MYCS, le design personnalisable !

La déco est une succession de tendances qui nous rassemblent tous et toutes autour d’un même élément pendant quelques mois. Une certaine manière de nous dire que, si nous succombons tous à ce que l’autre a chez lui, il est également essentiel de disposer d’éléments à l’identité marquée. Un canapé qui nous ressemble, un buffet que personne n’a chez lui, le design est aussi une affaire de goût personnel, avant même de devenir collectif. Dans cette perspective, la marque berlinoise MYCS, créée en 2014, nous propose des meubles modulaires, dont le design est entièrement personnalisable !

Mycs Meubles PersonnalisablesMycs Meubles Personnalisables

Car oui, pour MYCS (à prononcer « miksse »), la vision du design est avant tout personnelle, et nos meubles doivent s’adapter à nos goûts, mais aussi à nos besoins ! C’est la raison pour laquelle la marque nous propose canapés, armoires, chaises, commodes, et autres tables basses, dans l’optique assez ludique de les rendre uniques, conçus pour (et par) nous.

Mycs Meubles Modulaires

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mycs Meubles Modulaires

Comment ? On part d’un module de base, que l’on va pouvoir transformer sous toutes ses coutures : dimensions, couleurs, matériaux, finitions, un nombre de combinaisons infinies, qui rendront le canapé à l’opposé de ce qu’il était au début. Tout ceci se passe sur un configurateur, on ne peut plus simple d’utilisation, avec, bien évidemment, une fonction 360°, et, au final, une livraison… gratuite ! À noter que les Parisiens et les Parisiennes peuvent également voir les meubles « en vrai », au showroom MYCS, situé 42, rue Réaumur, près du métro Arts et Métiers.

Mycs Configurateur Meuble

Le showroom est un espace baigné de lumière, pensé sur deux étages, qui nous donne un bon aperçu de ce dont MYCS est capable en terme de personnalisation, à commencer par la compatibilité de tous les modules entre eux. Du large choix de tissus en passant par les différents modèles de chaises, j’étais à deux doigts de refaire mon appart. Le tout appuyé par les architectes d’intérieur présents pour nous aiguiller et répondre à nos questions.

Mycs showroom ParisMycs showroom ParisMycs showroom Paris

Concernant la fabrication, la marque source ses matériaux en Europe, selon un mode de fabrication le plus respectueux de l’environnement possible. Car on peut faire des beaux meubles, et ne pas se moquer de nous en même temps, oui oui !

MYCS Marque Berlinoise

Plus d’infos sur le site de MYCS : https://fr.mycs.com/

Déco : Les nouveautés du Bazar d’électricité !

Voilà déjà quelques temps que je vous parle du Bazar d’électricité, cette institution parisienne dédiée à la lumière. Car oui, à mieux y réfléchir, la lumière, on a la chance de tou.te.s en avoir l’usage quotidiennement. Sans vouloir enfoncer des portes ouvertes, c’est bel et bien elle qui régit l’ambiance d’une pièce, qui permet de lire discrètement d’un côté du lit ou de rendre une soirée beaucoup plus festive. Elle est donc le point d’ancrage de nos vies, dont on est en droit d’exiger le meilleur.

Lampe Nomade Artemide Come Together

Et typiquement, le Bazar d’électricité fait partie de ces lieux où l’expertise se mêlent à la richesse de l’offre. À travers ses différents univers, répartis en trois boutiques qui se jouxtent, le Bazar donne une belle vision de ce que représente le monde de la lumière, et de toute la portée qu’il aurait si on l’optimisait à la maison.

Et comme ce monde est un monde qui vit, qui évolue et se transforme, chaque saison représente l’arrivée de nouveautés. Les fêtes de fin d’années approchant à grands pas, j’ai décidé de faire ma petite sélection, entre designers confirmés et découvertes !

La lampe nomade sans fil Artemide « Come Toegther »

Lampe Nomade Artemide Come Together

La Ph3 1:2 de Louis Poulsen (à gauche) et la Mulit Lite Table de Gubi (à droite)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les lampes murales de chez Sammode

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La lampe Yoruba Rose de Ingo Maurer

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La Festa delle Farfalle plafonnier Ingo Maurer

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les lampes Fosfens

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Bazar d’électricité
34 Boulevard Henri IV, 75004 Paris
Fermé le dimanche et le lundi

Bienvenue chez la Cerise sur le Chapeau !

Qu’est-ce qui fait un bon chapeau ? Comme savoir quelle forme nous convient le mieux ? Et pourquoi aucun chapeau ne me va ? Pendant des années, ces questions, je me les suis posées, convaincu que je n’avais pas une tête à chapeau. Dans l’absolu, j’ai une assez grosse tête (au sens propre seulement hein !), et je pensais qu’aucun couvre-chef ne me mettait assez en valeur pour être porté quotidiennement. Et puis, je me suis renseigné sur les marques un peu plus pointues, un peu plus spécialisées, qui développent des chapeaux sur-mesure.

À Paris, il existe peu de chapeliers, mais certains, comme la Cerise sur le chapeau, exercent leur profession dans une tradition chapelière des plus intéressantes. Cerise, la fondatrice, part d’un constat tout simple, qui séduit depuis déjà 12 ans : on a tous une tête à chapeau, il suffit de trouver le bon. À partir de cette petite phrase, assez évocatrice, j’ai décidé de sauter le pas, et de me rendre à la Fabrique Générale.

cerise-chapeau-fabrique

la Fabrique Générale, c’est un lieu un peu hybride du 17ème arrondissement, où se côtoient un espace dédié aux chapeaux, bien sûr, mais aussi une grande pièce baignée de lumière, où sont organisés différents événements au cours du mois.

cerise-chapeau-sur-mesurecerise-chapeau-lieucerise-chapeau-fabrique-generale

J’ai eu la chance d’être accueilli par Cerise en personne, qui m’a initié à la fabrication d’un chapeau, histoire de comprendre pourquoi et comment cet accessoire dure et perdure.

Tout d’abord, j’ai eu le choix d’opter pour un feutre ou un chapeau de paille. L’été approchant, mon choix s’est porté sur un Panama. On reviendra sur ce terme plus tard. Cerise a mesuré mon tour de tête : 61cm, j’ai donc une assez grosse tête. On a choisi la forme parmi les six proposées (dont deux sont féminines). Je me dirige vers la forme dite « classique ». À partir de là, Cerise revient avec une flopée de chapeaux en paille, de toutes les couleurs. Il en existe une soixantaine, le choix est donc très assez vaste !

cerise-chapeau-choixcerise-chapeau-boutique

La Cerise sur le chapeau propose un service de semi-mesure. Il s’agit donc là de prendre mes mesures, mais aussi de définir quelle couleur je souhaite attribuer à chaque élément constitutif du produit : la base, le gros grain, et le petit passant. J’opte pour des couleurs assez neutres, histoire de pouvoir le porter en (presque) toutes circonstances. Et en deux heures (comptez un peu plus de temps le week-end), voici un chapeau conforme à mes attentes, et surtout, qui me va ! À noter que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, il ne faut pas choisir un chapeau trop juste car, avec le chaleur, ce dernier a tendance à rétrécir.

cerise-chapeau-creationcerise-chapeau-tissucerise-chapeau-panama

Ma visite ne s’est pas arrêtée là, et c’était d’ailleurs tout l’intérêt pour moi ! Cerise me fait descendre là où tout se passe : l’atelier de fabrication des chapeaux ! Six machines en fonte d’aluminium se dressent devant moi. Ces machines correspondent naturellement aux six formes de chapeaux proposées, et fonctionnent au gaz. C’est aussi dans cette pièce que sont organisés des ateliers chapeaux, mais également des ateliers de (dé)montage de moteur, organisés par le mari de Cerise. Un vrai lieu hybride !

cerise-chapeau-presse

Bref, ces machines à pédales, créées au début des années 1900, étaient originellement construites en bois de tilleul (pour sa robustesse), et vont permettre de mouler les chapeaux. Il faut attendre que le moule soit à 90°, de sorte que la chaleur se répartisse de manière uniforme sur le moule. Tout fonctionne grâce à une presse, qui fonctionnent elle-même grâce à l’homme. On appuie sur la pédale, et la presse se referme, jusque là, vous suivez !

cerise-chapeau-moule

Cerise m’explique alors qu’il faut bien axer le moule, auquel cas, le paille s’abime, et cloque. Un travail de précision, donc ! Pour mouler les chapeaux, il suffit d’humidifier le cône (constitué, pour les feutres, d’un amalgame de fibres, travaillées en 13 étapes !), de sorte à le placer sur la presse. À noter que la qualité du feutre dépend principalement de la manière dont il est fabriqué, tout comme la paille !

Puis, il faut marquer le dorcet (le bord du chapeau), et pour ce faire, on utilise une corde (que l’on voit pendre sur la photo), qui va permettre de savoir où procéder à la découpe ou au revers.

cerise-chapeau-paille

Bon, avec tout ça, il ne faut pas oublier que mon choix s’est porté sur un chapeau en paille, plus estival. Ce « Panama » tient son origine de l’exposition universelle de 1855, lorsque Napoléon se voit offrir un « Fino », qui existe encore aujourd’hui.

Le Panama est, en réalité, le nom que l’on donne à la paille de l’Équateur, alors même qu’il porte le nom d’un autre pays. C’est donc non pas à une forme, mais bien à une matière que ce terme fait référence. Les producteurs récupèrent les gousses d’un palmier, qu’ils font sécher, puis qu’il divisent en fonction du chapeau. On retrouve deux grandes régions productrices de paille, chacun ayant sa propre identité :

  • l’Ecole de Cuenca, au centre de l’Équateur, qui développe le tressage à une ou à deux fibres (respectivement le « Brisa » ou le « Llano »). Ce type de Panama se fabrique entre un jour, et plus de deux semaines, selon le grade. (le nombre de fils définit le grade du chapeau)
  • L’Ecole de Montecristi, sur la côte ouest du pays, où ne sont développés que des « Fino », des « Super Fino », ou des « Extra Fino », tressés avec une seule fibre « Brisa ». Ici, c’est parfois plus de cinq mois qui sont requis pour fabriquer un chapeau.

Petit indice pour reconnaître un Panama d’Équateur (un « vrai », en somme) : ils disposent d’une petite rosace au-dessus, signe d’un processus de fabrication bien particulier, donc authentique.

panama-cerise-chapeau

Dernier petit conseil de Cerise avant de partir : pour prendre bien soin de son chapeau, il faut éviter de le poser à plat, mais à l’envers, sur la calotte. Et le mieux reste de l’accrocher bien sûr !

Bref, la Cerise sur le Chapeau, c’est donc un savoir-faire, mais aussi une base de partage, où l’artisanat et le semi-mesure se conjuguent à la lumière de matériaux nobles.

cerise-chapeau-paris

Vous pouvez donc retrouver Cerise et toute son équipe à la Fabrique Générale (2 Bis Rue Léon Cosnard, 75017 Paris), mais aussi dans la boutique où tout a commencé, 11 Rue Cassette, 75006 Paris. Vous y serez, sans nul doute, aussi bien accueilli que moi !

 

Bonne adresse à Paris : Ramen Bowl

Aujourd’hui, on parle Paris, on parle food, on parle bonnes adresses ! J’ai découvert Ramen Bowl il y a quelques semaines maintenant, au détour d’une pause déjeuner, et un petit article s’imposait.

Restaurant japonais (sur place ou à emporter), Ramen Bowl est situé rue de Ponthieu, à deux pas des Champs Élysées, et est un vrai bon spot lorsqu’on aime la cuisine asiatique !

restaurant ramen bowl paris

Dans une ambiance à mi-chemin entre cantine et bar intimiste sur deux étages, on peut admirer les graffs de l’artiste Oji, disséminés sur les murs du restaurant, on valide l’idée !

En ce qui concerne la carte, on a le choix : ramen (déclinés en 10 recettes), tapas (uniquement le soir), mais aussi donburi (gros bol de riz garni, spécialité de la maison), préparés par le chef Masaki. J’ai eu la chance de tester un panel assez conséquent de la carte, et, vous vous en doutez, c’est une vraie découverte !

cuisine asiatique paris

Les saveurs sont véritablement travaillées, de sorte que l’ensemble pétille en bouche, et donne des associations hyper savoureuses. Mention spéciale pour les allumettes d’algues qui, contrairement à mes aprioris, étaient une véritable découverte, et donne un sens nouveau aux plats ! Et gros coup de coeur pour les ramen sans bouillon, que je goûtais pour la première fois !

food ramen bowl

En bref, une ambiance de cantine street, des saveurs travaillées, un emplacement idéal lorsqu’on souhaite passer un moment sur les Champs-Élysées, j’ai adoré Ramen Bowl !

 

Ramen Bowl

44, rue de Ponthieu

75008 PARIS

Ouvert de 12h à 22h30 (sauf le dimanche)

Schmoove, de la chaussure et de la qualité !

Si vous me suivez sur Instagram, vous connaissez déjà probablement Schmoove. Cette marque de chaussures dont je découvre chaque collection depuis quelques temps maintenant.

En bref, Schmoove, c’est quoi ? C’est une marque française, créée en 2001, qui avait pour objectif premier de chausser les hommes. Depuis, les choses ont bien évoluées, puisque les femmes ont également leurs collections, yes !

Avec des slogans comme « No gods, no masters », « Authorized dealer », « Nothing to proove », « Boys don’t cry », Schmoove est l’archétype de la marque qui surfe sur les tendances, à l’ADN marqué, tout en développant des produits atemporels !

Designés en France et conçus au Portugal, les produits sont, pour en avoir déjà testé quelques uns, de qualité pour un prix relativement attractifs ! (ce qui est notable finalement)

schmoove

Style casual, sport, habillé, tout le monde y trouve son bonheur, et le modèle « Cup Tennis » (celui que je porte) est assez significatif de la recherche menée par Schmoove pour créer des produits à le fois modernes et en marge du temps !

À noter qu’il existe déjà trois boutiques à Paris, histoire de voir, de toucher, de sentir (?) les produits de manière plus concrète !

Sortir de Paris avec ‘Le Guide des Grands Parisiens’ !

Le Grand Paris, on le connaît de loin, on en entend de plus en plus parler, on devine qu’il s’y passe des choses, mais sait-on à quoi il ressemble vraiment ? En se basant sur ce postulat, les Magasins Généraux se sont associés à Enlarge your Paris pour créer ce guide, à destination des habitants de la métropole parisienne.

guide des grands parisiens

Le Guide des Grands Parisiens est donc un ouvrage où sont recensées bonnes adresses, lieux de spectacle, espaces verts et autres festivals, à Paris, mais aussi et surtout en dehors. Car, après le périphérique, il y a également une vie !

On nous présente alors le Grand Paris comme une espèce de futur culturel, en pleine ébullition, où les opportunités de sorties ne manquent pas. De Vincennes à Meudon, en passant par Aubervilliers ou Montmorency, Le Guide des Grands Parisiens décrypte les atouts de cette métropole qui nous ouvre le champ des possibles.

guide des grands parisiens

L’ouvrage est divisé en huit grands quartiers : la Fabrique, la Petite Riviera, le Rooftop, l’HyperMuseum, l’Océan Vert, le Square XXL, la Street galerie et le Delta. Une géographie simple et efficace, où chacune de ces régions peut être représentée au mieux. (Et on saura enfin placer Enghien-les-Bains sur une carte !)

Le guide des grands parisiens

Vendu au prix de 24€ dans la plupart des librairies de la Métropole (mais aussi en province !), Le Guide des Grands Parisiens développe une vision un peu plus globale de la culture, où l’on vit moins à travers le sacrosaint prisme de Paris !

Rendez-vous à la nouvelle boutique Basus du Marais !

À Paris, il se passe des choses, beaucoup de choses. Entre l’ouverture (la fermeture) de douze coffeeshops par semaine et les trente festivals de photographie indépendante qui se créent dans le mois (comment ça j’abuse ?), c’est souvent difficile de s’y retrouver. Et puis il y a des boutiques qui ouvrent, des marques qui, finalement, font leur petit bout de chemin et se développent, comme Basus.

boutique basus marais

Basus, c’est une marque dont je vous parlais déjà dans cet article, lorsque je vous présentais la première boutique, installée dans le 11ème. Et bien on prend les même et on recommence, dans le Marais cette fois-ci.

Car oui, fort de son succès, Basus se développe dans un second espace, situé au 1, rue de Normandie, non loin du Carreau du Temple.

IMG_3125boutique basus marais

En bref, Basus, ce sont des collections inspirées par la nature, le design, l’urbanisme. C’est aussi un travail sur les matières, notamment sur le « cuir de liège », naturel et entièrement recyclable, qui traduit un engagement eco-responsable assez pregnant.

Au-delà de ces raisons, j’aime vraiment beaucoup cette marque pour la qualité et la recherche des pièces proposées à chaque collection. Les photos donnent un petit aperçu du style « design » et épuré que peut produire Basus.

boutique basus maraisIMG_3123

Bref, alors cette boutique ? Et bien, comme celle située au Perchoir Ménilmontant, on est sur un espace assez design, épuré. Un mur végétal dans le fond, des espèces d’îlots centraux qui donnent un cachet supplémentaire à l’endroit, sans prendre trop d’importance. En bref, une boutique pensée pour être pratique, agréable et design à la fois !

IMG_3127

Espace Basus

1, rue de Normandie

75003 PARIS

Horaires : ouvert du lundi au samedi de 11h à 19h30 – Le dimanche de 13h30 – 17h30