Mathias Enard, le terroir de la démesure

Un récit baroque et ouvert à la démesure. Mathias Enard dresse ici le portrait d’un terroir gourmand, familial, langagier, et fondamentalement poreux. David Mazon est étudiant en anthropologie. Citadin ancré, il dédie sa thèse à un petit village des Deux-Sèvres, où, oui, tout se joue. Rabelaisien invétéré, Enard garde en creux l’hommage à la terre, et place le citadin dans cette position d’observateur actif, non, participant. On y croise des personnages révélés au fil des interventions, déchirés dans leurs intériorités, et conscients qu’aujourd’hui, l’agriculture contre l’environnement est un thème sur lequel faire lumière. Le marais poitevin est une terre de fiction, un territoire de complexité, et, ici, le sujet du baroque. Car si le récit n’est pas clos, il est pourtant démesuré, jusqu’à se demander si la caricature se cache dans les jointures. La réponse est non, et même si l’exotique est à nos portes, les portes, elles, ont bien des choses à raconter.

Le Banquet annuel de la Confrérie des fossoyeurs, Mathias Enard, Actes Sud, octobre 2020, 432 pages