Bienvenue chez la Cerise sur le Chapeau !

Qu’est-ce qui fait un bon chapeau ? Comme savoir quelle forme nous convient le mieux ? Et pourquoi aucun chapeau ne me va ? Pendant des années, ces questions, je me les suis posées, convaincu que je n’avais pas une tête à chapeau. Dans l’absolu, j’ai une assez grosse tête (au sens propre seulement hein !), et je pensais qu’aucun couvre-chef ne me mettait assez en valeur pour être porté quotidiennement. Et puis, je me suis renseigné sur les marques un peu plus pointues, un peu plus spécialisées, qui développent des chapeaux sur-mesure.

À Paris, il existe peu de chapeliers, mais certains, comme la Cerise sur le chapeau, exercent leur profession dans une tradition chapelière des plus intéressantes. Cerise, la fondatrice, part d’un constat tout simple, qui séduit depuis déjà 12 ans : on a tous une tête à chapeau, il suffit de trouver le bon. À partir de cette petite phrase, assez évocatrice, j’ai décidé de sauter le pas, et de me rendre à la Fabrique Générale.

cerise-chapeau-fabrique

la Fabrique Générale, c’est un lieu un peu hybride du 17ème arrondissement, où se côtoient un espace dédié aux chapeaux, bien sûr, mais aussi une grande pièce baignée de lumière, où sont organisés différents événements au cours du mois.

cerise-chapeau-sur-mesurecerise-chapeau-lieucerise-chapeau-fabrique-generale

J’ai eu la chance d’être accueilli par Cerise en personne, qui m’a initié à la fabrication d’un chapeau, histoire de comprendre pourquoi et comment cet accessoire dure et perdure.

Tout d’abord, j’ai eu le choix d’opter pour un feutre ou un chapeau de paille. L’été approchant, mon choix s’est porté sur un Panama. On reviendra sur ce terme plus tard. Cerise a mesuré mon tour de tête : 61cm, j’ai donc une assez grosse tête. On a choisi la forme parmi les six proposées (dont deux sont féminines). Je me dirige vers la forme dite « classique ». À partir de là, Cerise revient avec une flopée de chapeaux en paille, de toutes les couleurs. Il en existe une soixantaine, le choix est donc très assez vaste !

cerise-chapeau-choixcerise-chapeau-boutique

La Cerise sur le chapeau propose un service de semi-mesure. Il s’agit donc là de prendre mes mesures, mais aussi de définir quelle couleur je souhaite attribuer à chaque élément constitutif du produit : la base, le gros grain, et le petit passant. J’opte pour des couleurs assez neutres, histoire de pouvoir le porter en (presque) toutes circonstances. Et en deux heures (comptez un peu plus de temps le week-end), voici un chapeau conforme à mes attentes, et surtout, qui me va ! À noter que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne faut pas choisir un chapeau trop juste car, avec le chaleur, ce dernier a tendance à rétrécir.

cerise-chapeau-creationcerise-chapeau-tissucerise-chapeau-panama

Ma visite ne s’est pas arrêtée là, et c’était d’ailleurs tout l’intérêt pour moi ! Cerise me fait descendre là où tout se passe : l’atelier de fabrication des chapeaux ! Six machines en fonte d’aluminium se dressent devant moi. Ces machines correspondent naturellement aux six formes de chapeaux proposées, et fonctionnent au gaz. C’est aussi dans cette pièce que sont organisés des ateliers chapeaux, mais également des ateliers de (dé)montage de moteur, organisés par le mari de Cerise. Un vrai lieu hybride !

cerise-chapeau-presse

Bref, ces machines à pédales, créées au début des années 1900, étaient originellement construites en bois de tilleul (pour sa robustesse), et vont permettre de mouler les chapeaux. Il faut attendre que le moule soit à 90°, de sorte que la chaleur se répartisse de manière uniforme sur le moule. Tout fonctionne grâce à une presse, qui fonctionnent elle-même grâce à l’homme. On appuie sur la pédale, et la presse se referme, jusque là, vous suivez !

cerise-chapeau-moule

Cerise m’explique alors qu’il faut bien axer le moule, auquel cas, le paille s’abime, et cloque. Un travail de précision, donc ! Pour mouler les chapeaux, il suffit d’humidifier le cône (constitué, pour les feutres, d’un amalgame de fibres, travaillées en 13 étapes !), de sorte à le placer sur la presse. À noter que la qualité du feutre dépend principalement de la manière dont il est fabriqué, tout comme la paille !

Puis, il faut marquer le dorcet (le bord du chapeau), et pour ce faire, on utilise une corde (que l’on voit pendre sur la photo), qui va permettre de savoir où procéder à la découpe ou au revers.

cerise-chapeau-paille

Bon, avec tout ça, il ne faut pas oublier que mon choix s’est porté sur un chapeau en paille, plus estival. Ce « Panama » tient son origine de l’exposition universelle de 1855, lorsque Napoléon se voit offrir un « Fino », qui existe encore aujourd’hui.

Le Panama est, en réalité, le nom que l’on donne à la paille de l’Équateur, alors même qu’il porte le nom d’un autre pays. C’est donc non pas à une forme, mais bien à une matière que ce terme fait référence. Les producteurs récupèrent les gousses d’un palmier, qu’ils font sécher, puis qu’il divisent en fonction du chapeau. On retrouve deux grandes régions productrices de paille, chacun ayant sa propre identité :

  • l’Ecole de Cuenca, au centre de l’Équateur, qui développe le tressage à une ou à deux fibres (respectivement le « Brisa » ou le « Llano »). Ce type de Panama se fabrique entre un jour, et plus de deux semaines, selon le grade. (le nombre de fils définit le grade du chapeau)
  • L’Ecole de Montecristi, sur la côte ouest du pays, où ne sont développés que des « Fino », des « Super Fino », ou des « Extra Fino », tressés avec une seule fibre « Brisa ». Ici, c’est parfois plus de cinq mois qui sont requis pour fabriquer un chapeau.

Petit indice pour reconnaître un Panama d’Équateur (un « vrai », en somme) : ils disposent d’une petite rosace au-dessus, signe d’un processus de fabrication bien particulier, donc authentique.

panama-cerise-chapeau

Dernier petit conseil de Cerise avant de partir : pour prendre bien soin de son chapeau, il faut éviter de le poser à plat, mais à l’envers, sur la calotte. Et le mieux reste de l’accrocher bien sûr !

Bref, la Cerise sur le Chapeau, c’est donc un savoir-faire, mais aussi une base de partage, où l’artisanat et le semi-mesure se conjuguent à la lumière de matériaux nobles.

cerise-chapeau-paris

Vous pouvez donc retrouver Cerise et toute son équipe à la Fabrique Générale (2 Bis Rue Léon Cosnard, 75017 Paris), mais aussi dans la boutique où tout a commencé, 11 Rue Cassette, 75006 Paris. Vous y serez, sans nul doute, aussi bien accueilli que moi !

 

Publicités

CASTELD, l’alchimie des matières jusqu’au poignet !

Hello !

Des montres, j’en porte quasiment tous les jours (enfin une seule par jour, mais quand même), mais des bracelets, beaucoup moins. Beaucoup moins, pour la simple et bonne raison que j’ai à coeur de les choisir avec soin. Alors j’en cherche, j’en découvre, et la dernière trouvaille en date est française : CASTELD.

Créée en 2012 par David Castelain (on aura compris d’où vient le nom tiens), CATSELD a développé une gamme de bijoux pour homme dans une recherche de qualité et de savoir-faire qu’on note dès qu’on se balade sur le site internet.

casteld braceletCapture casteld bracelet  2017-11-10 à 13.38.57casteld bracelet

Les matières (argent 925, pierres semi-précieuses, bois, cuir, etc.) sont sélectionnées avec soin, de sorte à créer des pièces uniques, et inspirantes « pour l’homme d’aujourd’hui » (comme on dit !).

Entourés d’artisans, David et sa collaboratrice Alexandra jouent sur les matières, à l’aide d’artisans rigoureux, qui ont su retranscrire à merveille cet ADN masculin qui se joue autour de nos poignets.

J’ai donc en ma possession le bracelet Paname, en taille Large (la taille souvent commandée pour les hommes). En bref, niveau composition, le descriptif nous dit :

Perles agate noire dépolie 6 mm
Perle argent 925  de 8 mm et 6 mm
Perles argent 925 et perle Pyrite
Bracelet avec perles argent massif finement travaillées
Bracelet monté sur élastique très résistant
Référence Produit BR H 210

Livré avec un certificat d’authenticité, c’est le genre de bracelet pas trop chic, mais assez recherché, juste ce qu’il faut ! « Sobre et efficace », précisément le genre d’accessoire que j’aime porter.

casteld bracelet hommecasteld bracelet homme

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site internet de CASTELD, la page Facebook, ou encore le compte Instagram, bonne journée !

Article sponsorisé