Adrien Girault, territoire de lecture

Monde Ouvert Adrien Girault

Adhérer à une « cause » comme un dernier salut, garder un otage dans un entrepôt. Tel est le sort mené par Dale et Sven. Dale et Sven, eux, ne sont pas des simples Clov et Hamm beckettiens, encore moins des Pozzo et Lucky. Ils sont des personnages, transformés en marionnettes. Pour une « cause ».

La cause était là pour éclairer leur chemin. La cause était leur dernière certitude. Tout était trop fragile.

Et c’est bien l’enjeu de ce roman, où la fragilité côtoie une joyeuse inquiétude, et une certaine paranoïa. Il y a une perte de sens, un délire autour de ce qui décore les choses. Il s’agit moins de vivre que de comprendre. Et peu à peu, le récit passe du roman d’aventure à un thriller désossé ; l’engagement se consume, pour mieux mettre en lumière l’errance des jours plats. La perception est un thème philosophie capital, visiblement cher au coeur d’Adrien Girault, qui a choisi de l’épingler pour le détricoter. Car Monde ouvert, ça n’est pas qu’un entrepôt enneigé, que des cigarettes Stedge Bow, qu’une Xantia, qu’une ville ouvrière, qu’un chien. Non. C’est aussi une réflexion sur ce que veut dire être un lecteur, être une lectrice : se cloisonner ou faire ce que l’on veut ? Car ici, le monde est ouvert, mais il n’en reste que les contours.

Monde ouvert, Adrien Girault, Éditions de l’Ogre, septembre 2020, 160 pages