La qualité Pied de biche !

Hello !

(Attention, lieux communs !) Le froid arrive, il s’est même installé, on a rangé les tongs et autres sandales, et il est maintenant temps de penser à se chausser de manière un peu plus « de saison ». Alors on met souvent des baskets, des sneakers, mais parfois, la tenue ne s’y prête pas, et on a besoin de chaussures un peu plus habillées, des bottines par exemple !

Il y a quelques jours, je suis allé à la boutique Pied de biche, situé rue Commines, dans le 3ème arrondissement parisien. Je connaissais déjà la marque, je voyais ses modèles passer sur internet, et je trouvais toujours ça très chic, très sobre, très beau finalement ! Par ailleurs, alors que j’ignorais que cette boutique avait ouvert en septembre, j’ai été ravi de découvrir ce joli espace, où j’ai pu essayer la paire que je vais vous présenter !

IMG_7724

Alors, tout d’abord, Pied de Biche, c’est quoi ? C’est donc une marque de chaussures, pour homme comme pour femme, qui tente de revisiter les incontournables de notre garde-robepied. Sa petite patte est de travailler le bicolore, le bimatière, toujours en essayant de trouver les meilleures produits, pour un rapport qualité/prix irréprochable. Et c’est la première chose qui m’a plu dans la marque : des matériaux ramenés d’endroits reconnus pour la qualité de leur savoir-faire : le nord de l’Italie pour le cuir, Porto pour l’atelier de fabrication, bref, des endroit reconnus dans leur domaine !

Initialement créateur de Chelsea Boots, Pied de Biche a étendu sa gamme aux derbys, aux chukkas, ou encore aux baskets ! Toujours dans un souci de couleur, de matière et de détail, et ça, on adore !

La paire que j’ai reçu est une nouveauté de la saison : les Chukka bleu nuit (165€). Concernant la taille, j’ai pris ma taille habituelle et, après avoir marché avec une bonne partie de la journée, tout s’est très bien passé. La chaussure, qui se détend au fil des jours, est hyper agréable à porter, on ne se sent pas étriqué, bref, la paire parfaite ! J’ai adoré l’association couleur/matière qui, à mon sens, fait toute l’essence de cette paire. Le velours bleu est très fin, et la semelle dispose d’une surépaisseur en gomme (pour l’isolement thermique). On est donc sur un produit de qualité qui, je pense, va me durer un bon bout de temps !

pied de biche parispied de biche paris

Bon, en bref, Pied de Biche, j’adore, j’y retournerai, car j’avoue que, désormais, les baskets me tentent assez !

N’hésitez pas à vous rendre sur le site internet, la page Facebook, ou encore le compte Instagram, pour suivre l’actu de la marque 😉

Boutique Pied de Biche : 5, rue Commines 75003 PARIS

Bonne journée !

Une journée en Champagne à la découverte de Piper-Heidsieck !

Hello ! Si vous me suivez sur Instagram (je commence les deux tiers de mes articles comme ça non ?), vous avez peut-être vu que je suis récemment parti en Champagne-Ardenne avec la marque de champagne Piper-Heidsieck. L’idée de découvrir les « coulisses » et les secrets de fabrication d’une grande entreprise comme celle-ci m’a tout de suite plu, et le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis reparti avec plein de petites infos ! Je n’ai qu’à les partager avec vous finalement, non ?

Arrivé dans la matinée au siège de Piper-Heidsieck, nous sommes accueilli par un buffet digne de la Cène (quoique..). Nous n’avons évidemment mangé que la quart du tiers du quart des denrées, mais les bases étaient posées, bienvenue en Champagne !

piper heidsieck champagne

S’en est ensuivi une visite de la cuverie – où le champagne se fait – appuyée par les explications de notre accompagnatrice. Au centre de cette pièce, deux immenses cuves d’assemblage, qui peuvent respectivement contenir 500 000 bouteilles chacune. De quoi passer une bonne soirée… (lourdeur) Chaque cru et chaque cépage dispose de sa propre cuve, de sorte à respecter au mieux le processus de vinification de chacun. À titre d’exemple, pour élaborer la Cuvée Brut (dont je vous parlerai plus tard), une centaine de crus sont nécessaires. On est donc sur une production à haute échelle !

piper heidsieck champagneIMG_7678piper heidsieck champagne

Le bâtiment qui abrite la maison de champagne est relativement atypique. Créé en 2008 par Jacques Ferrier, ses lignes graphiques et modernes donnent à Piper-Heidsieck un souffle nouveau qui, à mon sens, tranche avec certaines autres maisons de champagne, qui n’ont parfois pas les moyens techniques de le faire.

piper heidsieck champagnepiper heidsieck champagne

Chez Piper-Heidsieck, l’idée de base est vraiment de rendre toutes les bouteilles homogènes, d’un point de vue qualitatif, de sorte à entretenir une image de marque durable. C’est la raison pour laquelle des vins de réserve ont commencé à voir le jour en 1999. En bref, ces vins sont reconnus chaque année pour leurs qualités exceptionnelles, et viennent compléter la recette des champagne Piper-Heidsieck, de sorte à assurer une régularité des arômes. Sur le papier, on peine à saisir le principe, mais Régis Camus – le Chef de Cave de la maison – a reçu huit fois le titre de « Chef de Cave de l’année » par le International Wine Challenge. En partant du principe que Piper-Heidsieck est la Maison de Champagne la plus récompensée du siècle, on se dit que c’est un bon principe.

piper heidsieck champagne

La petite visite se poursuit dans les caves, où les bouteilles sont stockées pendant six à dix ans, puis dans le petit musée (oui oui), retraçant l’histoire et les faits marquants qui ont fait la renommée de la maison. On retiendra notamment que Piper-Heidsieck est très impliquée/présente dans le cinéma international. Fournisseur officiel du Festival de Cannes depuis les années 1990, Champagne officiel des Oscars à deux reprises, présent à de nombreuses reprises dans divers films, bref, on est sur une implication notable ! C’est la raison pour laquelle une petite ambiance « tapis rouge » a été mise en place au Siège de Piper (oui, j’ose le petit surnom, je suis comme ça !)

piper heidsieck champagneIMG_7682piper heidsieck champagne

Le champagne est donc produit en… Champagne, oui d’accord, mais pour quelles raisons exactes ? Trois caractéristiques construisent cette région : un climat rude avec des grandes variations de températures en hiver ou en été, un sous-sol calcaire, et une terre vallonnée. Cette dernière est idéale pour cultiver le raisin ! On y produit donc le champagne à partir de trois cépages champenois : le Chardonnay (vif et chaleureux), le Meunier (fruité et charnu), et le Pinot Noir (puissant, aux notes de fruits rouges).

piper heidsieck champagne

Bon, après s’être imprégné de toutes ces infos, direction la dégustation, moment clé de la journée, où on a pu découvrir les différents champagnes proposés par la marque, et où on a appris à les différencier.

La dégustation est un moment clé dans la fabrication du champagne. Tous les cépages et tous les crus sont affectés à une cuve spécifique, et sont suivis de près chaque jour. Le Chef de Caves (Séverine Frerson en l’occurence) et son équipe identifient les caractéristiques de chaque vin, de sorte à les utiliser pour assembler les cuvées non-millésimées.

piper heidsieck champagne

Piper a mis en place une technique assez originale pour nous faire déguster ses champagnes : la dégustation au toucher. Devant nous, une petite boîte, contenant différents types de tissus, de sorte à pouvoir associer ce que l’on boit à une sensation. Une manière d’intégrer le sens du toucher aux quatre autres sens, qui paraissent, quant à eux, aller de soi lorsque l’on déguste un quelconque aliment/boisson. On se prend au jeu, pas si facile au demeurant, et on finit par trouver à chaque fois quel tissu se rapproche le plus de quel champagne.

piper heidsieck champagne

En ce qui concerne la dégustation, nous avons eu la chance de goûter (de gauche à droite) le Brut, l’Essentiel (cuvée réservée), le Vintage 2008 (millésimé), le Rosé sauvage, et la Cuvée Sublime (et ben rien que ça dis donc !). Pour faire court, la Cuvée Brut est la signature de la Maison, non millésimée, harmonieux et vive en même temps. L’Essentiel retranscrit l’essence même du champagne, assemblage de Pinot Noir, de Meunier et de Chardonnay. Le Vintage est l’équilibre parfait entre le Chardonnay et le Pinot Noir, et se bonifie à merveille au fil du temps. Le Rosé Sauvage, quant à lui, est l’alliance parfaite entre vins blancs et rouges, dont la première recette date de 2001. Et enfin, la Cuvée Sublime rassemble des Pinots Noirs pour donner le caractère harmonieux d’un « grand champagne ».

piper heidsieck champagnepiper heidsieck champagne

En bref, une journée hyper intéressante, pleine de découvertes (et c’est tout ce qu’on veut finalement non ?) et, qu’on se le dise, déguster du champagne tout au long de la journée, y’a quand même pire !

 

Revue : La gamme de chez Biotherm Homme

Salut salut ! Aujourd’hui, je mets ma plus belle casquette de blogueur beauté, car, vous l’avez vu dans le titre, j’ai testé la gamme homme de chez Biotherm ! J’ai reçu une sélection de produits, il y a de ça quelques semaines, voire quelques mois maintenant. L’objectif était, précisément, de tester une sélection de produits de cette marque que beaucoup connaissent ! (je crois)

Le petit disclaimer de rigueur avant de commencer cette « revue » : l’avis que je vais donner est totalement subjectif, je n’ai pas été payé pour parler des produits, et… et ben voilà !


Pour le point « culture », Biotherm s’intéresse aux peaux masculines depuis 1985, en partant du principe que ces petites peaux ont des besoins spécifiques, qui nécessitent des produits adaptés aux hommes. La marque s’est donc mise en tête de développer une gamme constituée d’essentiels de la beauté masculine ! Et bien c’est ce qu’on va voir tout de suite :

revue avis gamme biotherm homme

 

  • Le Aquapower Eye de-puffer (oui pardon ?) :

Malgré son nom un poil barbare, cet « hydratant yeux effet anti-poches » est l’un des produits de la gamme que j’aime le plus !

IMG_7404

Voilà plusieurs semaines que je l’utilise quasi-quotidiennement, et la première chose qui m’a marqué à l’application, c’est cette sensation de fraîcheur instantanée. Et pour cause, il est enrichi en caféine et en menthol ! Comme l’impression que tes yeux prennent de suite une forme plus vivante, ce qui est notable, voire utile certains matins !

gamme homme biotherm revue avis blog

En ce qui concerne les promesses et les effets, j’ai effectivement noté que le contour de mes yeux (où la peau est hyper fragile, et dont il faut prendre grand soin) était plus hydraté. On n’est pas sur les effets de la vaseline, bien évidemment, mais l’idée d’hydratation est bien présente. Le côté anti-poches est, comme souvent avec ce type de produit, pas immédiatement visible, mais on sent que lorsque la matière pénètre, le travail se fait, et le regard pourrait alors être comparé à celui d’une biche. (et pourquoi pas ?) En bref, j’ai vraiment beaucoup aimé ce produit, qui ne révolutionne peut-être pas le monde du contour des yeux (encore que je ne sois pas un spécialiste), mais qui a le mérite de (bien) faire son travail ! C’est un top !

15ml, 20€


  • Le désincrustant visage :

Aloooors, pour le coup, je crois que ce produit se classe sans nul doute dans mon top 3 des désincrustant visage (un bien joli top) que j’ai pu tester jusque là !

gamme homme biotherm revue avis blog

Je ne vais pas être très long sur ce produit, car j’ai quasiment tout aimé ! La promesse d’éliminer les impuretés en profondeur est tenue. Après utilisation, la peau est comme neuve (toujours plus), fraîche comme la rosée du matin, prête à accueillir masques et autres crèmes hydratantes ! Le petit bémol sera, en ce qui me concerne, l’odeur qui, bien que masculine et agréable en soi, est peut-être un poil trop prononcée, trop agressive finalement. On l’aura compris, rien de bien méchant, et surtout pas rédhibitoire ! Je recommande et achèterai ce produit les yeux fermés !

150ml, 31,50€

gamme homme biotherm revue avis blog


  • le déodorant 72H Day Control Extreme Protection (rien que ça tiens) :

Clairement, je dois l’avouer, je n’ai pas testé ce déodorant pendant 72 heures d’affilée (si quelqu’un l’a fait, qu’il se manifeste, et qu’il aille se doucher ensuite). Le déodorant développé par Biotherm n’est pas le produit vers lequel je me serai tourné naturellement. Et Biotherm n’est pas non plus la marque à laquelle j’aurais pensé en cherchant un nouveau déodorant. Et bien le bilan est plutôt très positif !

En premier lieu, à l’odeur, impossible de se tromper, on est sur un déodorant masculin à fond les ballons, mais le parfum est beaucoup plus frais, beaucoup moins entêtant que celle du désincrustant visage. Les plus de ce produit sont l’absence – pour ma part – de traces blanches à la fin de la journée, premier point ! Deuxième point : il n’est pas nécessaire – toujours pour ma part – d’en remettre au fil des heures, on peut donc être en droit de se dire que cette histoire des 72H fonctionne un minimum ! Je crois donc pouvoir affirmer qu’il s’agit là d’un très bon déodorant, qui tient les promesses d’un déodorant, ce qui me semble être une bonne base pour un déodorant.. (un quoi ? #Lourdeur)

(Contient de l’aluminium et de l’alcool, avis à ceux qui prêtent une attention toute particulière à la composition des produits)

Roll-on 75ml, 19,20€

IMG_7405


  • Le T-Pur blue face clay (aka un masque bleu) :

Dans un pur objectif immature ludique, j’avais hâte de tester ce nouveau masque d’une jolie couleur bleue ! Outre ce point esthétique, qui, on est d’accord, n’est pas le plus important, l’idée de tester un masque quotidien pendant 3 minutes m’intéressait beaucoup, principalement au niveau du temps d’effet ! Car qui dit « quotidien », dit « tous les jours », dit « on a envie de voir des effets rapidement ». Enfin il me semble !

Sur la packaging, il est indiqué que ce masque est notamment constitué d’extraits de rhassoul. Le rhassoul, c’est cette argile utilisée par les femmes orientales pour leurs soins capillaires et corporels. On le trouve dans la région de l’Atlas, au Maroc, et, associée à de l’eau, la pâte qu’elle constitue absorbe les impuretés, tel un petit buvard d’écolier !

L’idée, en tout cas l’objectif de ce masque est donc de réduire les défauts, de réduire les pores. Sur le papier, il a tout pour me plaire ! Rapide, simple, et aux promesses plutôt sympathiques. Après m’être tenu à le tester tous les jours pendant une dizaine de jours, sans changer ma routine en parallèle, il me semble que des effets ont commencé à être visibles : j’ai eu l’impression que mon teint était plus « frais », et surtout, que ma peau luisait moins. (j’ai la peau mixte à tendance grasse pour info !)


  • Le T-Pure anti-oil & shine :

biotherm homme gamme test avis blog

Ici, on a affaire à un « gel hydratant matifiant et ultra-absorbant ». Si une marque comme Biotherm Homme se permet d’utiliser le terme (très fort au demeurant) de « ultra absorbant », on se dit qu’il y a efficacité là-dessous ! Et bien effectivement, le bilan est très positif après un mois d’utilisation. Couplé au « masque bleu » dont je vous parlais juste avant, le produit (dont la formule a été retravaillée depuis peu) a fait prendre à ma peau un nouveau tournant dans sa vie de peau.. (et bah tiens !) Combo gagnant !

biotherm homme gamme test avis blog

Je ne vais pas parler pour ne rien dire (ce que j’ai déjà fait pas mal il me semble), mais les effets promis sont donc là, le produit fait le job à merveille, mais je retiens surtout que le duo masque/gel est « ultra » efficace ! Et le packaging, simple et efficace, est pensé en flacon pompe, de manière à ne pas gâcher du produit, on le note !

50ml, 35,10€


  • L’Aquapower :

biotherm homme gamme avis test blog revue

Ce « soin oligo-thermal » nous promet une hydratation dynamique. À travers cette formulation un poil pompeuse, se cache un hydratant quotidien. à la formule retravaillée, enrichie en Plancton de Vie !

Je ne connaissais absolument pas cet ingrédient, et pour cause, il est l’une des signatures de Biotherm. Après quelques petites recherches, j’ai découvert qu’il s’agit donc d’un ingrédient d’origine marine (jusque là d’accord), dont le processus de fermentation capture le plancton au moment où il atteint son pic de vie. Ce processus thermal nous donne alors un ingrédient « miracle », bourré de propriétés régénérantes, protectrices, fortifiantes, et lissantes ! Biotherm a même été jusqu’à lui consacrer un produit complet : Le Life Plankton Essence !

IMG_7399

Mais revenons à l’Aquapower. à première vue, le packaging semble tout aussi pratique que le T-pur, et il l’est ! (merci) La texture est hyper douce, hyper fluide, à la limite de quelque chose d’aqueux, de fait ! L’application est alors très agréable. L’odeur est relativement simple, typique de Biotherm Homme (il me semble désormais).

En ce qui concerne les effets, ils sont là, j’ai senti ma peau comme repulpée dès les premières utilisations. Les effets immédiats sont, en tout cas, très appréciables, et le produit semble aussi tenir ses promesses ! (car je vous parle plutôt des produits que j’ai aimé que l’inverse finalement..) On valide !

75ml, 38,90€


 

  • Le Gelshaver :

Je dois bien l’avouer, je n’ai pas grand chose à dire sur ce produit car, effectivement, je me taille la barbe, et ne me rase que très peu. Voire jamais. Je vais donc juste vous préciser que ce produit existe chez Biotherm, que l’odeur est semblable à tous les produits testés jusque là dans la gamme Homme, et que sa texture est ultra-fraîche à l’application ! Parlons peu parlons bien !

150ml, 19,55€

IMG_7396

biotherm homme gamme avis test blog revue

 

C’est tout pour cette première revue « complète ». À mon sens, ce genre d’article est toujours plus intéressant car la perspective est plus globale sur la marque/la gamme, et il est plus aisé de s’en faire un avis. N’hésitez pas à me dire si l’idée vous plaît ou non. Bonne journée !

La recette exclusive du nouveau Kusmi Tea est arrivée !

Hello !

Vous l’avez peut-être vu dans mes stories Instagram, il y a quelques semaines, j’ai été invité au sein du chic hôtel Meurice, pour un non moins chic petit-déjeuner organisé par Kusmi Tea. L’objectif de cette rencontre était de faire découvrir à une flopée de blogueurs le tout nouveau produit, à l’occasion des 150 ans de la marque (que j’ignorais aussi ancienne par ailleurs !)

Outre la chance que nous avons eu d’être reçus dans la salle du somptueux hôtel Meurice, de déguster les somptueuses créations du pâtissier officiel de ce même Meurice, Cédric Grolet (élu « meilleur pâtissier de restaurant du monde » il y a peu !), nous avons pu goûter en exclusivité ce fameux thé. Alors, qu’est-ce que c’est, pourquoi, qui, comment ?

kusmi tea alain ducasse thé blanc rose framboise nouveau meurice

Vous l’aurez compris, pour ce nouveau produit, Sylvain Orebi – le propriétaire et le nez de Kusmi Tea –  s’est associé à Alain Ducasse, qui est, (surprise), le chef cuisinier (étoilé, pardon !) du Meurice ! Sur le papier, on se dit « que de jolies saveurs en perspective ! ». Mais ça n’est pas tout, non non ! À l’occasion des 150 ans de Kusmi, la marque a tenu à marquer le coup ! Ainsi, il s’agit là également du premier thé blanc développé chez Kusmi ! L’association du savoir-faire de Kusmi et de la quête d’élégance d’Alain Ducasse donne alors un produit très réussi aux notes de rose et de framboise. Chic, sobre, et raffiné. Nous avons donc eu l’occasion de le déguster à la bonne température, infusé parfaitement, et, qu’on se le dise, tout le monde en a repris !

kusmi tea alain ducasse thé blanc rose framboise nouveau meurice

Pour les petites infos pratiques, ce thé peut être infusé deux fois. Il est conseillé de le laisser 3 minutes lors de la première infusion, et 3 à 4 minutes pour la seconde. La température de l’eau idéale est de 80°C, et la (trop jolie) boîte de 120g est vendue 39€ en ligne et en boutique Kusmi Tea, depuis le 4 octobre !

Bonne journée !

 

L’appartement français, « le Made in France est dans la rue » !

Hello ! Vous me suivez peut-être sur Instagram (comment ça non ?),et avez peut-être remarqué qu’il m’arrive régulièrement d’y présenter des produits « Made in France ». Alors, je ne suis absolument pas un spécialiste du domaine, je ne consomme pas du fabriqué en France outre mesure, mais le principe m’attire, autant qu’il m’interroge. Devant la profusion de marques, les clichés du « mais le Made in France, c’est cher », et la méconnaissance de ce mode de consommation, j’ai découvert un projet plutôt très chouette : l’Appartement français. l'appartement français made in france parisL’Appartement français est le projet de David et Émilie, deux anciens collègues de travail, devenus amis « dans la vie », portés tous les deux par un simple constat : trouver un produit, quel qu’il soit, fabriqué en France et qui nous plaise vraiment peut s’avérer être une tannée sans nom. C’est la raison pour laquelle ils se sont lancés le défi de lancer un concept store parisien entièrement axé sur le Made in France, appuyé par une boutique en ligne. Le projet, porté par le financement participatif, est actuellement lancé sur Ulule, et est actif jusqu’au 15 novembre.

l'appartement français made in france paris ulule

Mais de manière plus concrète, qu’est-ce que ce projet ? Il s’agira là donc d’une boutique, mais pas que ! Conçu comme un appartement, ce véritable lieu de vie dédiera chaque pièces à un thème précis. (une salle/une ambiance finalement !). Des jouets pour enfants, en passant par les cosmétiques, les vélos, ou encore la décoration, l’Appartement français sera LE lieu du Made in France (on me dit dans l’oreillette que plus de 300 marques y seront présentes). Hyper complet, hyper accessible, hyper chouette quoi ! À noter également qu’on pourra également y trouver une « pièce de troc », dans laquelle il sera possible d’échanger ses produits Made in France, ou encore un atelier, où auront lieu des conférences, des workshops, etc. On adore !

l'appartement français made in france paris

Relayé par une boutique en ligne, le projet de l’Appartement français réussi donc à rendre accessible le Made in France, au coeur de Paris. L’ouverture, prévue début 2018, donnera probablement un nouveau souffle à la consommation de produits fabriqués en France, et élargira probablement les esprits face à toutes les questions que cela engendre.

Par ailleurs, avis aux parisien(ne)s ! Une boutique éphémère sera mise en place 16 Boulevard des Filles du Calvaire, à compter du 8 décembre jusqu’au 31 décembre 2017 !

Si le projet vous parle autant que moi, je vous invite à vous rendre sur la campagne de crowdfunding disponible sur Ulule, et active jusqu’au 15 novembre 2017. Hop hop hop !

Bonne journée !

 

Mon top 3 de la rentrée littéraire 2017 !

Hello hello ! Si vous me suivez sur Instagram, vous savez probablement que j’aime (beaucoup) la littérature, notamment contemporaine. Et la rentrée littéraire est un moment de l’année qui m’enchante au plus haut point, autant qu’il me perd. (581 ouvrages publiés cette année, bonsoir à tous). Comme chaque année, j’ai donc entrepris d’en lire le maximum, sans réel critère, au fil des découvertes, des occasions. Bien évidemment, je ne suis pas journaliste littéraire, mon avis est donc hyper subjectif, et je n’ai évidemment pas lu 581 ouvrages. Toutefois, j’en ai, je crois, découvert un nombre certain  (j’ai par ailleurs été assez déçu de mes lectures, d’où le temps assez long pour rédiger cet article), et vous livre (jeu de mot) ici mon top 3 !

 

Sciences de la vie, Joy Sorman

Dès que j’ai vu s’afficher le nom de Joy Sorman dans la liste des ouvrages de cette rentrée littéraire 2017, j’ai immédiatement sauté sur l’occasion. Il est de ces auteurs dont on ne souhaite manquer aucune parution. Et chez moi, Joy Sorman en fait partie ! (Je ne compte plus le nombre de personnes à qui j’ai offert Comme une bête, paru en 2012 !) Et cette année, je n’ai pas été déçu (ah oui, on peut aimer un auteur et détester l’un de ces ouvrages, dédicace à tous les fans d’Amélie Nothomb) Bref, alors Sciences de la vie, qu’est-ce que c’est, pourquoi j’aurais envie de le conseiller ?

Tout d’abord, sur le site du Seuil, on trouve ce résumé :

Nombre de médecins qui se sont penchés sur les cas saugrenus de la famille de Ninon Moise ont échoué à les guérir, parfois même à simplement les nommer. Depuis le Moyen Âge, les filles aînées de chaque génération sont frappées, les catastrophes s’enchaînent. Ninon, dix-sept ans, dernière-née de cette lignée maudite, a droit à un beau diagnostic : allodynie tactile dynamique, trois mots brandis pour désigner ce mal mystérieux qui brûle la peau de ses bras sans laisser de traces, et sans explications.

Mais Ninon, contrairement à ses aïeules, ne se contente pas d’une formule magique, veut être soignée par la science, et entend échapper au déterminisme génétique, aux récits de sorcières qui ont bercé son enfance, pour rejoindre le temps, adulte, des expériences raisonnées. C’est une décision, celle de contrarier sa propre histoire, de s’inventer une nouvelle identité, de remonter le courant de son intuition initiale, qui lui a fait dire un 19 janvier au réveil je suis maudite comme toutes les autres.

Formidable odyssée de la peau, ce roman de Joy Sorman tend le fil suspendu du destin dans le labyrinthe des énigmes médicales, où l’emporte toujours « la vie, la vie, la vie décidément ».

rentrée littéraire joy sorman sciences de la vie

Bon, très bien, un sujet peu romanesque de prime abord, que Joy Sorman parvient, à mon sens, à « pousser dans ses retranchements ». Le sens de l’analyse dont elle fait preuve prend le dessus, alors qu’on pourrait la soupçonner d’adopter un style alambiqué pour masquer le contenu. Les explications et autres exposés un poil scientifiques sont transmis avec un savoir simple et éloquent, qui nous évite de suspendre la lecture tous les quart d’heure, et de prendre son plus beau « Quid » (livre que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître..) pour y chercher une définition.

Bref, Joy Sorman décrit donc avec ce que j’imagine être une certaine justesse, l’état d’esprit et la douleur permanente de ces personnes atteintes de maladies rares. Maladies rares que l’on considérera alors comme des espèces d’énigmes pour la science et qui, une fois disparues, rendent le malade comme isolé, seul au monde. Comme souvent, une nouvelle expérience de lecteur s’engage avec Joy Sorman !

Joy Sorman, Sciences de la vie, Seuil, 272 pages


Yves Ravey, Trois jours chez ma tante

J’avoue, j’ai choisi celui-ci moins pour l’auteur et le sujet que la maison – à qui je fais entièrement confiance sur la qualité des publications. Je me baladais en librairie, et j’ai tout simplement acheté cet ouvrage, sans avoir vraiment lu le résumé, sans totalement connaître Yves Ravey. Bref, « au petit bonheur la chance » comme on dit ? (comment ça personne ne dit ça ?) Peut-être le titre, qui me fait penser au Goncourt 2005 de François Weyergans, Trois jours chez ma mère ? Quoiqu’il en soit, je m’y suis mis, et ai, par la même occasion, découvert qu’Yves Ravey est un écrivain assez prolifique (on est sur un 18ème roman, ah oui très bien..), dont l’oeuvre théâtrale est entrée à la Comédie Française !

Bon, et ce livre, dans tout ça ? Les Éditions de Minuit le décrivent ainsi :

Après vingt ans d’absence, Marcello Martini est convoqué par sa tante, une vieille dame fortunée qui finit ses jours dans une maison de retraite médicalisée, en ayant gardé toute sa tête.
Elle lui fait savoir qu’elle met fin à son virement mensuel et envisage de le déshériter.
Une discussion s’engage entre eux et ça démarre très fort.

rentrée littéraire yves ravey trois jours chez ma tante

Pour ce 18ème ouvrage, Yves Ravey développe une écriture assez sobre, au service d’un suspsense assez poignant. Les choses sont dévoilées avec un certain calme, un goût pour les détails dits « anodins » assez notable. L’atmosphère prend alors un tournant de plus en plus romanesque, posant des bases presque pesantes, non sans humour à certains moments ! Cette écriture que j’oserais qualifier d’intelligente a d’ailleurs donné à Trois jours chez ma tante une place de choix dans la première sélection du prix Goncourt 2017.

Yves Ravey, Trois jours chez ma tante, Minuit, 192 pages


 

Christophe Honoré, Ton Père

Christophe Honoré est auteur jeunesse, metteur en scène pour le cinéma (Les Chansons d’Amour, par exemple, c’est lui) et le théâtre. Il publie Ton Père au sein de la collection « Traits et portraits » des éditions Mercure de France. Cette collection a pour objectif d’inviter des personnalités à se livrer à l’exercice de l’autoportrait, ponctué d’illustrations choisies par leurs auteurs. Sur les conseils d’une amie, je me suis donc procuré cet ouvrage, qui est – toutes proportions gardées sur ces termes – le récit d’une homophobie ordinaire :

 « Je m’appelle Christophe et j’étais déjà assez âgé quand un enfant est entré dans ma chambre avec un papier à la main. »

C’est par cette première phrase que Christophe Honoré nous fait entrer dans le fulgurant autoportrait romancé d’un homme d’aujourd’hui qui lui ressemble mais qui n’est pas tout à fait lui. Lui, le cinéaste, le metteur en scène de théâtre et d’opéra, mais avant tout l’écrivain.

Sur le papier que sa fille de dix ans a trouvé épinglé à la porte de son appartement, ces mots griffonnés au feutre noir : « Guerre et paix : contrepèterie douteuse ? » Alors, très vite, tout s’emballe et devient presque polar. Qui a écrit ces mots ? Qui le soupçonne d’être un mauvais père ? Peut-on être gay et père ? Le livre nous conduit soudain dans tous les recoins d’une vie mais aussi au cœur de l’adolescence en Bretagne, la découverte du désir, des filles, des garçons, du plaisir, de la drague.

Un livre à la fois puissant et énigmatique, d’une merveilleuse liberté, à la mesure de son sujet.

rentrée littéraire christophe honoré ton père

Ici, le lecteur est immergé dans la mémoire intime de Christophe Honoré. Ce dernier cherche des indices parfois très anciens, dans sa propre enfance, puis au coeur de son adolescence bretonne. Honoré dresse le portrait d’un homme qui doute, mais qui ne baisse pas les bras, à l’aide d’une écriture de l’intime assez poussée. Cette même écriture qui me ferait dire qu’il s’agit ici d’un livre assez « libre », qui fait du bien à voir (à lire), où l’on ressent, de manière subtile mais franche, que l’homosexualité n’a jamais induit, pour lui, l’exclusion de la paternité..

On notera également la présence de photos. De photos d’écrivains et artistes morts du sida – Hervé Guibert, Serge Daney, Jean-Luc Lagarce, Jacques Demy, ou encore Bernard-Marie Koltès. Ton Père est, par ailleurs, présent sur la liste des prix Médicis et Décembre.

Christophe Honoré, Ton Père, Mercure de France, 192 pages

 

Bon, voilà pour mon top 3 ! Aucun de ces ouvrages n’est un « coup de coeur » véritable, mais ils sont, à mon sens, ceux qui se sont démarqués au sein de mes lectures. Par ailleurs, je songe à intégrer beaucoup plus de culture dans mon contenu, sur le blog notamment. N’hésitez pas à me faire savoir si c’est un thème qui vous intéresserait ou non, bonne journée !

Mes produits capillaires du moment

Hello !

Aujourd’hui, c’est en mode « blogueur beauté » que je vous retrouve ! Des cheveux, on en a (presque) tous (un coucou à Pascal Obispo s’il passe par là), et on y fait souvent très attention. Moi le premier. Quand je dis « faire attention », j’entends que je me coiffe, que je teste un maximum de shampooings, et que j’essaie de me mettre aux soins pour rendre ma masse capillaire belle et soyeuse au quotidien, rien de plus. (mais, entre nous soit dit, quelle tannée en soi de devoir rester dix minutes sous la douche à attendre que ça pose.. bref !)

Alors évidemment, une « routine » capillaire, ça change, ça évolue en fonction des produits que l’on découvre, de la santé de nos cheveux, etc. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de vous faire part de mes produits « du moment », go !

  • Le « Playgum déstructuré » de chez Vivelle Dop :

Ce produit, c’est un peu le pilier de ma routine capillaire. Je l’utilise depuis plusieurs années maintenant, et je ne m’en lasse pas ! J’ai eu beau tester d’autres cires, gels, et autres pâtes fixantes, je reviens toujours vers ce produit pour me coiffer (mais ça va peut-être changer avec celui que je teste en ce moment, affaire à suivre !). Comme son nom l’indique, il ne fixe pas de manière immuable les cheveux, et il est donc totalement possible de changer sa coupe, ou de repositionner une mèche rebelle ! De plus, il est hyper pratique à utiliser, facile d’utilisation, et ne fait pas partie de ces produits extrêmement collants sur les doigts, donc désagréables. La texture ressemble un peu à du dentifrice, et l’odeur – même si elle n’a rien d’extraordinaire – est très agréable. En bref, c’est un peu mon indispensable, jusqu’au jour où j’en trouverai un nouveau ! (vos conseils et recommandations sont d’ailleurs les bienvenus !)

playgum vivelle dop déstructuré

  • Le « Trigger Happy » de chez Johnny’s Chop Shop :

J’ai découvert ce produit lors d’un voyage presse à Londres, avec la marque Johnny’s Chop Shop, qui est désormais disponible dans nos Monoprix français ! (Si vous avez l’occasion d’aller découvrir ça, je vous le conseille, ce sont de très bons produits) L’idée du spray texturisant me plaît beaucoup, mais, malgré plusieurs essais, aucun n’avait retenu mon attention. Celui-ci, en plus de son odeur très « salon de coiffure pro » (est-ce que cette phrase est bien claire ?),  fait le job avec brio. Effectivement, en très peu de pulvérisations, il… texturise le cheveu ! (Bien vu pour un texturisant). Je me permets de le signaler, car ça n’est pas le cas de tous les produits de ce type. Le « Trigger Happy » est donc ce type de produit que l’on peut utiliser tout le temps : en retard au travail, pas le temps de se laver les cheveux, un coup de spray et Afida Turner est dans la place ! (On s’emballe) Gros favori !

spray coiffant texturisant johnnys chop shop

  • Le Bedroom Hair de chez Kevin Murphy :

Ici, même principe que le produit précédent, mais pas totalement (c’est sûr, sinon peu d’intérêt, me direz-vous, et vous auriez raison !) Le « Bedroom Hair » texturiste également le cheveu, mais la façon de le faire est beaucoup moins humide (littéralement) que le « Trigger Happy ». À aucun moment, on n’a besoin d’attendre qu’il sèche, il agit presque de la même manière qu’un shampooing sec finalement ! Inutile de vous expliquer que le résultat est au rendez-vous, et le « Bedroom Hair » pourrait même se suffire à lui-même, lorsqu’il s’agit de se coiffer avec un effet « retour de plage à Copacabana » le matin. Pratique et efficace !

bedroom hair kevin murphybedroom hair kevin murphy

  • Le Damage Remedy de chez Aveda (pardon pour la qualité des photos, je n’ai pas d’explication plausible..) :

Alors là, on balaie les shampooing et autres produits pour coiffer le cheveu, on parle soin ! Par soin, on entend un produit que l’on applique régulièrement, voire quotidiennement, afin d’atteindre un résultat satisfaisant et conforme aux promesses tenues. Ce genre de produit est compliqué à trouver, car, précisément, ils atteignent rarement leurs objectifs sur une longue durée. Le « Damage Remedy » est donc censé « réparer » le cheveu et le protéger contre la chaleur. Je dois bien l’avouer, à part, de temps à autre, lorsque j’utilise un texturisant, je ne me sèche que rarement les cheveux au sèche-cheveux, je n’utilise pas de lisseur ou autre appareil chauffant, bref, je ne suis pas la cible première. Pour autant, « réparer » le cheveu, on dit pourquoi pas ! Simple d’utilisation, il suffit d’appliquer ce produit sur cheveu mouillé, et de sécher. Pas besoin de le retirer donc (côté pratique : 10/10). L’effet que ce soin laisse sur les cheveu me donne l’impression de sortir de chez Jacques Dessange : de manière instantanée, les cheveux sont doux, soyeux, on aurait presque l’impression qu’ils sont en bonne santé dis donc ! Et, bien évidemment, à la longue, je les ai senti beaucoup plus simples à « travailler », beaucoup plus vivifiés, plus sains quoi !

aveda produits cheveuxaveda cheveux produitsaveda produits cheveux

Voilà pour ce petit tour d’horizon de mes produits capillaires du moment ! J’adore tester de nouveaux produits, il est donc fort probable que, si je vois que cet article vous a plu, j’en refasse un autre dans les semaines à venir. N’hésitez pas à me faire part de vos remarques/suggestions en commentaire, en attendant, je vous souhaite une bonne journée !

Morel, la lunetterie française à son apogée

Hello !

Vous le savez peut-être si vous me suivez sur Instagram, mais j’ai un petit penchant pour les entreprises et le savoir-faire français. J’essaie chaque jour de dégoter de nouvelles marques, de nouvelles entreprises, qui mettent ces valeurs en avant, en accordant une place toute particulière à la qualité.

Vous l’aurez compris, Morel Eyewear en fait partie. Cette maison de lunetterie, fondée en 1880, m’a tapé dans l’oeil ! (hop, elle est faite, elle n’est plus à faire). Née dans le Haut-Jura, Morel a toujours été dirigée par la même famille, et compte aujourd’hui 4 générations qui se sont succédées à sa tête. Cet élément fait la force de la marque, qui est aujourd’hui devenue une référence dans la lunetterie. Une référence, si bien que Morel est désormais distribuée dans plus de 94 pays, et a pu créer des antennes aux quatre coins du globe. Une chouette réussite à la française, comme on les aime !

Les produits en soi sont distribués autour de 6 collections : Marius Morel 1880, Öga, Nomad, Lightec, Koali et Rebel. On retrouve chez chacune un esprit, une marque de fabrique, qui correspond à une cible en particulier.

J’ai donc eu la chance de pouvoir tester une paire de solaires (car des lunettes de vue sont également proposées). Bon, l’été se termine doucement, mais ça n’est pas une raison pour ne pas profiter des derniers rayons de soleil. Avant tout, une petite chose toute bête, mais qui fait souvent la différence : j’ai adoré le packaging. Hyper épuré, sans prétention aucune, un intérieur en velours très chic, qui donne un bel aperçu des valeurs portées par Morel.

morel eyewearmorel eyewear lunetterie française solaire

Bref, quid des lunettes en soi ? J’ai opté pour des lunettes plutôt très sobres, mais beaucoup d’autres sont évidemment disponibles. Quoiqu’il en soit, ce qui m’a vraiment touché, ce sont principalement les détails, les finitions. On sent la recherche et le désir de qualité, de rendre un produit impeccable, et ça me semble être le cas. Les branches sont très agréables à porter, et le petit « 1880 » ajoute ce petit côté « authentique », on adore !

morel eyewearIMG_5819IMG_5818morel eyewear

Si, comme moi, vous avez été séduit par l’idée et l’image que renvoie Morel, n’hésitez pas à faire un tour sur le site internet, la page Facebook, ou encore le compte Instagram : @Moreleyewear.

Bonne journée !

Article sponsorisé

Mon premier cours de céramique !

Hello !

La céramique, cette tendance qu’on voit fleurir un peu partout dans les magasins. Et pour cause, c’est joli, sobre, épuré, et, pour le coup, ça sert à tout ! De l’assiette au vase, en passant par la tasse à café, l’objet-céramique a un peu tout pour lui (on dirait du télé-achat là, non ?).

Il y a quelques jours, je me suis rendu dans l’atelier de Corentin Brison, un céramiste parisien, installé dans le 10ème arrondissement. (toutes les coordonnées sont en fin d’article) Happé par l’idée, j’y suis allé avec la volonté de révolutionner le monde du design avec ma future création. Bon, en bref, j’étais très content de pouvoir découvrir la manière de créer ces objets esthétiquement satisfaisants. Corentin m’accueille tout sourire, et nous voici partis pour deux heures de poterie !

IMG_5735IMG_5741corentin brison céramiste paris

Il m’explique plein de petites choses très intéressantes. Par exemple, l’argile est la matière première de la céramique, et donne naissance à la porcelaine, au grès, ou à la faïence. Des petites infos chinées tout au long du cours qui n’ont fait que renforcer mon intérêt pour la chose.

La première étape consiste à travailler la matière en la pétrissant plusieurs fois, histoire de la préparer à ce qui l’attend ! Ensuite, rendez-vous sur le tour, cette machine de guerre qui nous permettra de former l’objet en soi. Corentin me montre l’exemple en réalisant un bol. On mouille ses mains régulièrement, on positionne ces dernières de sorte à ne pas laisser la pâte se déformer, on ajuste, on affine, bref, ça a presque l’air simple. Viens mon tour. Bon, alors, clairement, on distinguera assez rapidement qui a fait quel bol par la suite (les murs de l’atelier sont lessivables, ce qui est une bonne chose), mais l’idée est là; et surtout, qu’on se le dise, toucher la terre, créer la forme que l’on souhaite, c’est quand même plutôt très satisfaisant !

IMG_5742IMG_5743IMG_5740IMG_5737

On sèche rapidement (car le temps était compté, pour le coup), on réaffine sur le tour, à l’aide d’outils dont j’ignore le nom, et on est parti pour décorer. L’idée est très sympa en soi, sauf que, ayant choisi une couleur similaire à la couleur de base du pot, j’ai vite compris que je ne savais pas trop où je peignais. La couleur apparaîtra après cuisson, dans quelques jours, j’avoue ne pas être hyper confiant sur le résultat.. Affaire à suivre !

IMG_5738IMG_5736IMG_5734IMG_5739corentin brison céramiste paris

Quoiqu’il en soit, l’expérience était vraiment hyper chouette, stimulante, et Corentin s’est avéré être un prof très à l’écoute, toujours de bon conseil ! N’hésitez vraiment pas à vous rendre à l’atelier, des cours/stages y sont proposés très régulièrement :

Corentin Brison

21, Avenue Claude Vellefaux, 75010 Paris (Métro Colonel Fabien)

06 32 58 21 30

Et pour plus d’infos, son site internet, sa page Facebook, ou son compte Instagram sont là pour ça ! À noter que Corentin vend également ses jolies créations, en boutique ou en ligne.

Bonne journée !

 

Pourquoi/Comment je suis aussi matinal

Hello hello !

 

C’est la rentrée, les bonnes résolutions, tout ça tout ça ! Pendant tout l’été, j’ai réfléchi au tournant que prenait le blog, et, sur vos remarques, on repart de plus belle, mais avec plus d’articles « lifestyle ». Par « lifestyle », on entend plus d’articles humeur, moins convenus, et parfois plus personnels. À commencer par celui-ci, donc.

Ceux qui me suivent sur Instagram (@th.louis) me font souvent remarquer que je suis très (trop) matinal, notamment lorsque je poste des stories dans la rue à 6h30 le matin.

Très bonne remarque, me direz-vous, mais les questions s’ensuivent souvent : « Pourquoi ? », « Qu’est-ce que tu fais dehors à cette heure-ci ? », ou encore « Mais tu ne dors jamais ? ». Je me suis dit qu’en faire un article pourrait être une bonne idée. Non pas que j’ai des informations essentielles à délivrer, ni que mon mode de vie est un exemple à suivre, loin de là, mais tout simplement parce que c’est un point de vue, et qu’il pourrait être intéressant de le partager avec vous (et puis parce que c’est mon blog finalement hein !) !

être matinal café
Alors oui, je suis matinal, probablement un peu trop même. Je me suis fixé une espèce de rythme de vie qui consiste à me lever à 6h tous les matins, peu importe l’heure à laquelle je me suis couché. (on fera exception des lendemains de grosses soirées hein..) La raison est toute bête (dans tous les sens du terme) : j’ai envie de profiter de mes journées à fond, et ça fonctionne ! Ca pourrait paraître une corvée, mais au final, j’en tire beaucoup plus de positif que de négatif, et c’est désormais devenu un élément incontournable de mon quotidien. Alors certains réveils sont plus difficiles que d’autres, c’est évident, mais, en grande majorité, j’ai noté que mes journées sont beaucoup pour plus constructives, car, de fait, plus longues. Je vais faire du sport, je lis la presse, me balade, attends l’heure d’ouverture des magasins, bref, plein de petites choses que l’on ne prend pas forcément le temps de faire au quotidien. Et c’est tellement bénéfique sur le moral ! C’est un peu la fête au village tous les jours dans ma tête finalement.

être matinal café

Et la fatigue dans tout ça ? Disons que mon corps s’est habitué à ce rythme de vie, et que dormir 5 heures par nuit n’est pas un gros souci me concernant. Mais elle est présente, de fait, et si elle se manifeste de manière trop poussée en milieu de journée, j’ai testé pour vous… la microsieste ! (oui..) Pratique de plus en plus répandue, elle consiste à ne dormir/se reposer qu’une dizaine de minutes, histoire de ne pas s’étaler deux heures et entrer dans une phase de sommeil profond. Vous savez, cette phase qui nous rend tout flappi(e), si bien que la fin de la journée se transforme en calvaire, où chaque activité est une épreuve. Et bien, ça fonctionne (plutôt) bien dans mon cas, et je suis reparti pour finir la journée en pleine forme !

Que vous le soyez ou non, n’hésitez pas à me faire part de vos astuces ou de vos remarques en commentaires concernant  » les gens du matin ». N’hésitez pas non plus à me dire si ce type d’article est une catégorie qui pourrait vous plaire sur la durée !

Bonne journée !