Le Pont de Bezons, couler avec Jean Rolin

Pont Bezons Jean Rolin

Rien de plus beau, chez Jean Rolin, que de se regarder le lire. Rien de plus beau que de se laisser sortir d’un moment, pour plonger à pieds joints dans celui qu’il nous donne. Où sont les lieux, sinon là où on va les chercher. À cette question, seule une réponse naturaliste pouvait exister. Le pont de Bezons est le point de départ d’un itinéraire littéraire et autobiographique. D’une autobiographie itinérante, en somme. Le long de la Seine, le lieu a une existence en pages, et le regard happe chaque autochtone venu vivre autour. La périurbanité, sentiment d’y appartenir sans comprendre qu’il s’effrite, se déchire et nous reste entre les doigts. Faut-il l’écrire pour être près du monde et se retrouver. Avec un dilettantisme jouissif et des arrêts sur image éclairants, Jean Rolin fait pourtant des détours, mais ne dévie jamais de la trajectoire littéraire. Et si on se méprend à penser que ce livre ne dit rien du tout, disons aussi que rien, c’est presque tout quand même.

Le Pont de Bezons, Jean Rolin, P.O.L., août 2020, 240 pages