et on ressent une petite jubilation à la lecture de cet enchaînement de tragédies qui s’abat sur le roman. (ouh le mauvais..) Mais ça n’est pas la seule raison !

  • Parce que ça parle (bien) d’émancipation féminine :

Après avoir placé un homme au centre de Au revoir là-haut, c’est à présent une femme – Madeleine – qui en tient les rênes. Le personnage secondaire devient principal, et incarne de nombreuses valeurs résolument actuelles, qui parleront au plus grand nombre. Pierre Lemaitre mélange avec habileté pouvoir financier, désir sexuel féminin ou encore technocratie, avec un ton qu’on lui connaît. (enfin, si on le connaît) Des résonances entre les années 1930 et notre époque qui ne font qu’aiguiser notre sens politique, et j’ai adoré ça !

couleurs de l'incendie pierre lemaitre

  • Parce que l’écriture est énergique :

De l’ironie, des péripéties, un ton cinglant, des prises à partie avec le lecteur, Couleurs de l’incendie est ce genre de roman qui nous emporte aussi via la plume de son auteur (ce qui commence à être assez rare pour le noter). Pierre Lemaitre n’hésite pas à capter notre attention avec un style que j’avais déjà aimé retrouver dans Trois jours et une vie (paru en 2016), en mêlant le tout à une histoire que l’on pourrait oser qualifier de « passionnante ». Il (se) pose des questions, évoque des thèmes subversifs, parle de fond comme de forme, et, au final, nous livre (attention jeu de mot et humour.) un ouvrage très réussi !

Le cru de la rentrée littéraire de janvier a donc commencé pour moi par une très jolie découverte, et je pense pouvoir affirmer que Couleurs de l’incendie va (presque) faire l’unanimité au sein de la critique littéraire également. Car il a tout pour plaire, qu’on se le dise !

Pierre Lemaitre, Couleurs de l’incendie, Albin Michel, janvier 2018, 544 pages, 22,90€