Sortir de Paris avec ‘Le Guide des Grands Parisiens’ !

Le Grand Paris, on le connaît de loin, on en entend de plus en plus parler, on devine qu’il s’y passe des choses, mais sait-on à quoi il ressemble vraiment ? En se basant sur ce postulat, les Magasins Généraux se sont associés à Enlarge your Paris pour créer ce guide, à destination des habitants de la métropole parisienne.

guide des grands parisiens

Le Guide des Grands Parisiens est donc un ouvrage où sont recensées bonnes adresses, lieux de spectacle, espaces verts et autres festivals, à Paris, mais aussi et surtout en dehors. Car, après le périphérique, il y a également une vie !

On nous présente alors le Grand Paris comme une espèce de futur culturel, en pleine ébullition, où les opportunités de sorties ne manquent pas. De Vincennes à Meudon, en passant par Aubervilliers ou Montmorency, Le Guide des Grands Parisiens décrypte les atouts de cette métropole qui nous ouvre le champ des possibles.

guide des grands parisiens

L’ouvrage est divisé en huit grands quartiers : la Fabrique, la Petite Riviera, le Rooftop, l’HyperMuseum, l’Océan Vert, le Square XXL, la Street galerie et le Delta. Une géographie simple et efficace, où chacune de ces régions peut être représentée au mieux. (Et on saura enfin placer Enghien-les-Bains sur une carte !)

Le guide des grands parisiens

Vendu au prix de 24€ dans la plupart des librairies de la Métropole (mais aussi en province !), Le Guide des Grands Parisiens développe une vision un peu plus globale de la culture, où l’on vit moins à travers le sacrosaint prisme de Paris !

Quoi de neuf Paris ? #1

  • L’Atelier d’Octobre Éditions a ouvert ses portes :

Octobre Éditions, vous connaissez ? Le petit frère de Sézane (la marque pour femmes hyper en vogue) développe des produits pour hommes, sobres, élégants, tout ce qu’on veut finalement ! Et bien depuis quelques semaines, l’Atelier Octobre Éditions a ouvert ses portes au 12, rue d’Uzes, à deux pas des Grands Boulevards, et à quelques semaines d’intervalle avec le lancement du e-shop ! (et ça, on adore !)

Un lieu sur deux étages, à l’ambiance chaleureuse. Entre deux petites madeleines et une tasse de café, on flâne, on touche les matières, on essaie, la boutique (et les cabines d’essayage) s’y prêtent vraiment ! À l’étage, on retrouve un « bar à chemises », dont la déco et la disposition donnent envie de prendre place sur les tabourets, pour discuter « textile » jusqu’au bout de la nuit (ok je m’emballe, mais c’est quand même très très cool !) Et le personnel est hyper accueillant, ce qui ne gâche rien !

atelier octobre éditions

l’Atelier Octobre Éditions

12, rue d’Uzès

75002 PARIS

(Ouvert du mercredi au samedi, de 11h à 20h)


  • L’expérience Johnnie Walker au Whisky Shop :

Si vous me suivez sur Instagram (@th.louis), vous avez sans doute vu qu’il y a quelques semaines, je me suis rendu au Whisky Shop (Place de la Madeleine, à Paris) dans le but de découvrir la marque (de whisky donc) Johnnie Walker. Accueillis dans la superbe salle à l’étage, le décor est planté. Au programme : petit point sur la marque écossaise et sur le whisky en général, mais aussi dégustations de différentes références proposés par la marque (selon les âges, les saveurs, les manières de le déguster, etc.). Tout ceci accompagné de bonnes petites choses qui se marient à merveille avec les scotches. (on note la mousse de plancton par exemple !) Le point d’orgue de cette découverte était, après avoir analysé quels whiskies avaient nos faveurs, de procéder à notre propre assemblage, que l’on a pu rapporter à la maison ! (ambiance cours de chimie) Une vraie plongée au coeur du whisky, idéale pour un cadeau de Noël !

johnnie walker whisky shop madeleine paris

Plus d’infos sur le site de Johnnie Walker, mais aussi sur celui du Whiksy Shop, où vous pourrez retrouver plus d’infos sur cette fameuse « expérience ».


  • L’Appartement français s’installe à Filles du Calvaire :

Si vous suivez assidûment ce blog (ah non ?), l’Appartement français doit vous dire quelque chose. (article à retrouver ici) Il s’agit, en bref, d’un pop up store entièrement axé sur le Made in France. Plus de 100 marques mode, accessoires, déco ou idées cadeaux réunies dans un même espace, avec pour ambition de prouver que le Made in France est accessible à tous ! Un joli projet mis en place au 16, Boulevard des filles du Calvaire jusqu’au 31 décembre, avant l’ouverture début 2018 d’une « vraie » boutique, de 200m carré, avec plus de 300 marques, une folie !

l'appartement français made in france paris

L’Appartement français

16, Boulevard des Filles du Calvaire

75011 PARIS

(Ouvert tous les jours du 8 au 31 décembre)


  • Singin in the Rain s’exporte au Grand Palais :

Depuis le 28 novembre, et jusqu’au 11 janvier, la nef du Grand Palais est investie par cette comédie musicale qu’on ne présente plus. Le Théâtre du Châtelet, à l’origine de ce show, est actuellement en travaux, et s’est donc exporté sous la plus grande verrière d’Europe, à deux pas de la place de la Concorde.

Déjà programmé en 2015, Singin in the Rain revient avec un spectacle en grandes pompes, entre chorégraphie léchées et flopée de tableaux dignes de Broadway. L’idée d’assister à un spectacle au Grand Palais est une vraie expérience (petit conseil : il y fait un poil froid, n’hésitez pas à prendre un pull en plus !) Une plongée dans l’histoire de deux stars du cinéma muet, rendue célèbre notamment par Gene Kelly. Le Grand Palais a également mis en place un espace bar/food-truck/cours de claquettes/etc, afin de se plonger dans l’ambiance une bonne fois pour toute ! Un classique à voir au moins une fois !

singin in the rain grand palais chatelet theatre

Singin in the Rain 

Mise en scène : Robert Carsen
Costumes : Anthony Powell
Chorégraphie : Stephen Mear
Décor : Tim Hatley
Dramaturgie : Ian Burton
Lumières : Robert Carsen
Lumières : Giuseppe Di Iorio

En anglais surtitré – Durée 2h40 avec entracte

Du 28 novembre 2017 au 11 janvier 2018

Grand Palais

3 Avenue du Général Eisenhower

75008 Paris


  • Le pop up store « Good Morning South »

Ici, c’est tout plein de petits créateurs venus exclusivement du sud de la France qui se sont réunis grâce à Good Morning South. Jusqu’au 24 décembre, au 66 rue Notre-Dame de Nazareth, c’est un peu comme à la maison ! De la food, des accessoires de mode, des petites lampes, c’est un peu le paradis du cadeau ! Accueilli comme des rois par deux soeurs marseillaises, on profite de la petite ambiance du sud venue s’exporter quelques temps à la capitale, et c’est hyper plaisant !

pop up store good morning southIMG_8863pop up store good morning south

Pop up Good Morning South

66, rue Notre Dame de Nazareth

75003 PARIS

 

Si l’idée vous plaît, on n’hésite pas, on me le fait savoir hein ! À bientôt pour une prochaine édition ! (?)

L’art de vivre masculin est à la Garçonnière !

Hello !

Il y a quelques jours, je me suis rendu à la soirée de présentation des marques de ski Fusalp et Vuarnet. Au programme, découverte des marques, dégustation de produits montagnards de la Maison de Savoie (que je recommande chaleureusement, soit dit en passant), mais également découverte de la Garçonnière. La Garçonnière, c’est la boutique qui accueillait l’événement, mêlant concept store, lieu de vie, mais aussi coin barbier (au moment où j’y suis allé, il y avait un client, je n’ai pas osé prendre de photo) ! Avec pour objectif de rendre le lieu hyper accueillant pour nos amis les hommes, on peut alors organiser une partie autour du baby-foot, se faire tailler la moustache par, paraît-il, l’un des meilleurs barbiers de France, ou encore découvrir une multitude de vêtements, accessoires, et autres petits produits en tous genres.

img_8252

img_8251img_8242img_8257

Lorsqu’on pénètre dans cet endroit véritablement dédié à l’art de vivre masculin, l’accueil est chaleureux et décontracté, on se sent tout de suite chez soi. Alors on se dit qu’on va flâner, découvrir la sélection des nouvelles tendances, dont la ligne de conduite est souvent de privilégier les jeunes labels au potentiel grandissant. Manteaux, noeuds papillon, lunettes de soleil, plantes grasses, mais aussi coin épicerie, tout laisse à penser que l’on ne va (peut ?) pas repartir les mains vides. La liste des marques présentes à la Garçonnière serait bien évidemment trop longue à lister ici, le mieux est donc de vous y rendre, au détour d’une pause dej ou d’une virée shopping sur les Grands Boulevards.

img_8262

img_8254

img_8255

Pour la petite histoire, la boutique s’est créée à l’initiative de quatre marques (Oncle Pape, Apto, Newstalk et Monsieur London), de manière éphémère en 2014 et 2015. Et, vous l’aurez compris, le succès était tel qu’en 2016, la Garçonnière est devenue permanente.

img_8256

C’est donc une jolie découverte que je vous livre ici, n’hésitez pas à y faire un petit tour :

La Garçonnière

40, rue petits carreaux

75002 PARIS

Métro Sentier

Ouvert du mardi au samedi de 11h à 20h, et le dimanche de 13h30 à 18h (fermé le lundi)

Et pour encore plus d’infos, rendez-vous sur le site internet, la page Facebook, ou le compte Instagram : @la_garconniere_

Bonne journée, à très vite !

 

Une semaine, des découvertes #3

Cette semaine s’est basée sur trois mots-clés : lecture, cuisine, et box ! Vous allez voir, le mélange est souvent réussi ! Voici donc mes découvertes de la semaine :

 

En premier lieu, j’ai récemment lu l’ouvrage de Yann Andréa, Je voudrais parler de Duras, paru aux Éditions Pauvert en 1999, et réédité en 2016. Pour faire bref, si certains d’entre vous ne connaissent pas l’auteur, il fut le dernier compagnon de Marguerite Duras. Il a principalement basé son oeuvre littéraire sur la figure de cette auteure, dont il a été l’acolyte de fin de vie.

Cet ouvrage est la retranscription des entretiens de Yann Andréa avec Michèle Manceaux, écrivain, journaliste, et amie de Marguerite Duras. Il y évoque alors sa relation particulière avec l’auteure, sa vision de ce personnage emblématique, de son rapport à l’écriture, au couple, etc. Personnellement, je me sens assez proche de ce duo, tant sur le plan de l’écriture que sur le plan personnel, j’ai donc lu ces entretiens d’une traite, sans répit aucun. Les aficionados de Duras n’y apprendront rien de transcendent, mais il est toujours intéressant de se replonger dans cette histoire littéraire qui aura marqué le XXème siècle.

Yann Andrea
Yann Andréa, Je voudrais parler de Duras, 1999/2016, Pauvert, 112 pages, 10€

Continuons à parler bouquins ! Cette semaine, j’ai reçu une box lecture : la Kube. Fondée en février 2015, la Kube a pour objectif de dénicher LE livre qui correspondra aux attentes, aux goûts, aux envies du moment du lecteur potentiel. De ce fait, le principe de la Kube est simple : Le lecteur donne ses critères, et le réseau de libraires sélectionnés par la Kube se charge de lui trouver un livre sur-mesure, qui collera au mieux à ses attentes. Le premier choix ne vous convient pas ? Pas de panique, il est possible de faire une deuxième tentative !

IMG_6273.JPG

Pour ma part, mon critère principal était plutôt vaste : j’avais indiqué souhaiter recevoir une publication contemporaine française. J’ai donc reçu un livre de 2014, en format poche, de Sylvain Prudhomme, Les Grands. Le choix est donc pertinent, un bon point pour la Kube ! En parallèle, de nombreux goodies : une carte postale aux couleurs automnales, divers prospectus, un crayon à papier, un « carnet d’émotions », un échantillon de thé, et un autre livre : Un détective à la Havane », de Leonardo Padura. Car oui, les éditions Métailié étaient invitées de la box de ce mois-ci. Elles y ont alors gentiment glissé l’une de leur publications en supplément, tout ceci pour 15€ par mois, chouette non ?

La Kube

 

La Kube

La Kube

Parlons du carnet d’émotions, que la Kube nous offre en supplément, qu’est-ce que c’est ? Le principe est rigolo, je vous laisse avec l’explication en photo ci-dessous :

IMG_6269.JPG

La Kube

Pour ma part, j’ai été conquis par cette box, l’idée cadeau est également super pour quelqu’un dont les goûts littéraires nous sont familiers !

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de La Kube, la page Facebook, ou le compte Instagram : @Insta_Kube

 


Amis du voyage, amis de la bonne bouffe, bienvenue ! Chez Kitchen Trotter, les deux se mêlent à merveille, au sein d’une box dont le thème change chaque mois. Axée autour d’un pays et de ses traditions culinaires, Kitchen Trotter se fixe le défi de nous faire voyager par les papilles sans bouger de chez nous, verdict ?

Kitchen Trotter

Et bien c’est un pari plus que réussi ! Le dernier kit (que j’ai donc reçu) prend pour thème la Pologne. Au programme de la box, de nombreux produits, tous listés dans un petit dépliant aux couleurs du pays : Kitchen trotter Pologne

Raifort, graines de pavot, caramels aux cacahuètes, cèpes séchés, et même moule à pierogi (sorte de raviole polonaise). Le kit est vraiment complet, je suis ravi !

Le dépliant explique donc l’intérêt de chacun de chaque élément présent dans la box, mais propose également une recette à partir des produits en question. De quoi ne pas être déboussolé lorsque l’on découvre le pays par sa cuisine !

Kitchen TrotterKitchen Trotter

Pour 25€ par mois, vous pouvez donc découvrir la culture d’un pays par sa cuisine, à travers une box vraiment bien remplie. L’idée est vraiment bonne, amusante, et fonctionne à merveille !

Plus d’infos sur le site Kitchen Trotter, la page Facebook, ou encore le compte Instagram : @Kitchentrotter.

 

Bonne semaine !