Mon top 3 de la rentrée littéraire 2017 !

Hello hello ! Si vous me suivez sur Instagram, vous savez probablement que j’aime (beaucoup) la littérature, notamment contemporaine. Et la rentrée littéraire est un moment de l’année qui m’enchante au plus haut point, autant qu’il me perd. (581 ouvrages publiés cette année, bonsoir à tous). Comme chaque année, j’ai donc entrepris d’en lire le maximum, sans réel critère, au fil des découvertes, des occasions. Bien évidemment, je ne suis pas journaliste littéraire, mon avis est donc hyper subjectif, et je n’ai évidemment pas lu 581 ouvrages. Toutefois, j’en ai, je crois, découvert un nombre certain  (j’ai par ailleurs été assez déçu de mes lectures, d’où le temps assez long pour rédiger cet article), et vous livre (jeu de mot) ici mon top 3 !

 

Sciences de la vie, Joy Sorman

Dès que j’ai vu s’afficher le nom de Joy Sorman dans la liste des ouvrages de cette rentrée littéraire 2017, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Il est de ces auteurs dont on ne souhaite manquer aucune parution. Et chez moi, Joy Sorman en fait partie ! (Je ne compte plus le nombre de personnes à qui j’ai offert Comme une bête, paru en 2012 !) Et cette année, je n’ai pas été déçu (ah oui, on peut aimer un auteur et détester l’un de ces ouvrages, dédicace à tous les fans d’Amélie Nothomb) Bref, alors Sciences de la vie, qu’est-ce que c’est, pourquoi j’aurais envie de le conseiller ?

Tout d’abord, sur le site du Seuil, on trouve ce résumé :

Nombre de médecins qui se sont penchés sur les cas saugrenus de la famille de Ninon Moise ont échoué à les guérir, parfois même à simplement les nommer. Depuis le Moyen Âge, les filles aînées de chaque génération sont frappées, les catastrophes s’enchaînent. Ninon, dix-sept ans, dernière-née de cette lignée maudite, a droit à un beau diagnostic : allodynie tactile dynamique, trois mots brandis pour désigner ce mal mystérieux qui brûle la peau de ses bras sans laisser de traces, et sans explications.

Mais Ninon, contrairement à ses aïeules, ne se contente pas d’une formule magique, veut être soignée par la science, et entend échapper au déterminisme génétique, aux récits de sorcières qui ont bercé son enfance, pour rejoindre le temps, adulte, des expériences raisonnées. C’est une décision, celle de contrarier sa propre histoire, de s’inventer une nouvelle identité, de remonter le courant de son intuition initiale, qui lui a fait dire un 19 janvier au réveil je suis maudite comme toutes les autres.

Formidable odyssée de la peau, ce roman de Joy Sorman tend le fil suspendu du destin dans le labyrinthe des énigmes médicales, où l’emporte toujours « la vie, la vie, la vie décidément ».

rentrée littéraire joy sorman sciences de la vie

Bon, très bien, un sujet peu romanesque de prime abord, que Joy Sorman parvient, à mon sens, à « pousser dans ses retranchements ». Le sens de l’analyse dont elle fait preuve prend le dessus, alors qu’on pourrait la soupçonner d’adopter un style alambiqué pour masquer le contenu. Les explications et autres exposés un poil scientifiques sont transmis avec un savoir simple et éloquent, qui nous évite de suspendre la lecture tous les quart d’heure, et de prendre son plus beau « Quid » (livre que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître..) pour y chercher une définition.

Bref, Joy Sorman décrit donc avec ce que j’imagine être une certaine justesse, l’état d’esprit et la douleur permanente de ces personnes atteintes de maladies rares. Maladies rares que l’on considérera alors comme des espèces d’énigmes pour la science et qui, une fois disparues, rendent le malade comme isolé, seul au monde. Comme souvent, une nouvelle expérience de lecteur s’engage avec Joy Sorman !

Joy Sorman, Sciences de la vie, Seuil, 272 pages


Yves Ravey, Trois jours chez ma tante

J’avoue, j’ai choisi celui-ci moins pour l’auteur et le sujet que la maison – à qui je fais entièrement confiance sur la qualité des publications. Je me baladais en librairie, et j’ai tout simplement acheté cet ouvrage, sans avoir vraiment lu le résumé, sans totalement connaître Yves Ravey. Bref, « au petit bonheur la chance » comme on dit ? (comment ça personne ne dit ça ?) Peut-être le titre, qui me fait penser au Goncourt 2005 de François Weyergans, Trois jours chez ma mère ? Quoiqu’il en soit, je m’y suis mis, et ai, par la même occasion, découvert qu’Yves Ravey est un écrivain assez prolifique (on est sur un 18ème roman, ah oui très bien..), dont l’oeuvre théâtrale est entrée à la Comédie Française !

Bon, et ce livre, dans tout ça ? Les Éditions de Minuit le décrivent ainsi :

Après vingt ans d’absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vieille dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
Elle lui fait savoir qu’elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
Une discussion s’engage entre eux et ça démarre très fort.

rentrée littéraire yves ravey trois jours chez ma tante

Pour ce 18ème ouvrage, Yves Ravey développe une écriture assez sobre, au service d’un suspsense assez poignant. Les choses sont dévoilées avec un certain calme, un goût pour les détails dits « anodins » assez notable. L’atmosphère prend alors un tournant de plus en plus romanesque, posant des bases presque pesantes, non sans humour à certains moments ! Cette écriture que j’oserais qualifier d’intelligente a d’ailleurs donné à Trois jours chez ma tante une place de choix dans la première sélection du prix Goncourt 2017.

Yves Ravey, Trois jours chez ma tante, Minuit, 192 pages


 

Christophe Honoré, Ton Père

Christophe Honoré est auteur jeunesse, metteur en scène pour le cinéma (Les Chansons d’Amour, par exemple, c’est lui) et le théâtre. Il publie Ton Père au sein de la collection « Traits et portraits » des éditions Mercure de France. Cette collection a pour objectif d’inviter des personnalités à se livrer à l’exercice de l’autoportrait, ponctué d’illustrations choisies par leurs auteurs. Sur les conseils d’une amie, je me suis donc procuré cet ouvrage, qui est – toutes proportions gardées sur ces termes – le récit d’une homophobie ordinaire :

 « Je m’appelle Christophe et j’étais déjà assez âgé quand un enfant est entré dans ma chambre avec un papier à la main. »

C’est par cette première phrase que Christophe Honoré nous fait entrer dans le fulgurant autoportrait romancé d’un homme d’aujourd’hui qui lui ressemble mais qui n’est pas tout à fait lui. Lui, le cinéaste, le metteur en scène de théâtre et d’opéra, mais avant tout l’écrivain.

Sur le papier que sa fille de dix ans a trouvé épinglé à la porte de son appartement, ces mots griffonnés au feutre noir : « Guerre et paix : contrepèterie douteuse ? » Alors, très vite, tout s’emballe et devient presque polar. Qui a écrit ces mots ? Qui le soupçonne d’être un mauvais père ? Peut-on être gay et père ? Le livre nous conduit soudain dans tous les recoins d’une vie mais aussi au cœur de l’adolescence en Bretagne, la découverte du désir, des filles, des garçons, du plaisir, de la drague.

Un livre à la fois puissant et énigmatique, d’une merveilleuse liberté, à la mesure de son sujet.

rentrée littéraire christophe honoré ton père

Ici, le lecteur est immergé dans la mémoire intime de Christophe Honoré. Ce dernier cherche des indices parfois très anciens, dans sa propre enfance, puis au coeur de son adolescence bretonne. Honoré dresse le portrait d’un homme qui doute, mais qui ne baisse pas les bras, à l’aide d’une écriture de l’intime assez poussée. Cette même écriture qui me ferait dire qu’il s’agit ici d’un livre assez « libre », qui fait du bien à voir (à lire), où l’on ressent, de manière subtile mais franche, que l’homosexualité n’a jamais induit, pour lui, l’exclusion de la paternité..

On notera également la présence de photos. De photos d’écrivains et artistes morts du sida – Hervé Guibert, Serge Daney, Jean-Luc Lagarce, Jacques Demy, ou encore Bernard-Marie Koltès. Ton Père est, par ailleurs, présent sur la liste des prix Médicis et Décembre.

Christophe Honoré, Ton Père, Mercure de France, 192 pages

 

Bon, voilà pour mon top 3 ! Aucun de ces ouvrages n’est un « coup de coeur » véritable, mais ils sont, à mon sens, ceux qui se sont démarqués au sein de mes lectures. Par ailleurs, je songe à intégrer beaucoup plus de culture dans mon contenu, sur le blog notamment. N’hésitez pas à me faire savoir si c’est un thème qui vous intéresserait ou non, bonne journée !

Publicités

Arthur, bien dans son caleçon !

Bonjour !

Aujourd’hui, on parle de sous-vêtements, oui oui ! On en porte presque tous, il me semblait que c’était une raison suffisante pour évoquer le sujet ! J’ai découvert la marque Arthur, qui, en ce moment, été oblige, nous présente ses maillots de bain pour être chic et choc au bord de l’eau. Toutefois, de base, Arthur propose des sous-vêtements ! Boxers, caleçons, chaussettes, pyjamas, les produits mélangent fantaisie et modernité sur une pièce simple de base. Un mix souvent très chouette qui rend le tout hyper sympa !

boutique arthur

Arthur travaille sur le sous-vêtement masculin depuis 30 ans, mais s’intéresse également au sleepwear et au loungewear. En bref, c’est le spécialiste du vêtement d’intérieur ! À travers 40 magasins et 300 multimarques implantés en France et en Europe, Arthur établi des collections 100% coton, toujours avec cette touche pétillante, sur l’élastique par exemple ! Les collections proposées sont revisitées pour toute la famille, et se positionnent sur du haut de gamme. Et, effectivement, la qualité est au rendez-vous ! J’ai testé plusieurs pièces de la marque, et je pense qu’on peut affirmer que c’est une « bonne marque » ! La confection est réalisée avec soin, les élastiques me semblent de qualité, et le tout forme une pièce de très bonne facture, que l’on porte avec bonheur. Concernant les motifs, qu’on parle caleçon, chaussettes ou encore pyjamas, la boutique en ligne en propose une multitude, tout le monde sera satisfait !

boutique arthur caleçon

Et, magie de l’internet, il vous est possible de remporter la pièce de votre choix (hors short de bain, et selon stock disponible, bien évidemment !) sur le site de Arthur. Le concours se passe sur mon compte Instagram @th.louis, et sera terminé le jeudi 17 août, alors en avant !

Pour en voir plus, rendez-vous sur le site internet de Arthur, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Boutiquearthur.

Bonne journée !

Article sponsorisée

Le lait doré, la douceur selon Pampille

Hello !

Aujourd’hui, je vous parle d’une petite marque pleine de douceur découverte il y a peu : Pampille. J’ai eu l’occasion la chance de rencontrer les personnes à l’origine de Pampille autour d’un café. Sarah, la fondatrice, a pu m’expliquer en détails les valeurs et le travail de fabrication de ses laits dorés biologiques, et me les faire déguster.

IMG_1776

Mais alors concrètement, procédons par ordre, qu’est-ce que le lait doré ? Lait d’or, lait au curcuma, golden milk, curcuma latte, turmeric milk, toutes ces appellations désignent une seule et même boisson. Il s’agit d’une préparation ayurvédique ancestrale, encore utilisée de nos jours par les familles indiennes. L’ingrédient de base est donc le curcuma, aux propriétés multiples et vraiment très intéressantes pour la santé ! Puissant antioxydant, antiseptique, antibactérien, anti-inflammatoires, les usages sont multiples. Associé au poivre noir, les effets seraient multipliés par 1000, on demande à en savoir plus !

Pampille est donc parti de ce constat, selon lequel le lait doré est LA boisson qui nous veut du bien. En le déclinant en trois accords (fruité, floral et épicé), on accède à trois saveurs différentes, toujours dans l’esprit de la recette originale.

  • Le fruité : Un lait de pistache (unique !) mêlé à la saveur du yuzu, du gingembre, et de la touche de fleur d’oranger, on adore !
  • Le floral : Du lait d’amande de Sicile, une pointe de miel, de la lavande, de la rose, et nous voilà parti pour un petit voyage en bouteille !
  • L’épicé : Avec un lait de cajou d’Inde, du gingembre, la chaleur de la cannelle, une pointe de cardamome, le résultat est plutôt très étonnant !

Pampille Paris lait doré

Imaginées et conçues dans l’atelier « À Paris chez Antoinette Poisson », les étiquettes des bouteilles Pampille sont imprimées à la planche et peintes à la main ! L’impression se déroule, quant à elle, à l’imprimerie du Marais, en activité depuis 1954.

Les recette sont, pour leur part, imaginées au coeur du village d’Auteuil, dans l’atelier de parfumerie gustative de Pampille. On est donc sur une production locale, éthique, de qualité, dont le souci du détail m’a beaucoup touché !

IMG_1775

Mais pas que, le goût, plein de douceur, n’est pas celui auquel on pourrait s’attendre. Ici, c’est la finesse et l’arrangement des saveurs qui priment. Véritable parfumerie gustative donc, les laits dorés de Pampille pourraient presque être qualifiés d' »expérience ». J’ai été surpris par le goût, original et doux en bouche, tout le contraire de ce que j’aurais pu penser !

Le lait doré est cette boisson qu’il convient de boire à toute heure. Il est même possible de le tiédir avant d’aller dormir, il paraîtrait qu’il aide à trouver le sommeil réparateur ! Je n’ai pas encore essayé, mais l’idée me plaît assez !

Amis parisiens, vous pouvez notamment trouver Pampille dans les points de vente suivants : Claus, Umami Matcha Café, Welcome Bio, Bien L’Épicerie (Saint-Gilles et Quatre-Fils), le Bio d’Auteuil

Pour plus d’infos, n’hésitez pas à visiter le site de Pampille, ou à faire un petit sur leur compte Instagram : @PampilleParis

Kalios, la tradition grecque au goût du jour !

Hello ! Bon, vous le savez sans doute de plus en plus, j’ai un petit (gros) penchant pour la food. Les bonnes adresses, les jolies marques, les concepts originaux, bref, je suis à l’affût permanent du potentiel coup de coeur. Et bien devinez quoi… j’ai un nouveau coup de coeur ! Vue notamment sur la chaîne Youtube de Janane Boudili (« En vrac« ), Kalios est une marque de produits grecs, et c’est une vraie bonne découverte, vous allez voir !

my kalios huile tapenade produits apéroFondée en 2009 par Pierre-Julien et Grégory Chantzios, Kalios est née d’une affaire de famille. D’origine grecs, les deux entrepreneurs sont partis d’un pari plutôt ambitieux : reprendre l’oliveraie de leurs grands-parents, en Grèce ! Je vous la fais courte, l’histoire complète est très joliment racontée sur le site internet de la marque (clique ici !), mais le fait est qu’à force de travail, d’efforts et de motivation, l’huile d’olive Kalios est désormais utilisée par près de 80 chefs étoilés, et plus de 500 restaurants, il me semble que c’est un joli parcours !

my kalios huile tapenade produits apéromy kalios huile tapenade produits apéro olives amandes

Parlons des produits de plus près. Kalios a donc fondé sa gamme sur les olives, huiles, tapenades, etc. (Attention, idée apéro !) Mais depuis, la proposition s’est développée, jusqu’à présenter gressins, amandes, ou encore miel du Péloponnèse. J’ai eu la chance de pouvoir tester une belle sélection de ces produits, et c’est un… coup de coeur ! Il est toujours un peu plus compliqué de parler de food sans la faire goûter, mais, faites moi confiance, les produits Kalios sont réellement qualitatifs. L’huile d’olive (vendue environ 16€ dans le commerce, ce qui est vraiment acceptable pour le genre de produit dont il est ici question) est ce type d’huile que l’on pourrait déguster à la cuillère, et le packaging vient rendre le tout hyper esthétique, que demander de plus ?my kalios huile tapenade produits apéromy kalios huile tapenade produitsmy kalios huile tapenade produits apéro olivesDistribuée notamment chez Lafayette Gourmet, chez Causses, et dans de nombreuses épiceries fines, Kalios a réussi à faire honneur aux valeurs familiales avec brio. Le travail s’effectue à l’ancienne, sans produits chimiques, et a même donné naissance à une gamme d’huile d’olive labellisée bio, dont la qualité n’est plus vraiment à prouver. C’est ainsi que Yannick Alleno***, les Frères Troisgros***, Anne-Sophie Pic***, Christophe Aribert**, Pascal Barbot***, ou encore Eric Guérin*, se sont emparé des produits Kalios pour s’en servir en cuisine.

Plus d’infos sur la marque ? Ca se passe sur leur site internet, leur page Facebook, ou encore leur compte Instagram : @Mykalios.

À très vite !

5 idées cadeaux à petits (et moins petits) prix pour les hommes !

Bon, on l’a bien compris, Noël approche. Qui dit Noël, dit fête, dit famille, mais aussi ballonnements, et, évidemment, angoisse de trouver un cadeau. Alors, pour Mamie, c’est simple, un foulard et ça repart. Mais pour Papa, Tonton, le chéri ou un ami ? Un peu plus tendu, je vous l’accorde.

Alors, dans cet article, je vais essayer de vous lister non pas une, non pas deux, mais cinq (oui oui !) idées cadeaux susceptibles de plaire aux plus grand nombre d’hommes. Je ne suis évidemment pas le grand gourou du cadeau, mais sait-on jamais, peut-être que l’une de ces idées vous tentera. C’est parti ? C’est parti !


1 – Des soins pour la barbe de Monsieur :

La barbe, c’est un peu l’accessoire mode de ces derniers temps chez l’homme. On la rase un peu moins souvent, on se donne un air un « poil » négligé, mais on ne s’en occupe pas forcément comme il faudrait, moi le premier ! Toutefois, il y a quelques temps, j’ai rencontré Geoffrey, le créateur de Ca va barber !, une marque de cosmétiques pour hommes créée en 2015. Après pléthore d’expérimentations, sur lui-même, sur ses amis, Geoffrey trouve enfin LA composition parfaite pour prendre soin de la peau masquée par la barbe. C’est ainsi qu’est née cette marque lyonnaise, appuyée par des produits biologiques, des huiles essentielles, et conçue sans alcool, paraben, agents de texture, et autres constituants nocifs pour notre petit corps.

Ca va barber lyon

Sous la houlette d’un docteur en pharmacie, et non testés sur les animaux, les huiles de Ca va barber ! ont tout bon, lorsqu’ils s’agit de prendre soin de la chère barbe de nos amis les hommes !

Ca va barber lyon

À noter que la marque propose également une gamme de savons pour barbe, mais également de peignes, miroirs, et autres accessoires, pour prendre soin de nos petits poils de visage.

Plus d’infos sur le site internet, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Cavabarber


2 – Un coffret de Noël made in Bretagne

Il y a quelques temps, je vous faisais découvrir (ou non) des marques « made in Bretagne » (juste ici). C’était sans vous parler de Breizh Club, cette jeune marque pleine de potentiel basée à Rennes. À travers tee-shirts, tote-bags, ou encore accessoires divers, la marque développe des collections pleines de caractères, toujours avec, pour fil conducteur, cette superbe région qu’est la Bretagne.

Coffret Noël Breizh Club

Avec toujours avec cette envie de faire plaisir et d’être au goût du jour, Breizh Club propose, en ce moment, une pochette de Noël (que je me suis offerte car l’idée est vraiment top), composée d’une paire de chaussettes motifs bateaux (trop chouette), un tee-shirt à choisir parmi ceux qu’ils proposent, et une carte de Noël. Tout ceci pour 35€ !  Il me semble que le cadeau est idéal pour un homme qui aime la Bretagne, qui aime s’habiller, ou mieux, qui aime la Bretagne et s’habiller ! (ou qui aime s’habiller en Bretagne, mais je m’égare peut-être un peu sur la langue française…) (Mise à jour : Attention, attention, rupture de stock, mais il reste pleins de jolies idées sur leur boutique en ligne !)

Breizh Club Noël

Coffret Noël Breizh Club

Les stocks sont limités, alors n’hésitez pas, et rendez-vous sur le site de Breizh Club, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Breizhclub


3 – Une box de vin, pour les amateurs (ou non)

Ma troisième idée cadeau est réservée aux hommes majeurs, vous l’aurez compris. Voici quelques mois que je suis de près My Vitibox, dont le but est de faire découvrir l’oenologie dans une box mensuelle. Accompagnée d’un petit fascicule qui permet de s’initier concrètement à la dégustation, My Vitibox cherche à faire découvrir à ses abonnés des vins sélectionnés par Alain Gousse, ancien sommelier de la Tour d’Argent et du Crillon.

my vitibox
Ci-dessus, la très jolie mise en scène d’une bouteille de vin…

La marque propose différents coffrets (Rouge passion, Invitation au voyage, ou encore Mariages du palais), qui permet à chacun de faire son choix, selon ses envies ! Bien évidemment, concept de box mensuel oblige, on reçoit ce petit paquet chaque mois, difficile donc de cibler la bonne date pour Noël (un coucou à tous ceux qui préparent leurs cadeaux deux jours avant !). Pas d’inquiétude, avec My Vitibox, il est possible de faire imprimer un « bon cadeau », qui indiquera au destinataire qu’une surprise l’attend prochainement dans sa boîte aux lettres. Et puis, qu’on se le dise, une enveloppe, ça prend quand même moins de place qu’une panoplie de bouteilles au pied du sapin !


4 – Une surprise, pour vous comme pour lui

Faire une surprise à quelqu’un, c’est sympa, c’est même super sympa. Mais faire une surprise à quelqu’un ET à soi en même temps, c’est l’assurance d’avoir, vous aussi, les moustaches qui frétillent au moment de l’ouverture des cadeaux. Et pour cela, La box homme est là pour vous servir ! J’avais reçu la première édition il y a quelques semaines (je vous en parlais ici), et, il y a peu, j’ai reçu la box numéro 2. De quoi me confirmer que cette idée est un cadeau plutôt très efficace !

img_7753

Créée par Emma & Chloé, la Box homme est l’assurance de se retrouver avec un accessoire de créateur utile, de circonstance, sans besoin de taille particulière, et qui plaira à la gent masculine à (quasi) coup sûr ! Alors pour 30€ par mois, sans engagement, laissez-vous tenter par un effet de surprise plus que garanti !

Plus d’infos sur le site internet de La box homme, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Laboxhomme


5 -Un livre qui vous a plu

Bon, je dois avouer que je vous présente cette idée de manière un peu plus personnelle que les autres. Car oui, grand amateur de littérature, recevoir un livre est un cadeau qui marche forcément avec moi. Mais avec beaucoup d’hommes, si le bouquin est bien choisi. Simple, efficace, pas forcément très coûteux, comment choisir un livre pour la personne en question ?

Outre acheter un livre de recettes pour un fan de cuisine, un manuel de machine à laver pour un mec chiant, ou un Bescherelle pour un type qui ne sait pas épeler « effervescent », j’ai une petite idée, un peu plus péchue. Certes, vous allez vous dire « ce mec est tellement fleur bleue », mais je trouve l’idée d’offrir un livre qui NOUS a plu vraiment bonne. Alors certes, si notre livre coup de coeur a/a été La philosophie dans le boudoir du marquis de Sade, on évitera de l’offrir à son patron, mais cette idée marche quand même souvent, lorsqu’il s’agit de faire découvrir un objet-livre qui nous a marqué personnellement.

Pour ma part, si je devais n’en citer qu’un, je serais vraiment perdu. Je vais donc miser sur ma dernière lecture, qui a vraiment retenu mon attention. Et il s’agit de Dans le jardin de l’ogre de Leïla Slimani (la lauréate du prix Goncourt 2016 avec Chanson douce, paru chez Gallimard). Ce livre raconte l’histoire d’une « collectionneuse de conquêtes », d’une « sexaholique », comme on les appelle, au fil de ses rencontres d’un soir, d’un instant, à travers le prisme d’une femme mariée. Bon, je résume très grossièrement, évidemment. Et, encore une fois, mauvais exemple lorsqu’il s’agit d’offrir un cadeau à son boss lors de la soirée de Noël du boulot, mais chacun voit midi à sa porte !

Leïla Slimani dans le jardin de l'ogre

Quoiqu’il en soit, offrir un livre reste une bonne base, et, lorsqu’on y réfléchit, faire découvrir un coup de coeur littéraire à un proche semble être assez sain, surtout lorsqu’il s’agit de faire plaisir !


J’espère que l’une de ces cinq idées cadeaux vous aura au moins fait naître quelques pistes supplémentaires, on sait tous que faire un cadeau à un homme relève du challenge. Courage, force et honneur, vous allez y arriver !

En attendant, je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année, et je vous dis à très vite, bonne journée !