La nouvelle collection de TBS !

Pour ses 40 ans, la marque TBS a décidé de remettre à l’honneur les ambiances et les thèmes qui ont fait sa création : le tennis et la voile.

À travers des pièces aussi bien masculines que féminines, cette collection collector développe une ambiance sportive et stylée en même temps, histoire de célébrer cet anniversaire comme il se doit !Des polos, des chaussures, des robes, des accessoires, tout est pensé pour les sportifs, mais aussi pour les amateurs de mode.

Car oui, cette collection suit les tendances mode et ne se cantonne pas au polo piqué basique. Une petite poche, des motifs à poids, un jeu de matière, etc.

DSC_0487DSC_1120_2DSC_1167DSC_0734

Tout ceci associé au côté pratique du zip ou de l’élastique donne une collection pleine de vie, qui arrive à faire cohabiter deux mondes, qui pourraient s’affronter au premier abord. Tout ceci à travers un choix de couleurs pensé et des associations étudiées pour concilier mode et sport !

À noter qu’il existe également des accessoires destinés aux tennismen aguerris : casquettes, matchbands, serviettes, et autres sacs de sport !

tbstbs

Mais ça n’est pas tout ! Bien évidemment, TBS a également développé une nouvelle collection plus basique, qui reprend les codes de la mode tels que le marque les voit.

Au programme donc : des pièces sobres, efficaces, à l’esprit un peu marin, qui me plaisent toujours autant !

Plus d’infos sur le site de TBS.

Publicités

Schmoove, de la chaussure et de la qualité !

Si vous me suivez sur Instagram, vous connaissez déjà probablement Schmoove. Cette marque de chaussures dont je découvre chaque collection depuis quelques temps maintenant.

En bref, Schmoove, c’est quoi ? C’est une marque française, créée en 2001, qui avait pour objectif premier de chausser les hommes. Depuis, les choses ont bien évoluées, puisque les femmes ont également leurs collections, yes !

Avec des slogans comme « No gods, no masters », « Authorized dealer », « Nothing to proove », « Boys don’t cry », Schmoove est l’archétype de la marque qui surfe sur les tendances, à l’ADN marqué, tout en développant des produits atemporels !

Designés en France et conçus au Portugal, les produits sont, pour en avoir déjà testé quelques uns, de qualité pour un prix relativement attractifs ! (ce qui est notable finalement)

schmoove

Style casual, sport, habillé, tout le monde y trouve son bonheur, et le modèle « Cup Tennis » (celui que je porte) est assez significatif de la recherche menée par Schmoove pour créer des produits à le fois modernes et en marge du temps !

À noter qu’il existe déjà trois boutiques à Paris, histoire de voir, de toucher, de sentir (?) les produits de manière plus concrète !

Les nouveaux vêtements d’intérieur de Boutique Arthur !

Si vous me suivez régulièrement (comment ça non ?), vous connaissez probablement Arthur, cette marque française de « vêtements d’intérieur » (pour homme comme pour femme) dont je parle assez régulièrement ici. Nouvelle saison oblige, la nouvelle collection a fait son apparition.

Cette saison, Arthur a gardé sa recette, en y apportant cette ambiance printanière/estivale propice à la saison, donc. Au programme, des associations détonantes, des motifs souvent originaux, ou encore des jolies matières.

boutique arthurLook_4

Je m’arrête un peu sur les matières. Chez Boutique Arthur, on sent cette envie d’être toujours en effervescence, de travailler et  faire évoluer au mieux la qualité des produits. Certains pyjamas, par exemple, sont conçus en coton pima. Il s’agit d’une matière naturelle, de meilleure qualité que le coton traditionnelle, que l’on trouve dans le nord du Pérou. Fin et soyeux, le coton pima possède une fibre résistante, et, surtout, est récolté de manière artisanale et écologique. Certaines chaussettes, quant à elles, sont fabriquées à partir de fil d’Écosse, une fibre naturelle qui, au moment de la récolte, entoure la graine du cotonnier. Plus doux, plus résistant, plus aérien, le fil d’Écosse est un signe notable de qualité que l’on retrouve dans cette nouvelle collection. (et sur ces chaussettes jaunes)

boutique arthur

J’ai également noté un travail sur les couleurs, notamment une recherche de tons pastels plutôt très jolis, idéal pour l’été !

boutique arthur

Et pour finir, comme Arthur est aussi destiné aux femmes (et aux enfants), voici deux/trois petites pièces assez représentatives de cette nouvelle collection !

Article sponsorisé

 

Ma wishlist de Noël Carré Blanc !

Bonjouuur !

Ok, je crois que c’est parti.. Noël approche (comment ça non ?), il va commencer à être temps de songer aux cadeaux ! Première cible : le linge de maison, en collaboration avec Carré Blanc ! On ne présente plus cette marque, connue et reconnue dans son domaine, et qui – et je l’ai découvert en rédigeant cet article – ne cesse de se réinventer. Ce qui me semble être le défi premier lorsqu’on souhaite perdurer !
Le linge de maison, c’est un peu le cadeau idéal : on s’en sert quotidiennement, c’est joli, ça plaît à tout le monde, bref, c’est un peu le cadeau idéal ! Une jolie parure de lit, franchement, c’est quand même hyper cool à recevoir non ?

IMG_8218
Entrer une légende
IMG_8219
Torchon MATHIS – 8€

Bref, j’ai donc dressé ma petite wishlist de Noël (qui peut également faire office d’idées cadeaux) sur la boutique en ligne de Carré Blanc, go !


carré blanc noël

Deux poches, une ceinture, 100% coton, on adore s’y lover (c’est placé) après une bonne douche ! Mention spéciale pour le col kimono, et les finitions en jacquard texturé, qui le distinguent d’un peignoir basique.

carré blanc peignoir homme
100€

Une très jolie collection, tout en broderies et motifs géométriques, qui comporte également un modèle de peignoir (homme et femme). Fabriquée en coton et en viscose de bambou, on aurait presque hâte de se doucher dis donc !

parure de bain amaury carré blancAMAURY_A9A9617parure de bain amaury carré blancparure de bain amaury carré blanc

 


Côté cuisine, Carré Blanc a sorti de jolies petites choses pour Noël, comme ces deux essuies verres.essuie verre galeo carré blanc

IMG_8224
8€

Ces essuies verres sont conçus intégralement à partir de coton, aux motifs un poil ethniques. Et les tons se marient à merveille ! Qui a dit que la vaisselle est une corvée ? (ok je supprime cette phrase)essuie verre galeo carré blanc


carré blanc noël
20€

IMG_8220IMG_8221

Même principe pour ce lot de trois essuie-verres, chic et sobre, pensé dans les tendances du moment. À noter que ce trio existe en couleur « safran » et « curry », on adore !


carré blanc parure léandrecarré blanc parure léandre

Côté chambre, coup de coeur pour cette parure de lit 100% coton, en percale lavée 80 fils/cm², dont les motifs actuels se déclinent également en parure de bain. Tout ce que j’aime, ni trop, ni pas assez, en toute sobriété, bref, l’accord parfait !

parure leandre carré blanc

Bien évidemment, cette liste n’est absolument exhaustive, mais elle donne une image plutôt sympa de ce que peut proposer Carré Blanc en cette période de Noël. Vous l’aurez compris, c’est tout ce que j’aime : pas trop de fioritures, des produits chic, de qualité, le cadeau parfait finalement ! Car, on le sait, le linge de maison est typiquement ce « compagnon de vie » qu’on néglige un peu trop !

Pour en voir plus, rendez-vous sur le site de Carré Blanc, la page Facebook, ou encore le compte Instagram.

Bonne journée !

 

Mon top 3 de la rentrée littéraire 2017 !

Hello hello ! Si vous me suivez sur Instagram, vous savez probablement que j’aime (beaucoup) la littérature, notamment contemporaine. Et la rentrée littéraire est un moment de l’année qui m’enchante au plus haut point, autant qu’il me perd. (581 ouvrages publiés cette année, bonsoir à tous). Comme chaque année, j’ai donc entrepris d’en lire le maximum, sans réel critère, au fil des découvertes, des occasions. Bien évidemment, je ne suis pas journaliste littéraire, mon avis est donc hyper subjectif, et je n’ai évidemment pas lu 581 ouvrages. Toutefois, j’en ai, je crois, découvert un nombre certain  (j’ai par ailleurs été assez déçu de mes lectures, d’où le temps assez long pour rédiger cet article), et vous livre (jeu de mot) ici mon top 3 !

 

Sciences de la vie, Joy Sorman

Dès que j’ai vu s’afficher le nom de Joy Sorman dans la liste des ouvrages de cette rentrée littéraire 2017, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Il est de ces auteurs dont on ne souhaite manquer aucune parution. Et chez moi, Joy Sorman en fait partie ! (Je ne compte plus le nombre de personnes à qui j’ai offert Comme une bête, paru en 2012 !) Et cette année, je n’ai pas été déçu (ah oui, on peut aimer un auteur et détester l’un de ces ouvrages, dédicace à tous les fans d’Amélie Nothomb) Bref, alors Sciences de la vie, qu’est-ce que c’est, pourquoi j’aurais envie de le conseiller ?

Tout d’abord, sur le site du Seuil, on trouve ce résumé :

Nombre de médecins qui se sont penchés sur les cas saugrenus de la famille de Ninon Moise ont échoué à les guérir, parfois même à simplement les nommer. Depuis le Moyen Âge, les filles aînées de chaque génération sont frappées, les catastrophes s’enchaînent. Ninon, dix-sept ans, dernière-née de cette lignée maudite, a droit à un beau diagnostic : allodynie tactile dynamique, trois mots brandis pour désigner ce mal mystérieux qui brûle la peau de ses bras sans laisser de traces, et sans explications.

Mais Ninon, contrairement à ses aïeules, ne se contente pas d’une formule magique, veut être soignée par la science, et entend échapper au déterminisme génétique, aux récits de sorcières qui ont bercé son enfance, pour rejoindre le temps, adulte, des expériences raisonnées. C’est une décision, celle de contrarier sa propre histoire, de s’inventer une nouvelle identité, de remonter le courant de son intuition initiale, qui lui a fait dire un 19 janvier au réveil je suis maudite comme toutes les autres.

Formidable odyssée de la peau, ce roman de Joy Sorman tend le fil suspendu du destin dans le labyrinthe des énigmes médicales, où l’emporte toujours « la vie, la vie, la vie décidément ».

rentrée littéraire joy sorman sciences de la vie

Bon, très bien, un sujet peu romanesque de prime abord, que Joy Sorman parvient, à mon sens, à « pousser dans ses retranchements ». Le sens de l’analyse dont elle fait preuve prend le dessus, alors qu’on pourrait la soupçonner d’adopter un style alambiqué pour masquer le contenu. Les explications et autres exposés un poil scientifiques sont transmis avec un savoir simple et éloquent, qui nous évite de suspendre la lecture tous les quart d’heure, et de prendre son plus beau « Quid » (livre que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître..) pour y chercher une définition.

Bref, Joy Sorman décrit donc avec ce que j’imagine être une certaine justesse, l’état d’esprit et la douleur permanente de ces personnes atteintes de maladies rares. Maladies rares que l’on considérera alors comme des espèces d’énigmes pour la science et qui, une fois disparues, rendent le malade comme isolé, seul au monde. Comme souvent, une nouvelle expérience de lecteur s’engage avec Joy Sorman !

Joy Sorman, Sciences de la vie, Seuil, 272 pages


Yves Ravey, Trois jours chez ma tante

J’avoue, j’ai choisi celui-ci moins pour l’auteur et le sujet que la maison – à qui je fais entièrement confiance sur la qualité des publications. Je me baladais en librairie, et j’ai tout simplement acheté cet ouvrage, sans avoir vraiment lu le résumé, sans totalement connaître Yves Ravey. Bref, « au petit bonheur la chance » comme on dit ? (comment ça personne ne dit ça ?) Peut-être le titre, qui me fait penser au Goncourt 2005 de François Weyergans, Trois jours chez ma mère ? Quoiqu’il en soit, je m’y suis mis, et ai, par la même occasion, découvert qu’Yves Ravey est un écrivain assez prolifique (on est sur un 18ème roman, ah oui très bien..), dont l’oeuvre théâtrale est entrée à la Comédie Française !

Bon, et ce livre, dans tout ça ? Les Éditions de Minuit le décrivent ainsi :

Après vingt ans d’absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vieille dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
Elle lui fait savoir qu’elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
Une discussion s’engage entre eux et ça démarre très fort.

rentrée littéraire yves ravey trois jours chez ma tante

Pour ce 18ème ouvrage, Yves Ravey développe une écriture assez sobre, au service d’un suspsense assez poignant. Les choses sont dévoilées avec un certain calme, un goût pour les détails dits « anodins » assez notable. L’atmosphère prend alors un tournant de plus en plus romanesque, posant des bases presque pesantes, non sans humour à certains moments ! Cette écriture que j’oserais qualifier d’intelligente a d’ailleurs donné à Trois jours chez ma tante une place de choix dans la première sélection du prix Goncourt 2017.

Yves Ravey, Trois jours chez ma tante, Minuit, 192 pages


 

Christophe Honoré, Ton Père

Christophe Honoré est auteur jeunesse, metteur en scène pour le cinéma (Les Chansons d’Amour, par exemple, c’est lui) et le théâtre. Il publie Ton Père au sein de la collection « Traits et portraits » des éditions Mercure de France. Cette collection a pour objectif d’inviter des personnalités à se livrer à l’exercice de l’autoportrait, ponctué d’illustrations choisies par leurs auteurs. Sur les conseils d’une amie, je me suis donc procuré cet ouvrage, qui est – toutes proportions gardées sur ces termes – le récit d’une homophobie ordinaire :

 « Je m’appelle Christophe et j’étais déjà assez âgé quand un enfant est entré dans ma chambre avec un papier à la main. »

C’est par cette première phrase que Christophe Honoré nous fait entrer dans le fulgurant autoportrait romancé d’un homme d’aujourd’hui qui lui ressemble mais qui n’est pas tout à fait lui. Lui, le cinéaste, le metteur en scène de théâtre et d’opéra, mais avant tout l’écrivain.

Sur le papier que sa fille de dix ans a trouvé épinglé à la porte de son appartement, ces mots griffonnés au feutre noir : « Guerre et paix : contrepèterie douteuse ? » Alors, très vite, tout s’emballe et devient presque polar. Qui a écrit ces mots ? Qui le soupçonne d’être un mauvais père ? Peut-on être gay et père ? Le livre nous conduit soudain dans tous les recoins d’une vie mais aussi au cœur de l’adolescence en Bretagne, la découverte du désir, des filles, des garçons, du plaisir, de la drague.

Un livre à la fois puissant et énigmatique, d’une merveilleuse liberté, à la mesure de son sujet.

rentrée littéraire christophe honoré ton père

Ici, le lecteur est immergé dans la mémoire intime de Christophe Honoré. Ce dernier cherche des indices parfois très anciens, dans sa propre enfance, puis au coeur de son adolescence bretonne. Honoré dresse le portrait d’un homme qui doute, mais qui ne baisse pas les bras, à l’aide d’une écriture de l’intime assez poussée. Cette même écriture qui me ferait dire qu’il s’agit ici d’un livre assez « libre », qui fait du bien à voir (à lire), où l’on ressent, de manière subtile mais franche, que l’homosexualité n’a jamais induit, pour lui, l’exclusion de la paternité..

On notera également la présence de photos. De photos d’écrivains et artistes morts du sida – Hervé Guibert, Serge Daney, Jean-Luc Lagarce, Jacques Demy, ou encore Bernard-Marie Koltès. Ton Père est, par ailleurs, présent sur la liste des prix Médicis et Décembre.

Christophe Honoré, Ton Père, Mercure de France, 192 pages

 

Bon, voilà pour mon top 3 ! Aucun de ces ouvrages n’est un « coup de coeur » véritable, mais ils sont, à mon sens, ceux qui se sont démarqués au sein de mes lectures. Par ailleurs, je songe à intégrer beaucoup plus de culture dans mon contenu, sur le blog notamment. N’hésitez pas à me faire savoir si c’est un thème qui vous intéresserait ou non, bonne journée !

Arthur, bien dans son caleçon !

Bonjour !

Aujourd’hui, on parle de sous-vêtements, oui oui ! On en porte presque tous, il me semblait que c’était une raison suffisante pour évoquer le sujet ! J’ai découvert la marque Arthur, qui, en ce moment, été oblige, nous présente ses maillots de bain pour être chic et choc au bord de l’eau. Toutefois, de base, Arthur propose des sous-vêtements ! Boxers, caleçons, chaussettes, pyjamas, les produits mélangent fantaisie et modernité sur une pièce simple de base. Un mix souvent très chouette qui rend le tout hyper sympa !

boutique arthur

Arthur travaille sur le sous-vêtement masculin depuis 30 ans, mais s’intéresse également au sleepwear et au loungewear. En bref, c’est le spécialiste du vêtement d’intérieur ! À travers 40 magasins et 300 multimarques implantés en France et en Europe, Arthur établi des collections 100% coton, toujours avec cette touche pétillante, sur l’élastique par exemple ! Les collections proposées sont revisitées pour toute la famille, et se positionnent sur du haut de gamme. Et, effectivement, la qualité est au rendez-vous ! J’ai testé plusieurs pièces de la marque, et je pense qu’on peut affirmer que c’est une « bonne marque » ! La confection est réalisée avec soin, les élastiques me semblent de qualité, et le tout forme une pièce de très bonne facture, que l’on porte avec bonheur. Concernant les motifs, qu’on parle caleçon, chaussettes ou encore pyjamas, la boutique en ligne en propose une multitude, tout le monde sera satisfait !

boutique arthur caleçon

Et, magie de l’internet, il vous est possible de remporter la pièce de votre choix (hors short de bain, et selon stock disponible, bien évidemment !) sur le site de Arthur. Le concours se passe sur mon compte Instagram @th.louis, et sera terminé le jeudi 17 août, alors en avant !

Pour en voir plus, rendez-vous sur le site internet de Arthur, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Boutiquearthur.

Bonne journée !

Article sponsorisée

La collection printemps/été 2017 de chez Faguo est arrivée !

Hello !

Faguo, ça vous dit quelque chose ? Dans un précédent article, je vous avais présenté l’un des sweats de leur marque que je portais, nonchalamment adossé à une fenêtre. Et toc toc toc, l’été arrive, et les nouvelles collections font leur apparition sur les boutiques en ligne.

Faguo, que vous connaissez peut-être, est une marque de mode lancée en 2009, dont les valeurs me plaisent beaucoup beaucoup ! Créée par deux amis français au cours d’un voyage en Chine, le terme « Faguo » veut tout simplement dire « France » en.. chinois ! Un joli petit clin d’oeil à la genèse de cette histoire. Après avoir passé tous les stades de la création d’entreprise, Faguo est désormais une vraie marque, qui compte de plus en plus dans le paysage français. Mais ça n’est pas tout, petit supplément d’âme, on est sur une marque engagée ! Engagée car, pour chaque article acheté, la marque plante un arbre en France. Un parti pris écologique, symbolisé sur les produits par le petit bouton en noix de coco. Sur le site, il est d’ailleurs possible de voir les forêts les plus proches de chez soi (clique ici !). Une façon d’être transparent, tout en respectant des valeurs plutôt très chouettes !

En toute logique, Faguo sort donc en ce moment sa nouvelle collection printemps/été 2017. Des jeux de mots comme on les aime, des couleurs tendances, des associations assez cool, on retrouve là des produits inspirants, dont les chaussures, présentes en nombre (et il y en a même pour les enfants !). Je vous laisse un petit diapo de mes coups de coeur pris sur la boutique en ligne, mais n’hésitez pas à vous faire une vision plus globale sur le site internet !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ma part, j’ai opté pour un sac de voyage dont l’association de couleurs m’a beaucoup plu. La qualité est au rendez-vous (les matières premières sont choisies avec soin), et le produit est ce qu’on pourrait appeler un « sac de week-end » parfait, idéal également pour prendre l’avion !

faguo nouvelle collection printemps été 2017faguo nouvelle collection printemps été 2017Bref, vous l’aurez compris, la nouvelle collection de Faguo m’a un petit peu tapé dans l’oeil, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous organisons en ce moment même un concours sur mon compte Instagram @th.louis (80€ de bon d’achat à remporter sur la boutique en ligne, ouloulou !). Je vous invite également à en voir plus sur leur site internet, ou encore (re)découvrir leur page Facebook ou leur compte Instagram : @Faguo.

À plus tard !